Running with Great Body

Depuis deux années maintenant, j'ai commencé à m'occuper de ce que la vie m'a donné de plus précieux, un corps.

D'abord, j'ai cherché à comprendre ce qui l'empêchait d'être en bonne santé, et j'ai trouvé le salut dans une nouvelle forme d'alimentation, en éliminant ce qui l'empoisonnait, le sucre du blé.

J'ai réduit les apports en sucre, ce qui m'a donné un regain d'énergie, un sentiment de satiété plus facilement atteint, et j'ai découvert de nouvelles céréales, même de nouveaux aliments!

Ensuite, j'ai pris soin de ma peau, alors j'ai commencé à boire plus d'eau, pour hydrater mon corps de l'intérieur et à l'extérieur.

Dormir est devenu un vrai plaisir, un besoin et une activité saine.

Et bien entendu, après avoir perdu près de 33 kgs, j'ai ressenti le besoin de bouger ce corps qui avait tant souffert de son inertie.

Il me réclamait de bouger, c'était trés impressionnant! On ne peut pas dire qu'on m'ait donné le goût du sport et de l'effort dans ma famille.

Je n'ai jamais fait de sport en club et j'étais toujours la dernière au cross du collège et j'étais nulle en sport en général, le saut de haie a fait partie de mes meilleurs souvenirs, je faisais tomber toutes les haies au lieu de les sauter, bon et alors, c'est aussi une prouesse.

Des années se sont écoulées jusqu'à ce que My Hamy Coach ne s'occupe de moi en 2009 et heureusement que c'était mon ami de toujours qui m'obligeait à me lever à 7 h pour aller courir, et se laissait copieusement insulter quand il me demandait de bouger ah la la c'est bien vieux tout ça.

Maintenant, j'ai des vraies baskets, un équipement complet, et je me lève de moi même pour aller courir.

Oui courir. J'en ai besoin psychologiquement et physiquement.

J'ai commencé par une course au profit de Ludopital pour les enfants malades. Quel défii n'est ce pas?

3 kms au parc barbieux de Roubaix, sous un beau soleil, avec ma cousine Graziella. Je n'avais personnellement pas couru depuis facilement 5 ans.

On a couru sur quelques centaines de mètres pour prendre le départ avec tout le groupe puis marché vite parce qu'on ne savait pas trop comment on allait survivre, pour la première fois.

Mais on n'a pas arrêté, on a fait les trois kilomètres en 30 minutes, à un rythme assez rapide, qui nous a valu quelques courbatures à l'arrivée et une immense fierté.

C'était une belle expérience et ça m'a donné envie de recommencer, le dimanche suivant.

Mon amie Annie est venue me "coacher" et soutenir, celle que les américains surnomment Great Body....tout un programme n'est ce pas?

Quatre kilomètres. Un don de soi, une générosité à l'état pur, une vraie belle personne, qui décide de se lever un matin pour m'insuffler sa passion pour le dépassement de soi, pour le corps sain et l'esprit qui va avec, pour le plaisir de partager. Je suis encore plus fière de moi et j'espère pouvoir un jour recevoir un aussi beau compliment.

Dimanche, j'ai enfilé mes baskets et je suis sortie seule, courir trois kilomètres. Trois merveilleux, extraordinaires kilomètres. J'ai tellement ressenti de liberté, de joie quand j'ai rejoint l'arrivée!!!

J'entendais la voix de mon "great body" qui me disait, "je n'ai pas décidé que tu t'arrêterais! allez! montes l'escalier pour ne pas perdre le rythme" comme un petit gimini cricket dans ma tête excellent moyen pour me faire avancer!

Alors voilà, c'était le bon moment, mon moment. J'ai compris. J'ai de la chance. Je suis assez en forme pour faire aller mes jambes et courir, j'ai des poumons qui me permettent de respirer et de ne pas souffrir à chaque foulée, des chevilles qui malgré le poids soulevé, ont le courage de soutenir mon nouveau corps, dans les derniers 15 kilos.

Je suis en bonne santé, parce que je l'ai décidé. Et je ne laisserai plus rien se mettre sur mon passage.

Et courir, surtout ça me donne l'impression de voler. De m'élancer dans les airs et de m'envoler. Comme jamais je ne l'avais ressenti auparavant. Alors je cours, une fois par semaine, j'espère bientôt deux fois, puis trois.....j'ai un objectif, courir dix kilomètres en septembre prochain à la braderie.

Je pense que je peux y arriver, j'en suis même sûre. J'ai des regards bienveillants, je crois en moi, c'est possible.

Et mon corps deviendra celui qu'il n'aurait jamais dû quitter: a Great Body.

Ce moment, je l'ai gravé dans mon carnet de gratitude, où je remercie ceux qui me font du bien.

Et j'ai ajouté quelqu'un en dessous d'Annie, de Jeanne, de Dominique Herlin, de Mélanie, d'Amandine, d'Eva , de Caroline, de Leila, de Carmela, de Manuelle, de Marina et de Benjamin ainsi que de chacun de mes amis .....je me suis ajoutée. Je n'en suis pas là par hasard. Je l'ai décidé. Et je m'en remercie.

Je vous embrasse.



Commentaires

Coyotus nerdus a dit…
La seule et unique chose importante, c'est de s'aimer comme on aime les autres. Plein de bécots
Y a d'la joie! a dit…
Je m'y emploie chaque jour coyotus 😉 merci d'être passé par ici!
Cédric a dit…
Va falloir que tu me coaches ;-)

Y a encore plus de joie!

La dernière séance

Full of Stars

Poppy Spring