Eloge de la futilité

Dimanche soir, fin de l'été, je ne peux décemment pas m'attaquer à des sujets sérieux, et pourtant, il y a un tas de sujets qui me tournent autour depuis quelques semaines, c'est pourquoi j'ai mis du temps à retrouver le chemin du clavier mais, rassurez-vous je ne suis jamais trés loin.

Alors ce soir, parlons de choses futiles, je vous propose un article complètement anodin, une petite bafouille qui n'engage à rien, sinon à ne penser qu'à des sujets indolores, de ces petites choses du quotidien qui finalement donnent des vacances à nos cerveaux sous pression le reste de l'année.

Parlons chiffons tiens. Parlons fringues, parlons.....de comment se vêtir ça vous dit?

Oh non, je vous entends d'ici, je ne vais pas me lancer dans une diatribe sur la pseudo-polémique en carton de l'été, celle qui fait s'immiscer des édiles dans nos dressings et impliquent les plus hautes autorités de l'Etat sur le choix de nos tenues de plage, pas du tout, vraiment, qu'allez-vous imaginer là! 

Bon, c'est vrai que je suis très attachée à deux trois trucs comme la liberté et l'égalité, un truc tellement surfait j'en conviens. Un vieux machin, un mythe qui tendait à faire croire, tenez-vous bien, qu'on aurait le droit de faire ce que l'on veut, à compter du fait qu'on n'entrave ni la liberté d'autrui ni je ne sais plus trop quoi exactement, le droit constitutionnel, c'était pas ma matière préférée.

Néanmoins, je ne suis heurtée par rien d'autre que la connerie, et donc, je suis souvent heurtée je vous l'accorde.

Dans le pays de mes origines, si vous êtes une femme, et que vous souhaitez visiter un lieu saint, comme le Vatican, vous devez vous couvrir les bras et les jambes et tout le monde trouve ça parfaitement normal. Pas si vous êtes un homme ceci dit. Si vous êtes un homme, vous pouvez entrer comme vous êtes. Voilà ça c'est pour l'égalité.

Maintenant bon, chacun fait bien comme il veut ma bonne dame, à partir du moment où tout le monde est content, que des femmes aient le droit choix de s'habiller comme elles veulent pour faire du paddle, de la luge d'été ou du surf, ou juste parce qu'elles n'ont pas toujours d'autre choix que de ne pas faire de vagues (pour rappel cette scène mémorable de SATC 2 dans le souk d'Abu Dabi)sincèrement, en quoi cela regarde le monde? 

Bref, j'étais venue parler chiffon.

Parler de ces trucs d'ordinaire inintéressants et qui d'un coup de baguette électorale magique deviennent des enjeux capitaux de laïcité.

Aujourd'hui tout le monde a un avis sur comment on devrait s'habiller. Quand je dis "on" je parle des femmes bien entendu. Celles qui, en se mettant en valeur, selon l'appréciation de chacun, et surtout du public visiblement, semblent donner un accord tacite à toute forme d'approche de type graveleuse, sexuelle ou juste bestiale. Celles qui, non contentes de s'enorgueillir d'être les seules créatures à donner la vie, s’arrogent le droit de ne pas avoir envie de le faire tiens, en demandant à un professionnel de la santé par exemple, au hasard, dans une pharmacie pour acheter la pilule du lendemain.

Celles qui, après que leurs grands-mères et leurs mères aient osé dénuder leurs chevilles, leurs cheveux, leurs bras, leurs jambes, en sortant leurs jupes, leurs mini jupes, leurs shorts, leurs débardeurs, et autres vêtements prohibés ou pire, moralement intolérables, n'ont d'autre choix que d'arborer leur itsi bitsi petit bikini, puisque maintenant qu'on a pris l'habitude de mater gratuit et peinard, faudrait pas déconner non plus en cachant ce qui alimente les fantasmes de ces braves messieurs. Pauvres chatons vs sorcières.

Bref, aujourd'hui, si vous êtes une femme, vestimentairement parlant uniquement,  il faudrait que vous sachiez vous couvrir : pas trop court pour pas provoquer d'agressions sexuelles (sinon visiblement vous tentez le démon qui habite chaque individu en rut) pas trop long parce que sinon ça devient relou, pas trop couvert sinon c'est pas marrant, pas trop moulant sinon vous cherchez la merde,dans l'actu sinon vous êtes so 2015, décalée sinon "euh? t'es sérieuse là?", avec la it pièce, la pièce récup, la pièce home made et bien entendu la pièce avantgardistequetoutlemondesarracheralasaisonprochaine sinon vous ne devriez juste pas avoir le droit de sortir de chez vous. Ah oui et surtout n'oubliez pas de ne JAMAIS couvrir vos cheveux, sous peine d'arrêté municipal azuréen. 

Fastoche hein?

