26 juin 2013

L'atelier des Confessions d'une accro du stylo. Episode 1

Comme vous le savez, aux alentours du 26 juin 2010, j'ai créé avec ma petite Lisette, ce joli blog haut en couleurs.

Sans savoir si vous seriez réceptifs, j'ai tenté ma chance....un an après l'avoir créé, à ma grande surprise, tant j'avais de choses à vous dire.

Et un soir, après votre 15000 ème visite, je me suis dit, comme ça, que je devrais tenter l'aventure du livre....et voilà à peu près ce que ça a donné.....




J'ai relu tous les articles une bonne partie de la nuit.

Un peu comme Amélie, j'ai décidé de propulser la joie et de vous faire vivre une aventure extraordinaire, après tout, c'est vous qui m'avez conduit ici :)

J'en ai sélectionné 30 et les ai répertoriés par saisons....grâce aux conseils d'une de mes nouvelles amies sur Tête de Livre, j'ai envoyé le manuscrit sur internet à une maison d'édition en recherche de nouveaux auteurs....et puis.....

La suite au prochain épisode.....

A bientôt les joyeux <3 nbsp="">

Twenty-two....


22 juin 2013

Dante e Federico

Nous y voilà.

Quarante-huit heures avant le fameux virage à 180 °, le renouveau annoncé, la nouvelle chance attendue.

Tout simplement le concours en fait.

On se fait toute une montagne de ces dix heures d'épreuves, on fait des pronostics, on espère en croisant les doigts, on a des théories plus ou moins sûres sur le sujet qui va tomber et en tous cas on veut réussir.

On ne peut pas stopper les mécanismes déjà tellement utilisés jusqu'alors.

Les pensées magiques, les choses que l'on fait pour avoir de la chance et pour conjurer le sort, on redouble de prudence dans nos comportements quotidiens les plus anodins, on a des antennes pour capter les signaux.

En fait, ce concours, c'est en effet une chance qui m'est offerte, mais aussi une chance que je me suis créée.

J'aurai pu continuer ma vie tranquille avec mes dossiers et mes clients, mes visites en maison d'arrêt mes imbroglios financiers et puis me dire, un jour meilleur viendra.

Et je me suis réveillée un jour. 

"22.06.2010

2ème jour à NewYork
je me surpasse, je monte dans le métro sans savoir où je vais, je me laisse guider par la ville, inédit!
c'est vraiment l'opposé de ce que je vis depuis toujours. je décide de me laisser porter par la ville. Franchement ce voyage n'est pas dû au hasard, je serai différente à mon retour, une ville inconnue, des destinations inconnues et je fais tout au feeling!!! sans rien prévoir, sans conséquences, sans risques ni quoique ce soit."

"ce voyage me rend calme et sereine, je me sens forte, invincible, the king of the world!lol, je vais de plus en plus loin dans les défis personnels c'est ouf."

"oui, tout peut changer...un matin comme tous les autres, un nouveau pari, jouer le rôle de sa vie....rester debout mais à quel prix?sacrifier, ses instincts et ses envies, les plus essentiels....pourquoi vouloir toujours plus haut plus grand plus beau, et vouloir décrocher la lune quand on a les étoiles...

Lecture aléatoire."

"trois jours c'est peu, mais je me sens bien, je n'ai pas de regrets particuliers, tout va bien".

Journal de Bord, Gioia à Montréal & NYC

Relire ça, aujourd'hui, trois ans après, ça me donne la patate.

Trois ans, depuis le premier déclic.

Deux ans depuis le second, sur une plage en Calabre, un 27 juillet.

Un peu plus d'un an maintenant depuis le troisième et il ne m'en faudra pas plus, en mars 2012.

Aujourd'hui, je suis au seuil de cette porte et malgré tout, fait inédit, je me suis autorisée à ne pas gagner du premier coup, alors j'ai un peu moins de pression, même si je sens les espoirs de tant de mes proches derrière moi.

Je suis heureuse aujourd'hui, parce que j'ai accompli quelque chose, parce que tout ça n'est pas juste une décision de changer de métier comme on change de chemise, parce que c'était un rêve de faire ce métier qui me pèse aujourd'hui, parce que c'est une chance que je m'offre de réussir autre chose, ma vie.

