The Company

Les effluves de vin et de bière pur malt nous parviennent dés l'entrée, mélange de chocolat, de pizzas, de chips en tout genre, dés que l'on pousse la porte.

Là où je vous emmène dans ce post, c'est une des répèt', un de ces moments d'exception qui pourtant nous occupent parfois des semaines entières, répeter, écrire, s'engueuler, s'énerver pour des détails, mal communiquer, boire un coup, se remettre au travail.

On est 41...que de couleurs, que de personnalités, que de chances de faire un spectacle hors du commun.

Oui, ce spectacle que l'on prépare sera différent. 

Il y a toujours les anciens, qui ont besoin de montrer qu'ils connaissent, qui ont apporté déjà énormément d'investissement dans les précédentes éditions, qui ne veulent pas qu'on les oublie, qui sont attachants, parfois chiants, mais toujours présents.

Il y a les nouveaux, dont je fais partie, les nouveaux qui débordent d'énergie, d'idées, qui doivent apprendre à vivre en groupe, en meute, en réalités, en budget, en faisabilité, et ménager leur susceptibilité...

Il y a les absents, notamment une, qui m'a poussé sur scène et qui me donne une autre vision des choses, s'amuser, être pro, se souvenir, vivre l'instant.

Il y a notre Dédé, notre metteur comme il dit, metteur en scène de génie, rencontrer des gens comme ça c'est assez rare, c'est encore une chance.

Tiens, les musiciens entrent en piste et montent leur matériel, Daphné au synthé, la perfectionniste qui a toujours tout géré et veut faire entendre sa voix, les magiques guitaristes et Odette au saxo, et le petit Batteur de compét derrière ses percu.

On n'est pas chanteurs, on n'est pas danseurs, on n'est pas comiques, mais on y met notre coeur et ça donne un ensemble fou et homogène à la fois, ça donne envie, ça donne le smile, ça donne la pêche.

Dans 14 jours, on sera dans les starting blocks, tendus comme des arcs avant de monter sur scène, fous d'impatience et de stress et puis tout ça sera fini.

Ces répéts jusqu'au bout de la nuit ces afters jusqu'au bout du bout de la nuit, les complicités qui se nouent, les amitiés qui se renforcent, les séductions qui se précisent, les animosités qui s'accentuent ou au contraire s'amenuisent.

On a souvent tendance à croire qu'on écrit ce spectacle pour nous faire marrer nous....mais y a du vrai.

On va jouer plus d'une heure quarante sur la scène du  théâtre Sébastopol de Lille, ensemble, alors que pour certains on ne se connaissait pas il y a tout juste six mois.

On est chanceux, et si on nous a prédit le "blues post-revue", si on nous a prédit des problèmes avec des magistrats, si on nous a prédit des problèmes avec des confrères et même un budget fleurs, en tous cas ce qui est sûr, c'est qu'on aura partagé des moments forts, on aura créé ensemble du lien, on aura bâti un spectacle qui mériterait presque une tournée.

Et cette chanson, celle que vous pouvez écouter ci dessous, me fait tellement penser à nous.

A cet élan qui nous emporte au bout de l'aventure, au tomber du rideau de fin sous les applaudissements, aux préparations dans les loges, à la générale de la veille, aux milliers d'hectolitres de bière et de jus de fruits en tous genres ingurgités à chaque répét et after répét, aux différends, aux fous rires, aux perruques, aux achats, aux folies, au bonheur, aux claquements de portes, aux haussements de ton, au harlem shake, à la précédente soirée post revue qui a du donner pour qu'on en soit là aujourd'hui.

Pour le moment patience, tout ceci viendra bien assez tôt.....

Confidence pour confidence, ça me fait du bien de me faire chier à préparer ce spectacle alors que j'ai envie de dormir ou d'aller au ciné, que je suis bien au chaud chez moi et qu'il drache dehors et puis faudra encore une heure pour me garer.

Oui ça me fait du bien, de danser, de chanter, de voir mes potes, de débriefer, de jouer la comédie, de cancanner, de craquer, de manger des chamallows, et tant de choses que selon l'adage "ce qui se passe à la revue, reste à la revue".....je ne peux vous raconter ici.

Mais c'est simple, si vous voulez en savoir plus, Vendredi 15 novembre 2013 Théâtre Sébastopol, entrée 50 euros avec la soirée après au Palais des Beaux Arts.

Sur scène, des avocats. Si je vous jure.

Et pour cette première au Sébasto avant le one-woman show que vous me réclamez depuis des années, je pense que vous ne serez pas déçus du voyage....

Je vous embrasse, et dédie ce post à ceux qui croient qu'on est fou, on l'est, à ceux qui ne nous trouvent pas drôles, à ceux qui croient que les avocats sont coincés, à ceux qui ont envie de se marrer, à Jeanne, qui m'a envoyé aux répét plus vite que la lumière, à Dédé, à chacun des troupistes, même toi oui, et puis à vous, qui serez dans la salle pour nous applaudir.

Hasta la vista :)


http://www.youtube.com/v/sENM2wA_FTg?version=3&autohide=1&autoplay=1&autohide=1&showinfo=1&feature=share&attribution_tag=KqfSYCdD6WX7EcaV-dcNzg

Commentaires

Y a encore plus de joie!

La dernière séance

Full of Stars

Poppy Spring