The Show Must Go on Captain

J'ai un peu tardé à revenir vous écrire et pourtant je ne manque pas de choses à vous raconter et à analyser ici même sous vos yeux avides de mes tribulations.
 
La semaine dernière (jour pour jour, il y a quand même une certaine cohérence chez moi, si si quelque part) W9 jouait pour la millionième fois (mais la première dans mon cas) The Truman Show.
 
(Oui, bon ça va, je ne vais pas m'excuser mille ans de ne l'avoir jamais vu avant!)
 
Ce film est très intéressant à plusieurs titres.
 
Il est éminemment bien joué par Jim Carrey, et par chacun des acteurs, les décors sont incroyables et les couleurs sont vraiment très intéressantes.
 
Mais au-delà de cela, le scénario interpelle.
 
Quand le film s'est achevé j'ai pensé "nous sommes les seuls maîtres à bord de notre vie" et c'est un peu un leit-motiv chez moi, disons pour ceux qui ne me connaissent pas que j'ai pris les choses en main et que personne ne peut décider pour moi.
 
Les conseils sont bien entendu les bienvenus à la seule et unique condition que je sois la dernière personne à choisir.
 
Or nous rencontrons sur notre chemin de nombreuses personnes enclines à nous diriger, orienter, amener vers une direction....les voyants bien sûr sont les premiers d'entre eux.
 
Nous consultons les astres pour nous rassurer, confirmer un choix, dans une perte de confiance absolue et dans un don de soi total, envers une personne dont c'est le métier, nous dire ce que notre avenir nous réserve.
 
Force est de constater que les voyants ne nous disent pas tout.
 
Ils donnent les grandes lignes et quelques points de détail....et nous racontent l'avenir qu'ils voient pour nous.
 
Ils nous racontent une vie, que nous ne vivons pas encore, mais qui sera la notre par Jupiter, et Toutatis aussi, et selon notre degré de tension, nous acceptons la vie qu'on décide pour nous.
 
Par esprit de contradiction, à la phrase "ne changez rien", j'ai pensé "comptes là dessus et bois de l'eau", et j'ai vu dans l'œil de mon interlocutrice qu'elle savait à qui elle avait à faire.
 
Bien sûr, j'ai fait ce que je voulais moi, dans le présent d'aujourd'hui, à ma façon.
 
La vie que je vivrais demain sera celle que je souhaiterai vivre et non une vie décidée pour moi, en couleurs ou en noir et blanc, comme ce brave Truman. (oui, il y a un fil rouge dans mes posts il serait temps de le concevoir)
 
Notez que s'appeler Truman (l'homme vrai si je traduis littéralement) est assez bien amené quand on connait sa vie mais bon. 
 
Sa vie est un scénario, construit de toutes pièces par un grand argentier qui n'est autre que le réalisateur du show.
 
Quel film visionnaire! A l'heure où des adulescents gonflés aux hormones et si bronzés qu'on ne sait s'ils sont ou non en mousse, acceptent (depuis 2001) d'être filmés 24h sur 24h pour vivre dans un bocal, de leur plein gré, c'est assez impressionnant.
 
Cela dit la vraie différence avec Truman c'est qu'il ne sait pas durant 30 ans, que sa vie est en carton.
 
Il croit vivre au Paradis, aucun ennui, quelques péripéties (pour que le public soit au rendez vous) mais en tout état de cause, qui accepterait de croire que sa vie n'est qu'un immense scénario, un tissu de mensonge, que tout ce que nous vivons est prévu à la minute prés?
 
Personne ne veut savoir ça! On veut le contrôle sur notre existence sur nos choix, sur nos itinéraires, sur nos projections, impossible d'accepter que quelqu'un décide à notre place où et quand nous devrions faire telle ou telle chose....
 
Outre les voyants, que nous sommes libres d'accepter de croire ou non, combien d'entre nous choisissent de suivre un chemin tout tracé?
 
Combien choisissent de vivre en suivant les conventions?
 
Combien acceptent de se remettre en question et de reprendre le cours de leur vie comme ils l'entendent?
 
Faut-il du courage? Je ne sais pas si c'est bien de cela qu'il s'agit.
 
A la fin du film, Truman choisit de sortir du cadre du film, et ce qui est cynique c'est cette phrase "on coupe, bon en même temps il y a quelque chose après, oui, il y a quelque chose", zappé Truman et ses 30 ans de vie, place au prochain programme....
 
Truman avait le choix, rester dans sa vie de confort tracée pour lui jusqu'à sa mort, ou choisir de sortir du cadre et de vivre sa propre existence.
 
Il a fait le choix de sortir, "et si je ne l'ai pas encore fait, je vous souhaite une très belle journée"
 
Il a sans doute eu peur, sans doute a-t-il hésité, sortir sans aucun repère puisque toute sa vie il n'a pris aucune décision jusqu'à lors.....mais il a choisi.
 
Voilà, ce que ce film m'a enseigné, m'a conforté dans mon choix, m'a convaincu.
 
Il faut avoir de l'amour-propre et le courage de l'assumer.
 
Savoir se tromper mais assumer ses erreurs, savoir chuter mais se relever, savoir prendre des décisions, mais douloureuses mais elles sont les nôtres, c'est bien comme cela qu'on avance dans la vie.
 
Je vous souhaite d'être aujourd'hui, et demain, les capitaines de votre propre embarcation.
 
Quelques soient vos subterfuges, vos béquilles, vos doudous et vos gri-gris, la décision finale, doit toujours vous revenir.
 
Je vous embrasse.
 
 

Commentaires

Y a encore plus de joie!

La dernière séance

Full of Stars

Poppy Spring