Alors durant toutes ces semaines et ces mois, deux hommes ont accompagné mes jours et mes nuits, deux auteurs fantasques et innovants, deux précurseurs à quelques siècles d'intervalle, Dante et Federico.

Je leur dédie ce post parce qu'ils m'ont régalé de leurs fonctionnements et clés de lecture, de leur satire et de leur émerveillement

J'ai aimé étudier, j'ai aimé ces heures de gymnastique intellectuelle, j'ai aimé ces efforts, j'ai aimé cette bibliothèque, j'ai aimé retrouver mon amie Caterina pour étudier des journées entières alors que mon renvoi d'appel professionnel faisait clignoter mon portable.

J'ai aimé ces moments incongrus de stress professionnel qui me donnaient cent, mille, un million de fois envie de réussir ce concours, j'ai aimé les fleurs de bach, et Consalvo, Giacomo, Teresina e Beatrice.

J'ai aimé ces appels et messages de mes amis me donnant le modjo quand la fatigue liée au cumul des audiences et des révisions se faisait sentir, jamais je n'ai pensé à arrêter, décidée et déterminée.

Je vous ai aimé les gars, merci d'avoir été là pour me montrer la voie, pour ouvrir mon esprit et pour me régaler comme je ne l'avais plus été depuis longtemps.

Quoiqu'il arrive lundi et mardi, j'aurai appris, j'aurai vécu, et aimé cette aventure et la continuerai quelques soient les résultats.

A deux jours des épreuves, comme avant le concours d'éloquence, comme avant le concours d'entrée à l'école des avocats, je suis concentrée, et plus engagée que jamais.

Et quand je vois les visites sur le blog s'envoler, le livre qui se construit, votre engouement fidèle, amis lecteurs, je me dis, comme il y a trois à New York, que rien n'arrive jamais par hasard.

Pour une bonne dizaine de bonnes raisons, je crois qu'il est nécessaire de se faire confiance.

Et je l'écris aussi pour me convaincre.

To be continued.....








ps: Que la force du pancake soit toujours avec moi :)



3 juin 2013

-M-agique

De cette magie imperceptible et insaisissable, de ces moments d'exception suspendus au-dessus du temps, de cette matière qui nous transperce le coeur et les veines et qui y reste gravée pour toujours.

Chaque rendez-vous avec lui est un de ces moments magiques.

La poésie se fait rock, la douceur de sa voix nous emporte, les riff de sa guitare nous transmettent son énergie, comme un commutateur sur lequel nous serions branchés pour nous recharger les uns les autres.

Ce n'est pas mon premier concert de -M- oh non, c'est le cinquième déjà, je le suis depuis treize ans, depuis cet album plein de sensualité, où j'ai fondu pour la beauté de ses textes et la poésie, oui, la poésie, qui se dégage de son univers.

La première fois que je l'ai entendu, je ne l'ai pas compris, mais avec le temps et en découvrant les autres mélodies, j'ai découvert quelqu'un qui venait d'une planète similaire à la mienne....

Le concert, ce moment où le temps s'arrête, ou plus rien ne compte, où on se lâche, où on s'extasie tous ensemble, une sorte de communion des âmes où les percussions résonnent comme les battements de nos coeurs.

Le concert, cet endroit où des gens de tous horizons, des gens de toutes les couleurs, de tous les endroits qu'on ne visite ni ne connaît, chantent d'une seule voix, sans s'être jamais concertés, sans répétition, sans prise de tête, sans a priori.

L'artiste, fantasque et délicieux, généreux et positif, qui donne de lui comme si cela était inné chez lui, naturel, presque une continuité de son être, qui est là pour nous et qui grâce à nous se jette dans un public qui l'M.

Des décors époustouflants, une mise en scène du tonnerre et en même temps toujours cette sensualité simple et douce, celle de quelqu'un de familier, à qui on aime aller rendre visite, dans la langueur d'un dimanche de juin.

Voilà la vérité, hier il faisait chaud au Zénith, on a donné de l'amour et on en a reçu, on a rechargé nos batteries, à quelques semaines d'une épreuve importante, mon grand, mon beau, mon magique ami, je t'ai revu et tu m'as redonné le Modjo, que la fatigue avait dissipé.

Du fond du coeur, du fond des mots, -M-erci!


Y a des copains!