Seriously?

Avez-vous déjà remarqué le regard dédaigneux que certains posent sur la mode? Sur les métiers liés à la mode?

La futilité dont on accable le fait de se soucier de son apparence, alors que nous n'existons que  dans le regard des autres?

Plusieurs points sont assez remarquables me semble-t-il.

Premièrement, le lexique utilisé pour parler de la mode: celui de la tentation, comme si aimer la mode, se vêtir était un péché!

En premier lieu de la diabolisation, les médias et les publicitaires.

"laissez vous tenter par ...", "craquez pour....", "cédez à la tentation...." , "faites vous plaisir".

Pourquoi?

Pourquoi parler ainsi d'un des gestes les plus évidents pour l'humain d'aujourd'hui?

Ce n'est pas le vêtement qui est dangereux! C'est la consommation! Voire la surconsommation!

Nous n'avons pas besoin d'avoir mille vêtements dans nos garde robes! Il faut simplement des vêtements qui nous vont, des pièces dans lesquelles nous nous sentons bien.

Cette diabolisation fait du tort, certainement pas à l'industrie textile, mais sans doute à toutes les petites mains, à tous ces créateurs, ces personnes pleines de talent dont les créations sont copiées, plagiées dés leur présentation sur les défilés.

Mais encore plus au bon sens. Acheter. Des choses qui parfois ne nous vont pas....du tout.

Dés lors, on nous pousse à sur consommer, en baissant les prix, en les cassant, en pratiquant une concurrence agressive et en nous assourdissant de musique effrénée pour nous faire oublier les prix, le fait que nous ayions déjà le même pull, le même blouson, dans une autre couleur chez nous.

Nous sommes tous tombés dans ces pièges, dans les chaînes, dans les centres commerciaux, avides des prix les plus bas, et de la qualité qui y correspond.

Puis, quelques personnes bienveillantes ont décidé de changer de concept, de changer d'habitudes, de sortir des standards, d'ouvrir les esprits, vers d'autres pays, vers des couleurs, vers des motifs et peu de pièces pour que nous soyons uniques.....pourquoi pas?  

Deuxièmement, l'avis général: la mode? trés peu pour nous, c'est cher, c'est inutile, c'est un éternel recommencement, c'est superficiel.....

Quelle hypocrisie!

Tout lien social dès l'enfance commence par la mode: quand un enfant est sur le point de naître, ne se soucie-t-on pas de préparer sa garde robe, de lui acheter de jolis vêtements, de suivre une tendance?

A l'école, n'est on pas accepté par le "groupe" parce que l'on a des vêtements, des codes, qui nous permettent d'être inclus ou exclus, tout aussi cruel que cela puisse être?

Dans l'Histoire de notre pays, n'est-il pas écrit que dès l'origine, les vêtements étaient signe de richesse, d'appartenance à une caste?

Les romains déjà, cultivaient un sens aigu de la mode, des tissus employés, des broderies, des couleurs.

Au moyen Age, les tenues des femmes devaient respecter des codes, interdiction de montrer les chevilles mais décolletés plus qu'affriolants, coiffes sur la tête, et bien sûr, front dégagé.

Puis au fil des époques, les jupes, les jupons, le taffetas, la soie, les dorures, les bijoux, les coiffures, les traînes, se sont raccourcis, rallongés, étoffés, épurés.

La mode a toujours été un moyen de tisser des liens, de gérer les populations, parfois même de hiérarchiser des codes bien établis.

Ce qui est assez étonnant c'est le regard que portent aujourd'hui des milliers de gens sur la mode. 

Quand le vichy est apparu, les robes à la taille marquée, les cheveux relevés dans les années 50, le comble du chic était d'avoir un corps ondulant, des formes, de la poitrine.

Dans les années 90, le culte de la minceur sur les défilés est apparu, et depuis il ne fallait faire qu'un 36 pour être "mannequin".

L'idiotie était devenue plus à la mode que les vêtements! Quand on sait que la taille moyenne des femmes en France est le 40-42 invariablement depuis plus de 15 ans!

Mais de toute évidence, des millions de personnes à travers le monde suivent les tendances, parce qu'il est important de se sentir beau d'abord, accepté ensuite.

Se soucier de son apparence est devenue fondamental, mais pas n'importe comment, de plus en plus de programmes, de métiers même, fleurissent.

Il faut maintenant expliquer aux gens qu'être à la mode est moins important qu'être bien dans ses vêtements.

Porter un jean taille haute n'est pas joli sur tout le monde, il va sans dire que tout le monde n'est pas taillé de la même manière, mais est ce un problème pour autant?

En 2015, tout le monde, même sans moyens, pourrait avoir des vêtements abordables, à la bonne taille, et donc forcément être accepté par le groupe social qu'il vise: sa famille, ses amis, ses collègues par exemple.

Clamer haut et fort "moi je ne suis pas la mode, de toute façon c'est toujours pareil" n'est pas sérieux.

Par exemple, le jean basket est une tendance de la mode, popularisée dans les années 80 aux Etats Unis, adoptée par exemple par Serge et Charlotte Gainsbourg et Jane Birkin en France.

