Articles

Affichage des articles du février, 2014

Play or not to play?

Image
La saison de la chasse se termine, et le Bachelor débute, comme quoi dans la vie il n'y a pas de hasard.
Bien entendu ça coïncide aussi avec la fin imminente des Princes de l'Amour...finalement on reste sur ces variations sur le même thème.
Sur fond de scénarii plus ou moins bien dirigés, on peut avoir l'impression que tout cela est en carton, et qu'il n'existe pas de sincérité chez les candidats.
Je crois qu'il y a deux façons d'aborder les choses, concernant ces programmes et dans la vraie vie bien entendu.
La première consiste à se dire que tout cela n'est qu'un jeu.
On nous caste, pour notre beauté plastique ou nos qualités de cœur (big up les prétendants de LPDLA) on nous met en compétition, le pompon sur la pomponette, c'est le Prince, la Princesse ou le Bachelor.
Un célibataire riche et intelligent qui cherche la femme de sa vie, des beaux mecs séducteurs prêts à tomber amoureux s'ils rencontraient la femme de leur vie, des prétendan…

Conditionnés.

En écrivant ce titre je n'ai pas pensé (et pourtant) au délicieux refrain de Cyril Hanouna qui, voilà, je le savais a maintenant pollué votre cerveau. Désolée.
Pourtant c'est bien de conditionnement dont je veux vous parler ce matin, de celui qui ne nous permet pas de sortir du chemin déjà tracé pour nous depuis toujours.

J'y ai réfléchi il y a quelques années mais aujourd'hui il m’apparaît davantage clairement,  alors que je dois revoir entièrement mon alimentation.

J'ai découvert grâce à un ostéopathe de génie -  qui, s'il me lit, va certainement se demander si c'est bien de lui que je parle (Dominique, je ne répondrais pas à cette question) - une intolérance au gluten.

Nouveauté, choc, ou bien encore surprise, je n'ai toujours pas réussi à choisir entre les trois, parce que c'est quand même une substance qui constitue plus de 60 % facile de notre alimentation quotidienne.

Enfin, de ce qu'on nous propose...

Eh oui, avant de le rencontrer (Ost…

Drop (but not dead) diva

Image
Vous connaissez sans doute la série du même nom (enfin même....) où un sublime top model décède et se retrouve coincée dans le corps d'une autre (laquelle est en plus avocat, brune et ronde ça fait beaucoup de points de comparaison j'avoue)
Pendant longtemps, j'ai espéré être différente physiquement, avoir telle ou telle tenue pour que le reflet que me renvoyait le miroir soit celui que j'attendais.
Pendant longtemps, en croisant mon regard dans les vitrines ou les miroirs des magasins je me suis trouvée fatiguée, mal fagotée, négligée, alors même que je passais du temps à me préparer.
J'étais toujours en décalage et je ne sais comment me l'expliquer.
Dimanche, je m'apprêtais à sortir pour fêter mon anniversaire et ai jeté un dernier coup d'oeil dans le miroir.
Je me suis sentie comme Deb dans le corps de Jane, une autre.
Mes cheveux brillants, mon maquillage impeccable, ma frange qui retombait parfaitement, mon trench tombait bien, ma tenue me plaisai…

It's a new life, it's a new day, and I'm feeling good....

Voilà une semaine que j'ai découvert une nouvelle façon de vivre.
Comme à chaque période de changement, j'imagine que c'est ainsi pour tous, on a envie de modifier notre environnement.
Détapisser, faire le vide, jeter, donner, vendre, modifier, changer, décorer, et se sentir bien chez soi.
Je découvre donc une nouvelle vie, et une nouvelle façon d'aborder le jour qui se lève, le jour qui s'étire, la pluie qui tombe et même le soir qui arrive.
Ce changement est imperceptible, enfin, pas tant que ça.
Certains ont déjà remarqué cela, mon visage est détendu, mon corps a changé, sans doute décontracté, je me sens libre.
Vendredi matin, j'ai remis un album dans ma voiture et en écoutant les paroles d'une des chansons, je me suis aperçue qu'il s'agissait de cette mélodie, de ce texte, qui me parlait l'année dernière.
Cet album, je l'ai reçu en cadeau, l'an dernier pour mon anniversaire à Rome, de ma cousine adorée qui m'y avait accompagnée…