8 déc. 2012

By Night (revival)

Hier soir, on a décidé de retourner en "pélérinage" dans un des endroits qu'on fréquentait le plus durant nos études de droit, un endroit inévitable quand on vient à Lille et qu'on veut s'amuser.

Nous voilà donc parties pour le "Net", avec l'appréhension d'être soudain beaucoup plus vieilles que la majorité des personnes présentes.

Et bien, deux constats: il y a toujours les mêmes têtes (on aurait dit qu'ils nous attendaient dis donc) et des nouvelles bien sûr TRES jeunes, du genre comment dire, je sais que j'avais presque 10 ans de moins quand j'y sortais mais là, c'est pire.

Je n'ai pas pu résister au quart d'heure R'n'b et me suis finalement lancée sur la piste, encore spacieuse à 1h10 du matin!

De mon temps (oh la vache je l'ai dit) quand on arrivait à minuit, c'était blindé, et on avait l'impression d'arriver comme des stars.

Aujourd'hui, on a de la place pour danser jusque 2h.

Donc, prés du bar de l'entrée, place stratégique, on voit entrer, sortir, et passer tout le monde.

Observation.

Comme le Dj n'a pas changé, on n'a pas été dépaysées par la musique, c'était vraiment sympa, à deux trois nouveautés prés l'incursion s'est faite sans douleur, musicalement parlant.

Sur le cube au milieu de la piste, (cube de 1m en long et en large) cinq nanas à fond, même pas peur tu tombes de là tu t'écroules bref, ça ne leur faisait pas peur du tout.

Un mec improbable les a rejoint, c'était complétement fou.

Ce mec, on en est sûre, il était déjà là, à l'époque....

Les mecs entrent et sortent de la boîte super vite, comme s'ils étaient overbookés,importants, alors qu'ils n'ont rien à faire qu'à passer une bonne soirée, les nanas regardent leur portable pendant des heures (mais qui peut bien répondre à tes textos à 2h du mat???) les bien sapées, qui ont mis trois heures à se préparer, testent l'effet de leurs tenues sur la population testostéronée, en prenant une moue boudeuse.

En faisant la gueule donc.

Quand elles n'ont ferré personne et estiment en avoir assez vu ici et "qu'il n'y a rien", elles sortiront et traverseront la rue pour aller chez le concurrent, en face, au cas où, et passeront la journée de demain à débriefer sur la soirée. Ou au lycée lundi (oui, ami trentenaire, certaines d'entres elles sont au lycée. Je sais ça pique)

Une nana a fait trois fois le tour de la boite, seule, visiblement ravie d'être là, et j'ai appris qu'il y avait une soirée étudiante dans la deuxième salle, ceci expliquant -en partie- cela. De deux choses l'une, soit elle est venue avec des gens qui eux, s'amusent, et ne sont pas prêts de rentrer, soit elle s'est perdue.

Dans les deux cas, j'ai eu plusieurs fois envie de la ramener chez elle.

Autre constat: les tenues des filles ont perdu quelques centimètres.

Je suis partisane de ne pas tout montrer si on veut garder une part de mystère, je sais c'est trés vieux jeu, mais là comment dire, venir JUSTE en pull ou JUSTE en t.shirt ou JUSTE en collants en dentelle en boite ça me parait un tantinet exagéré.(pull/t.shirt que l'on a sans doute légitimement cru être une robe.Je précise) (et bien entendu, une copine bien intentionnée nous aura convaincu que sortir JUSTE en legging en dentelle, non, ce n'était pas vulgaire. Changez de copines.)

Toutefois, sans se démonter, alors que j'aurai passé ma soirée à tirer sur le dit pull pour éviter de montrer l'autre face cachée de la lune au monde nocturne, la lolita version 2012 se déhanche, voire même monte sur le cube et danse en mode shakira.

En mode, c'est tout, mais ça suffit aux loups affamés restés au sol de capter la parade.

Et partout où on regarde, les gens plus âgés sont autour du bar, et les plus jeunes sur les podiums, c'est une constante, mais plusieurs parades s'enchaînent.

L'arrivée est extrêmement importante, arriver en boîte c'est comme descendre les marches de Cannes, et force est de constater qu'on mise tout sur ça.