Le survêtement, est le vêtement sans doute le plus vendu au monde, même ceux qui hurlent ne pas suivre la mode, ne portent en réalité que des vêtements conçus par l'industrie de la mode, et porté par les sportifs, les étendards des marques.

S'habiller en noir? Vous voulez vraiment rentrer dans ce jeu? 

Il y a toujours eu un premier pas, une première fois, un gars qui met un bandana autour du cou, un autre qui porte un jean en dessous des fesses, un autre qui retrousse le bas de son pantalon.... même ceux qui croient y échapper ont les deux pieds dedans.

La critique vis à vis des métiers de la mode est donc facile.

Mais il y a aussi beaucoup de joie dans ces métiers, tout dépend comment il est envisagé.

On dit vulgairement et souvent avec dédain "vendeuse", en oubliant qu'à une certaine époque les jeunes filles rêvaient de faire ce type de métier, au premier rang desquels devenir secrétaire.....bref.

Rappelez vous du "Bonheur des Dames", l'apparition des grands magasins, le Printemps, les Galeries....Quel est le problème finalement à exercer ce métier?

A titre personnel, j'ai pris la décision de revenir à ce qui m'éclatait depuis enfant, quand je découpais dans les papiers des chocolats de Noêl des robes pour mes poupées, je me suis mise à coudre, à créer, j'ai recommencé la customisation que j'avais déjà entamée, à l'adolescence, sur mes cahiers, n'ayant pas les moyens de mes amies, j'utilisais mon imagination et customisais tous mes cahiers, uniques du coup!

J'ai découvert la mode assez tôt, et mon premier emploi étudiant était dans un magasin de jeans, à Douai, en 1998.

C'était tellement drôle, enrichissant, amusant, divertissant, que je n'avais pas l'impression de travailler, chaque expérience (de 1998 à 2005) a été une nouvelle excuse pour m'amuser (en étant payée! en fait c'était un emploi parait-il) avec la mode, les tendances et les tissus.

Et en janvier, au début d'une nouvelle décennie pour moi, puisque je suis à Lille depuis 10 ans, j'ai réfléchi. 

Le choix: continuer à espérer décrocher un concours sans aucune certitude de l'obtenir et de facto de mettre fin à ma situation précaire ou chercher un emploi dans ce qui m'avait semblé être plus du jeu que du "travail".

Le choix a été fait fin janvier. La chance a tourné: une vraie chance, une boutique à mon image, dont j'ai déjà parlé si souvent dans ces colonnes, pour laquelle j'ai eu un coup de foudre immédiat il y a trois ans: Poppy Milton et son univers coloré m'ont ouvert les bras, le coeur et l'esprit.

En rêver, je l'ai fait, celle que j'étais hier n'imaginait pas une seule seconde que ce rêve pouvait devenir réalité.

Un mois vient de s'écouler, je ne l'ai même pas vu passer. Chaque idée est naturelle, chaque envie est créative, chaque initiative est saluée.

Je me sens bien. Et j'ai suivi le conseil de Confucius "choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas l'impression de travailler un seul jour de votre vie" 

Qui aujourd'hui peut vraiment en dire autant?

Je n'ai renoncé à aucun de mes projets,je n'ai renoncé à rien de ce que je suis profondément, je n'ai rien perdu de ma curiosité, j'ai au contraire fait le tri, fait des choix, fait de la place.

J'ai été choisie aussi pour ce que j'ai ramené avec moi, mais surtout pour les efforts que j'ai accomplis depuis deux ans....visibles à l'oeil nu!

Mon second manuscrit est terminé. Le troisième est en cours. Le quatrième attend sagement.

Ainsi....je me suis retrouvée jouant à la poupée toute la journée, dans une boutique qui ressemble au jardin paradisiaque que j'ai dans la tête, l'univers sucré d'Alice aux Pays des Merveilles, l'imaginaire de cette ville qui me fascine, Londres....

Une couleur de plus sur ma palette? Non, je ne pense pas qu'elle soit nouvelle.

Elle est le fond, sur lequel j'ai peint le reste: je suis créative et je l'assume!

Il était donc temps.

Alors que ceux qui trouvent qu'il est "dommage" que je fasse ce métier aujourd'hui, qu'ils se rassurent, je ne trouve pas cela dommage d'être heureuse.

Quelque soit la suite des épisodes qui m'attendent, je suis sereine, adulte, consciente.

Le bonheur n'arrive pas dans la vie par hasard.

Il suffisait que je prenne la décision pour que la vie m'envoie la chance.

Comme s'il s'agissait d'une coïncidence....comment ne pas être reconnaissante?

On peut dire que je m'étais sacrément manquée :)

Du coup....si être heureux est lié à la futilité.....il serait peut être temps de réfléchir.

Je vous embrasse et vous souhaite de vous amuser autant que moi chaque jour.






Commentaires

Y a encore plus de joie!

La dernière séance

Full of Stars

Poppy Spring