Articles

Affichage des articles du octobre, 2014

Incomplete (in progress)

Image
Cet article devait au départ s'intituler "parents, mode d'emploi" , à l'usage des "enfants" qui essaient de comprendre leurs parents, leur fonctionnement, leur manière de nous témoigner leur amour, leurs réflexes, leurs manies, leurs petits défauts, leurs gros défauts aussi parce qu'ils en ont, et puis cette constante perpétuelle à vouloir nous donner des conseils quand on aimerait pouvoir se planter tous seuls.
Je me suis demandé mille fois au moins, pourquoi je ne comprenais pas le fonctionnement de mon père, sa logique se heurtant sans arrêt à la mienne, ses conseils qui, bien que bienveillants, ressemblaient toujours à une forme de mise en garde ou de mode de conduite à suivre, quand mon indépendance toquait à la porte de mon cerveau comme des flics à 6h du mat' avec un bélier pour enfoncer la porte de pseudos malfrats.
Je me suis fait aussi cette réflexion en entendant mes amis parler de leurs parents, et de cette propension infinie qu'…

Eh madame! Euh, Mademoiselle!

Image
Il y a un vraiment un souci avec ça.
Les gens ne savent pas ce qu'ils veulent.
Aujourd'hui encore, à la fac où je donne des cours  depuis quatre ans, j'ai senti qu'il fallait que je justifie ma présence de grande fille dans le bureau de l'administration.
Pourquoi?
On voit bien que vous ne m'avez jamais vue!
Pour qu'on me donne 26 -27 ans, je n'ai qu'une seule solution-arme fatale: le rouge à lèvres.
Le premier jour de mon premier cours en tant que prof, une étudiante m'a dit, dans le couloir: " allez dépêches toi d'entrer et de t'asseoir, la prof va arriver".....je me suis exécutée, et comme ils commençaient à râler du retard du prof je me suis levée et suis allée m'asseoir à mon bureau.
Stupéfaction.
J'avais l'air d'avoir leur âge (physiquement parlant, pas au vu d'une quelconque éventuelle tenue indécente, je n'ai aucun complexe lié à l'âge ce serait franchement un comble!) alors que j'avais 11 à 12 an…

Ici et maintenant

Image
Le personnage principal de ce film est une femme, la trentaine, bien dans ses baskets aujourd'hui.
On la voit de dos, elle cuisine, debout, elle choisit ses aliments, avec précaution, pèse ses pâtes au maïs et retourne ses lardons dans la poêle, la musique ambiante est l'album des London Grammar, l'ambiance est calme, cosy, la cuisine est baignée de lumière.
Ses cheveux bruns sont relevés en chignon et font apparaître quelques mèches plus claires ça et là, elle incline sa tête pour se laisser caresser par un rayon de soleil qui entre la chatouiller alors qu'elle verse la crème soja sur la préparation.
Elle n'est pas seule, un petit chat noir vient se frotter à ses jambes, pour lui témoigner de l'amour sans doute, pour la remercier des courses et de son régal quelques instants plus tôt.
Elle est de dos, mais on sait qu'elle sourit.
On peut le ressentir, le deviner, elle n'est pas seulement de bonne humeur, elle est heureuse, ici et maintenant.
Flash bac…