26 nov. 2016

Vivants.

Un matin de janvier, je préparais mon petit-déjeuner en écoutant d'une oreille distraite l'émission d'Augustin Trapenard sur France Inter. Et j'ai été intriguée par l'histoire de son interlocuteur. J'ai arrêté tout ce que j'étais en train de faire. Et j'ai laissé ses mots rentrer dans mon cœur, littéralement, je l'écoutais raconter son épreuve, ses 150 transfusions, sa bataille dans une chambre stérile pour rester en vie, sa vie entre parenthèses pendant tout ce temps et son retour du monde des vampires. Mathias Malzieu, Dionysos. Oui bien sûr que je connaissais "quand j'étais petit j'étais un Jedi" mais je n'avais pas tout suivi. Bien sûr j'avais vu passer la mécanique du coeur, mais de loin. Et là, j'ai été frappée de plein fouet par son humanité, sa voix et son courage d'avoir voulu rester dans ce monde, 

Cette matinée-là, j'ai eu l'impression de le connaître. Je ne peux pas l'expliquer. Nous étions donc en janvier 2016. J'en ai parlé à mes meilleures amies, mais j'avais tellement du mal à comprendre les émotions que je ne l'ai pas partagé avec plus de monde. La gorge nouée, je ne pouvais pas raconter cette histoire sans avoir les larmes aux yeux.

En février, pour mon anniversaire, sans concertation, un de mes trés chers amis m'a offert "le journal d'un vampire en pyjama", le dernier livre de Mathias Malzieu, celui où il racontait toute son "aventure entre les deux mondes". La dédicace faisait une référence à la chanson du Jedi "pour une fille en forme de fée". J'étais bouleversée par cette synchronicité.

Quand j'ai plongé dans le livre, j'ai pleuré, j'ai suffoqué parfois, j'ai découvert son univers et sa souffrance en même temps. Alors là j'ai commencé à tout acheter, et tout lire. Et j'ai écouté les albums correspondants. Une révélation, un univers complètement parallèle. Amoureuse de Mathieu Chedid et admiratrice de Yodelice, me voilà repartie à la découverte d'un nouveau personnage à chapeau, d'une nouvelle sensation musicale, un univers. Un choc.

Et j'ai évidemment voulu chercher plus loin. Je voulais le voir, en vrai, bouger sur scène, sauter dans le public, jouer de la guitare et de l'harmonica pour faire vibrer ses os, voir son nouveau sang bouillir dans ses veines. Mais en mars-avril pas de concert de prévu dans ma région. Je l'ai trouvé sur instagram et sur twitter. J'ai fait un truc de fan de 16 ans, j'ai envoyé un mail pour dire merci. Mais parmi tous les mails, qui m'aurait aperçue?

Qu'à cela ne tienne, j'ai continué à suivre ses photos, sa tournée, je prenais juste des nouvelles, comme d'un ami pour lequel on s'inquiète, c'est drôle parfois la vie. Comment on peut s'inquiéter pour quelqu'un qu'on ne connaissait pas trois mois avant.

Hier soir, c'était le grand jour. J'ai ri, j'ai dansé, j'ai pleuré, j'ai vibré et puis ....il était là, à trois centimètres de moi.Puisqu'au Colisée de Roubaix, les places sont assises et qu'il n'était pas possible de vivre cette rencontre vissée à mon siège, avec mon amie Annie nous étions devant, au balcon. Et il a décidé de "voler"pendant la chanson du plus mauvais cascadeur du monde.....Voler jusqu'à moi les amis:

Quelle surprise!!!!! On a tous eu un peu peur qu'il saute vraiment du balcon. Mais finalement il est redescendu sans s'envoler. 
Il m'a fallu un peu de temps pour revenir sur terre et même pas sûre d'y être encore redescendue.
Quand les premières notes  Leonard Cohen ont retenti et que Heroes de David Bowie a résonné, je ne touchais plus le sol.

Mais finalement le moment le plus émouvant que j'aie vécu hier soir, c'est  quand Dionysos est né deux fois, intimiste assis sur le bord de la scène avec tout le groupe, et d'un petit bout'd'chou juste à côté d'eux. Les enfants assis avec leurs parents à côté de nous, toujours debout au balcon, connaissaient les chansons par coeur, et moi je pleurais de réaliser ce qu'il avait traversé pour arriver là, devant nous, sur scène, bien vivant.

Ce n'est pas qu'un concert, ce n'est pas qu'un artiste, c'est un héros quotidien, un homme fait de chair et de nouveau sang. Bienveillant, généreux, c'est un "presque" ami. Je ne le connais pas, et pourtant on dirait qu'au contraire on se connaît depuis longtemps.

