Ami- Amie

Nouveau préjugé à combattre? Non pas si nouveau que ça!

Vieux comme le monde est ce sujet d'anthologie, l'amitié est elle possible entre homme et femme, entre femmes, entre hommes ou y a t-il toujours un vieux sous-entendu qui plane?

N'est il pas possible de bien s'entendre, d'avoir des points communs, de s'accorder, sans qu'il existe une dimension sexuelle à la chose?

Ne peut-on pas juste apprécier la compagnie des gens, sans avoir d'idées forcément liées à des envies, des pulsions, du désir?

Dans mon ancien métier, tout était net: tu parles à un homme, on te voit déjeuner avec lui, ou prendre un café à la machine de l'Ordre = vous couchez ensemble.

Ah si si je vous assure, j'entends des gens protester dans l'assemblée: je vous confirme que ça marche comme ça.

Tu bois un café avec un collègue: il te drague
Tu bois un café avec un collègue marié mais tu es célibataire : tu le dragues et tu es une trainée
Tu déjeunes avec le même collègue: tu couches avec lui
On te voit une deuxième fois avec lui au restau: vous avez une liaison.

Ce n'est pas caricatural, mais oui c'est du vécu, on m'a prêté tellement de relations dans mon ancien travail que si j'avais fait le quart de ce qu'on me flanquait aux trousses, je serai épuisée.....!

Enfin, tout ceci pose un sérieux problème.

Les commérages sont les premières raisons qui mettent à mal les relations entre les gens.

Avoir des amis c'est extraordinaire, c'est un cadeau du ciel, une bénédiction.

Quand vous allez voir votre copain Thomas, que vous connaissez depuis la primaire, dont vous savez tout, de sa taille de sweat au classement de son top 5 des meufs les plus canons qu'il ait connu, pour manger une pizza ou voir un dvd, pour vous, et pour lui, c'est cool, c'est une soirée entre potes.

Pour vos copines, qui vous sms durant la soirée: "tu fais quoi ce soir?" à qui vous répondez "suis chez Thom on s'fait pizza - games of thrones" c'est tout de suite la réponse: "ok bonne soirée, soyez sages"

Oui, soyez sages, sous entendu : pas de bêtises entre vous petits galopins assoiffés de luxure et de stupre!

(il faut que j'arrête d'urgence d'écouter des émissions de Taddei j'ai trop de vocabulaire)

Bref, si vous êtes toujours ensemble les filles, que vous vous déclarez votre flamme d'amitié sur les réseaux sociaux, que parfois vous dites "ma femme" en parlant de votre meilleure amie, soyez certaine que des ragots circuleront. Ragots dont vous vous foutez aujourd'hui mais qui auront leur importance demain, quand ils auront eu raison de votre "best for life", que l'autre aura pris des distances, quand vous critiquerez son petit ami, et qu'elle croira que c'est parce que vous êtes en fait jalouse et amoureuse soit d'elle soit de lui.....si si ça arrive.

Et pour les garçons alors?

Deux potes qui s'embrassent pour se dire bonjour (entendez 2 bises sur les joues) comme c'est le cas par chez moi en Italie (et sachez qu'ils sont assez virils, même s'ils sont trés soignés, je n'en dirais pas plus) (oh pis zut!non se laver et être un homme ce n'est pas incompatible, les gens qui se lavent ne sont pas tous homosexuels en fait, ouuuuuh scoop!) qui vont à la piscine ensemble, qui boivent des coups, jouent à la play, s'entendent bien et draguent, tout va bien l'honneur est sauf dans les esprits judéo-chrétiens.

Mais s'ils décidaient d'aller voir un opéra?

Rappelez vous cette scène d'anthologie dans le "Prénom" où les personnages découvrent que "la prune" Claude, chef d'orchestre, fin, délicat, amateur de musique classique, de mets délicieux et de grands crus, n'est pas homosexuel.....malgré LEUR SENS des apparences!

Extraordinaire scène à mon sens.

Et je ne suis pas hors sujet du tout, au contraire, il s'agit bien là des apparences.

Donc de la méfiance.

"Je ne veux pas qu'on croit que nous sommes ensemble", "cela me mettrait mal à l'aise qu'on nous voie tous les deux" "on pourrait jaser" pourquoi pas, "tiens faisons cela, on a qu'à mettre un cadre avec la photo de ta famille sur la table du restau" ne serait-ce pire? Cela n'attirerait il pas davantage l'attention des paparazzi?

Insupportables préjugés!

Je me faisais cette réflexion, chanceuse que je suis d'avoir de nombreux amis, hommes, femmes, joyeux, mélancoliques, où nait l'ambiguité?

Je pense sincèrement que l'ambiguité nait dans le regard de l'autre.

Si tout est clair pour vous et la personne concernée, et que votre amitié est solide et sincère il n'y a pas de difficulté, mais si l'un ou l'autre croit percevoir des choses qui n'étaient absolument pas prévues au programme, cela se corse.

J'ajouterais que ceux qui aiment répandre des rumeurs, le font comme s'ils étendaient sur eux-mêmes une couverture de survie....ne vaut il mieux pas détourner l'attention?

Il est évident que voir le mal (ou la femelle) (oui, elle est nulle et ALORS?) partout, surtout là où il n'existe pas, c'est surtout une projection de ce que le détracteur ferait en pareille situation.

Plus clairement: une personne qui croit déceler une relation plus qu'amicale en regardant deux individus discuter et rire ensemble, pense que dans une situation similaire, il aurait une relation plus qu'amicale.....you know what I mean?

Enfin, dernière configuration; déguiser une relation amoureuse sous le costume de l'amitié proclamée.

Soyons clairs: quand deux personnes ont des relations intimes, ça se voit.

Quand deux personnes ont des relations intimes, ils peuvent devenir amis plus tard, mais sur le moment ils ne le sont pas.

Ainsi, quelqu'un qui ne comprend pas , qu'après six mois de relations intimes et de partages rapprochés subitement et délicatement interrompus par un couperet sanguinaire et glacial, ne plus entendre le son de votre voix, n'est pas un ami.

Non.

Ni hier, ni demain, ni jamais.

Mais bien entendu, il est vain de le lui faire comprendre...

En résumé, les relations intimes sont nocives à l'amitié.

C'est si clair que ça pour vous? Je fais entrer dans relations intimes le baiser échangé à la sortie d'un bar complètement torchés et la main qui se frôle de façon tout à fait volontaire dans une soirée.

Alors? Toujours clair?

Ok, parfait.

Cela s'applique à tous, quelques soient nos préférences sexuelles, l'amitié c'est sacré, le désir n'y entre pas.

Non vraiment jamais.

Ressentir du désir pour un ami? Bien sûr que ça arrive, et que c'est possible, mais dans ce cas, si c'est un ami, il faut le lui dire, s'expliquer, décider ensemble de ce qu'il convient de faire, avec deux mots à l'esprit, confiance et respect.

Et en tissant des liens étroits et solides avec les autres, on apprend le vrai sens de la solidarité, on cesse de se méfier de ses semblables, on efface les ragots, les craintes, les doutes et les mauvais esprits.

C'est la seule condition pour être ami(e)/ami(e)



God Bless Friendship!

Commentaires

icham kajja a dit…
BOnjour

En effet je suis assez d'accord avec vous!

Y a encore plus de joie!

La dernière séance

Full of Stars

Poppy Spring