2 janv. 2015

2015 New Pages to Write :)))

Nous y voilà.

L'année nouvelle, le vent léger, le souffle de nouveauté, la joie d'être là pour connaître 2015.

Nous y voici, face à ce livre, à ces pages blanches sur lesquelles nous allons écrire notre vie cette année.

Quelles bonnes résolutions? Quels projets? Quels défis allons nous relever en 2015?

Que voulons nous pour notre monde? Celui du quotidien, celui qui nous entoure, celui dont nous sommes les acteurs?

A l'heure où certains lisent les prédictions des voyants avec une certaine fébrilité, d'autres se demandent ce que la vie va leur réserver en décidant de prendre la vie comme elle vient.

Je suis de ceux-là.

L'année 2014 a été celle de la transition, de la renaissance, de la reconstruction pour moi.

J'ai quitté un métier que j'avais choisi pour les mauvaises raisons, qui me faisait plus de mal que de bien, pour une autre vie, à laquelle j'aspire et que je sais meilleure.

Et il y a eu l'entre deux. 

L'année 2014. Elle n'a pas été rose, ni facile, mais j'ai tenu bon. Elle a été ce que j'ai voulu qu'elle soit.

J'ai donc décidé d'écrire à son sujet, et c'est un des défis que je compte relever cette année.

Une vie que je sais meilleure? oui, je le sais, car en enseignant chaque jour depuis quatre ans, je sais que je suis dans le chemin tracé pour moi: je suis heureuse.

Et je n'ai plus peur de le dire.

J'ai perdu beaucoup de temps à vouloir être parfaite alors que grandir consiste à être soi.

J'ai donc grandi.

Cette année j'ai pris plus de centimètres que durant les 33 années qui sont dans le rétroviseur à présent.

J'arrête ce comportement stérile. inutile, fatigant, contre productif, surnaturel. J'arrête de plaire.

Je suis.

Voilà ce que l'année qui s'est envolée m'a appris.

Aujourd'hui, il va falloir consolider, aller plus loin, réaliser les projets que j'ai préparé durant l'année écoulée.

Le monde qui nous entoure semble perdre le principal, l'amour de l'autre, la solidarité, la joie, la tendresse, le bonheur.

Comme s'il fallait posséder des biens pour l'être, comme si le bonheur ne passait pas d'abord par le changement de son propre coeur.

J'ai tendance à croire moi aussi, comme Roberto Benigni, que nous possédons tous le bonheur en nous.

J'ai tendance aussi à croire que nous sommes bons. Que ce sont les événements qui nous rendent tristes ou malheureux. Personne ne naît malheureux, personne ne naît triste, mauvais, difficile.

Personne sur cette Terre ne vit pour souffrir, c'est de nous que doit venir le changement.

Arrêtons de subir, arrêtons de faire reposer sur d'autres notre avenir.

Soyons le changement que nous voulons pour le monde. Soyons nous.

Je vous souhaite une sublime année et des moments de joie par milliers, sachez les reconnaître et les apprivoiser, chérissez les, comme s'ils étaient des enfants, aimez vous.

A trés vite pour la suite de nos aventures épistolaires.

Je vous embrasse

Aucun commentaire:

Y a des copains!