Bon, sinon, au début, je vous jure que je voulais vous parler de la fameuse phrase que toute femme a déjà pensé ou prononcé en privé ou en public "j'ai rien à me mettre". La phrase entière est sans doute plus "j'ai rien à me mettre qui m'aille vraiment, qui me plaise vraiment et que j'aie envie de porter sans devoir  suivre absolument la tendance du crop top et du jean boyfriend quand j'ai une morpho en A avec un corps humain en dessous, et qui soit autorisé par la morale, l'opinion publique, la politique, la religion et Jean Pierre Pernaut".

Et voilà, c'est reparti.

Mes mains n'en font qu'à leur tête hein! Décidément! Dès que j'essaie de revenir dans le droit chemin, celui de la futilité gratuite et bien pensante bim, elles repartent en mode che guevara de la jupette et du sacro saint droit à porter ou pas ce que bon nous semble. Relou j'vous jure!

Alors voilà, on est dimanche soir, et franchement, à part le manque cruel de magnum dans mon congel, ma crédence à poser et la cave à débarrasser, je suis particulièrement zen.

Si, je vous assure, je ne suis pas énervée du tout. J'ai l'outrecuidance d'être une femme libre, cheveux courts et ongles peints si je veux, maquillée si je veux, habillée avec des vêtements bien coupés, bon marché qui me mettent en valeur, et qui a décidé de vider son armoire de tout superflu pour ne porter que ce qui me va sans que ça n'appelle de commentaires de la part de qui que ce soit. Parce que c'est peine perdue, je fais vraiment ce que je veux. Même réduite au silence, dans le pire scénario catastrophe qui soit, personne ne pourra m'empêcher de penser ce que je veux, comme dirait mon copain Floflo. (ta ta ta ta comment ça vous ne reconnaissez pas la chanson?)

Jamais je n'aurais cru un jour que ce que je décide de porter puisse avoir une incidence sur la bonne marche du monde. D'ailleurs vous savez quoi? Je ne le pense toujours pas. Je crois que Simone de Beauvoir avait raison. A la moindre occasion, quand les choses commenceront à leur échapper, les hommes remettront en cause ce que les femmes ont tenté de grapiller d'égalité et d'existence.

Comme avoir le droit de changer d'avis, de faire des choix, de s'exprimer, de voter (!!!!!!!!!!!) de conduire, de sortir seule, de vivre la vie qu'on entend, d'entreprendre, d'étudier, de quitter un emploi, un mari, de se marier, d'aimer des hommes ou des femmes ou les deux, de penser et de réfléchir à haute voix, de lire, de se cultiver, de prendre l'avion, de se couper les cheveux, de montrer son corps, de découvrir ses chevilles, ses pieds, son nombril ou ses cuisses, de s'épiler ou pas, de se maquiller ou pas, d'exister, de donner la vie, de ne pas la donner, d'élever seule un enfant, d'adopter, d'être prof, nonne, journaliste, sénatrice ou même présidente des USA tiens pendant qu'on y est......Tout ceci n'est pas acquis les amis.

Loin de là. 

Car si les puissants de ce monde s'ennuient de leurs guerres, de leurs problèmes d'ego dignes de GOT ou de leurs petits problèmes de gros sous, ils s'attaqueront à ça en premier.

Ils claqueront des écrans de fumée, pour nous faire oublier ce qu'ils font pendant qu'ils le font, et nous mettront une fessée pour se faire marrer comme des gros lourds.

Tiens,tiens... mais....non rien, j'ai cru un instant qu'on était en plein dedans. Mais je ne sais pas de quoi je parle, évidemment.

C'était un post futile. Ecrit par une nana célibataire de 35 ans, qui d'origine italienne connaît le machisme par coeur, possède quelques meubles, trois lampes, des livres et un chat noir, change de déco dans son appart chaque pleine lune sans demander l'avis de personne, s'est coupé les cheveux à la garçonne sur un coup de tête, change d'orientation professionnelle et d'avis tellement de fois, aime les hommes passionnément sans être foutue d'en attacher un seul, a trop d'idées dans un seul cerveau, porte des talons ou des sneakers, des jeans craqués ou des jupes crayons quand ça la chante, n'a jamais loupé une élection, s'engage pour le pays, la planète et les gens, écrit des articles sur un petit blog insignifiant étiqueté "girly"parce qu'écrit au féminin, assume ses choix, voudrait élever des enfants, les siens ou pas d'ailleurs, aime l'encre à tout point de vue, a le permis mais pas de bagnole, n'a jamais fumé, boit trés peu de vin blanc et de champ parce que ça l'endort, sait demander pardon et n'a pas peur de se tromper finalement,,aime les gens, et franchement, à part vivre en paix comme toutes les Miss France depuis 50 ans, n'a aucun projet d'avenir vraiment plus sérieux pour le moment.






Commentaires

Y a encore plus de joie!

La dernière séance

Full of Stars

Poppy Spring