Je tenais à vous faire partager cette "expérience". On a tous des hauts et des bas, on vit sans doute dans une vie des expériences difficiles et traumatisantes, on se retrouve face à soi-même un jour ou l'autre, et il faut choisir. Vivre ou laisser tomber ses forces. Mathias Malzieu avait de toute évidence encore des tas de choses à écrire et à vivre, une expérience à partager, un enseignement à nous apporter sans jouer les professeurs: la vie dure autant que nous le voulons. Parfois, comme le disait Dominique Herlin, des gens sont morts et ne le savent pas. Un vampire peut revenir de la mort, un enfant qu'on pensait décédé est revenu à la vie cette semaine, l'avez vous entendu? Un homme est "mort" pendant 20 minutes avant de revenir à lui. Voilà, la vie, c'est notre bien le plus précieux, ce qu'on en fait, les limites qu'on y met,  cela ne dépend que de nous.

Et l'empathie....je suis ce que ma psy appelle une "hyper empathique". Du coup c'est vrai, je ressens trés fort les vraies émotions. Bon du coup je peux avoir mal au coeur pour quelqu'un que je connais à peine, ou même que je ne connais pas du tout. Ce n'est pas grave et rien n'est au contraire plus beau pour moi. C'est magique c'est comme un super pouvoir. Si, quand je ne suis pas émue, c'est qu'il y a un truc. Pratique.

En attendant, l'histoire de Mathias, dont j'avais déjà parlé au moment où je l'ai lue, c'est une histoire d'amitié, le groupe est toujours là, une histoire de vie,  il est revenu de la mort, il a décidé de se battre, une histoire d'amour, son coeur s'est remis à battre pour la vie. Et une histoire d'artiste; il a créé à partir de sa souffrance, de nouveaux tableaux musicaux et de nouvelles chansons, mises en scène, personnages. 

Fidèle à moi-même, je suis enthousiaste. Mais là on est passé à la phase supérieure: aimer un artiste et adhérer à sa musique est une histoire de goût et de sensibilité. Aller à la rencontre d'un homme plus vivant que vivant sincèrement c'est inédit. 

Et c'est ça que j'aime chez les gens, qu'ils passent de l'ombre à la lumière, d'une vie éteinte mais dont il reste des braises sur lesquelles souffler pour faire revenir la vie.

C'est ce qui m'anime. Et c'est pour ça que j'écris, que je vis, que j'agis. Parce que j'étais un zombie, vide à l'intérieur, toutes mes couleurs cachées sous un voile sombre de convenances et de douleurs inavouées. En revenant à la vie sociale, à ce moi que j'avais perdu, j'ai retrouvé le goût de vivre et d'aider les autres à lever le leur.

C'est ça qui me lie à Mathias Malzieu, en vrai.

Et pour vous faire un petit cadeau ce matin, pour faire rejaillir sur vous la gratitude que j'ai ressenti hier soir, je vous offre ....la vidéo du concert de Dionysos par Alcaline. 

Je vous embrasse fort. Soyons heureux d'être en vie en cette journée du Bonheur!




9 nov. 2016

Soyons Providentiels!

Nous sommes le 9 novembre 2016 et il est actuellement en France 15h21.

Je prends la plume à défaut d'avoir un moyen pour enregistrer une vidéo, le temps est un peu compté en ce moment.

Alors voilà, je m'adresse un peu à vous comme le Doc dans Retour vers le futur à Marty Mc Fly, l'idée étant qu'on ne peut pas revenir en arrière mais qu'au contraire, on peut prévoir l'avenir en agissant aujourd'hui.

Le contexte de ce texte est le suivant: Donald TRUMP, magnat de la finance mais pas un jour de politique dans sa vie vient d'être élu président des Etats-Unis d'Amérique.

Alors ça donne de l'espoir aux derniers de la classe en pleine reconversion professionnelle qui se disent tiens, j'm'ennuie, si je devenais Président? mais ça fait surtout réfléchir.

Car il est URGENT et INDISPENSABLE de réfléchir.

Pourquoi?


Pour ça.

Il n'a pas été élu Président parce qu'il est charismatique, sympathique et intelligent, cultivé et professionnel de la géopolitique dans quasiment TOUS les états du continent nord américain.

Il a été élu parce qu'il représentait la rupture avec justement tous ceux qui sont professionnels de la géopolitique jusqu'à présent et y a quand même des gens capables de dire "laissons lui une chance "

LOL

Warning: je ne FAIS PAS de politique de comptoir ici.

J'explique un truc tout bête: les gens ont besoin d'un papa, d'un doudou, d'un tonton pour les épauler, d'un parrain, d'un tuteur. Bref, les gens croient en l'homme providentiel.

Tu vas voir je vais t'expliquer audience. En croyant que QUELQU'UN qui a étudié la géopolitique et qui est diplômé va régler tes problèmes à toi personnellement, tu TE GOURRES. Car nul ne sait mieux que toi ce qu'il te faut à toi personnellement.

Donc, en estimant tout simplement que tu es responsable de ton destin et de celui de tes enfants, que tu mets en oeuvre ce qu'il te faut pour tracer ton chemin et pour les mettre sur les bons rails, alors tu seras capable de comprendre un seul truc à la politique.

Le fait politique chez les grecs, c'est exactement ce qui se passe dans la cité. Et ce sont ceux qui sont CITOYENS donc les plus à même de savoir de quoi il s'agit, qui débattent et cherchent des solutions.

En élisant quelqu'un qui ne connaît pas le montant du ticket de métro, ou le prix du croissant, crois-tu qu'il saura régler ta problèmatique?

Demain cette carte peut être calquée sur n'importe quelle carte de n'importe quel pays, quelle que soit la couleur dans quatre ans elle sera renversée par l'autre.

Car le souci est là.

En croyant ENCORE à notre âge, que nous pouvons donner les pleins pouvoirs à un gars qui ne vit pas COMME NOUS, par exemple à Saint Cloud dans un château, qui ne met pas d'essence dans sa caisse, qui a des nounous, des jardiniers, des chauffeurs et des gardes du corps, nous nous trompons.

Nous nous maintenons dans un système de partis datant de la IV et V ème République! Rendez-vous compte! Le Général de Gaulle n'est plus au pouvoir ça y est, on peut passer à autre chose, le sauveur c'est nous nous nous et encore NOUS!

En ne lisant pas, mais en regardant ce que les médias sont commandés de faire, à la télévision, en continuant à réagir de manière épidermique à tout ce qui vient de l'extérieur et qui galère plus que nous, on favorise un terreau pour les fous.

Car entendons-nous bien, nous ne laisserions PERSONNE gérer notre vie, tant que nous sommes sains d'esprit n'est-ce pas? Alors pourquoi voter pour des gens qui improvisent? Croyez vous que le seul parti, populiste et anti tout sera meilleur parce qu'il n'a jamais gouverné? Etes-vous naïfs?

Les seuls à pouvoir gouverner,c'est....NOUS. Bravo je vois que vous saisissez l'idée.

Nous sommes les hommes et les femmes providentiels, nous sommes les seuls à pouvoir changer les choses, nous sommes les seuls à être capables de comprendre les systèmes de valeur, à savoir combien il nous faut pour vivre, à savoir ce qu'il nous faut d'essentiel pour que la vie aille mieux.

Nous sommes les réponses à nos questions.

Arrêtons de donner tant de pouvoir à des gens qui doivent nous SERVIR, car le service public rend service les gars c'est dans le titre.

Donc, l'Etat doit servir les citoyens et pas l'inverse.

Acheter de la nourriture, c'est voter! Acheter aux agriculteurs, cultivateurs et éleveurs, au lieu d'acheter aux lobbys, c'est voter pour que l'économie locale perdure et pour que les professions qui sont sensées nous nourrir ne crèvent pas de faim. Cultiver son jardin, par exemple, c'est aussi un acte citoyen. Organiser des réunions de quartier avec ses voisins pour comprendre ce dont chacun a besoin pour trouver des solutions, c'est faire de la politique.

Vous y connaissez tous quelque chose. Et les nouveaux élèves qui arrivent dans la classe ne prennent la place de personne, au contraire, ils enrichissent les autres par les bagages qu'ils transportent. Comme les nouveaux habitants d'une ville, d'où qu'ils viennent.

L'entraide, la solidarité ce ne sont pas des mots de bisounours c'est la devise de notre pays.
Nous sommes libres, égaux et fraternels depuis 1789. Alors debout maintenant!

Il est temps de réinvestir la ville, la politique de la ville, de désigner par quartier un représentant pour assister au conseil municipal afin de connaître la réalité des choses de notre ville. Il est temps d'aller aux réunions de nos conseils départementaux et régionaux, et de poser des questions, de s'investir. Il est temps de consommer local et régional, d'aider les autres, d'ouvrir le dialogue, de communiquer.

Parce qu'à force de prédire l'avenir (faussement) et de crier au loup, de voter aux extrêmes en disant que c'est un vote protestataire et qu'on sait bien qu'ils ne passeront jamais, des mecs comme Berlusconi ou Trump arrivent aux plus hautes fonctions de l'Etat par la main des citoyens et à la place des citoyens.

Des mouvements citoyens existent, s'inscrire sur les listes électorales c'est apprendre à participer au lieu de commenter, c'est entrer dans le jeu au lieu d'observer passivement, c'est agir au lieu d'exhorter d'autres à agir pour nous.

Ne nous morfondons pas, nous bâtissons le monde de demain. Agissons. Nous aurons une responsabilité de faire ce monde pour nos enfants, ou pour les enfants de nos amis, nos neveux, nos nièces, et les générations futures.

La Maison des citoyens  est ouverte. Poussons la porte et prenons en main notre destin.

Maintenant ça suffit les chèques en blanc. Soyons acteurs de notre vie.
Nous le méritons. Nous méritons la joie. Voilà.

Je vous embrasse AUSSI FORT QUE POSSIBLE parce que je vous sur-aime et que j'ai confiance en nous!






Y a des copains!