Tête haute, menton relevé, style impeccable, la panoplie du clubber au vent, tout est mis en scène, tout est pipeau et variétés.:)

J'ai tellement adoré que tout est revenu, les soirées étudiantes, la fois ou en 2003, à pieds, on est sorties sans argent puisque l'entrée était gratos et qu'on y allait juste pour danser, arrivées sur place, soirée étudiante, on est reparties à l'appart chercher de l'argent et on est revenues, motivées, la chute des marches où ma Suze a amorti son choc sur moi, les mots qu'on laissait dans les poches de manteau des mecs, et qu'on allait rechercher discretos, 

Aujourd'hui, le temps a passé et je regarde d'un oeil plus critique mais aussi bienveillant, ces soirées d'un autre temps.

L'objectif étant de s'amuser....tous les moyens sont bons pour y arriver, et concernant la plupart de la jeunesse, sans modération.

La seule fois où j'ai bu de l'alcool en boite, c'était du champagne, offert par mes chéries pour mon anniversaire....et j'ai dormi. Longtemps. J'avais la trace du fauteuil sur la joue. Fiasco.

Avant jamais, après, bein, plus jamais du coup, jus d'ananas à volonté!youhou c'est la fête!:) Mais bon, j'ai quand même un honneur hein.

J'ai toujours croisé des bandes de petits jeunes (petits petits petits) dans les rayons des supermarchés à 20h le samedi soir, packs de bière et bouteilles de vodka à la main, prêts à se déchirer l'oseophage avant de sortir.

Quand on n'a pas d'argent visiblement, on va mal.

Les garçons sont les mêmes, ils observent, cherchent des yeux, ne bougent pas, les looks ont changé mais au final, à quelques exceptions prés, le comportement est complètement le même.

Les filles sont différentes, elles sont là, semblent sûres d'elles quand on les regarde au premier coup d'oeil mais ont toujours conservé cette fragilité.

Les questions sont les mêmes, "vais je rencontrer quelqu'un ce soir?", "va t il me remarquer.?" "suis je assez bien habillée?"

Je suis repartie trés souvent déçue et frustrée de cet endroit familier, de n'avoir parlé à personne ou d'avoir essuyé des regards moqueurs parfois.

Mais j'ai eu l'impression d'être bien dans mes baskets hier soir.

Et comme je ne me posais plus ces questions, que j'étais venue en pull legging et bottes de motard, tellement je m'en foutais de rencontrer quelqu'un, sans apprêt particulier, sans effort démesuré, quelqu'un est venu me parler, m'a draguée, et m'a laissé son numéro.

J'ai bien ri du coup, 10 ans passés à attendre que ce moment se produise, et quand je m'en fous total, je récupère un numéro, et pas des moindres.

C'est trés intéressant ce que le temps peut faire, l'état d'esprit et les motivations aussi.

Je ne pense pas que tous ceux et celles qui viennent en soirée en boîte cherchent à faire des rencontres, mais bon, 80% quand même, et pour oser franchir le cap de la gêne et de la timidité....il faut soit boire un coup, soit être poussé par ses amis, soit....Avoir 30 ans.

A la recherche du grand amour depuis toujours, j'ai longtemps affiché la couleur.

Aujourd'hui je n'affiche plus qu'un sourire.

Libres à eux de l'intérpréter....

Mais ce qui joue aussi beaucoup, c'est de savoir qui je suis, où je suis, ce qu'à l'évidence je ne savais pas quelques années plus tôt, quand je me déhanchais sur les mêmes morceaux.

A deux heures, il est largement l'heure de partir, et de retourner dans le monde réel, et de traverser les trottoirs jonchés de petits jeunes estomacs qui n'ont pas supporté la vodka pomme à répétition, ceux qui essaient de remettre leur fermeture éclair par trois fois et qui abandonnent même s'il fait moins 3, ça fait mal à la tête.

Rentrer au chaud, chez nous, fermer cette parenthèse, et passer le flambeau à ceux qui auront dix ans de plus un jour, et feront le voyage dans le passé, comme nous.

Je ne crois pas que j'utiliserai ce numéro, la victoire c'est de l'avoir obtenu sans même l'avoir demandé, et ce n'est pas une victoire pour celle que je suis aujourd'hui, mais plutôt un clin d'oeil à celle que j'étais hier, une façon de lui dire, tu vois, tout peut arriver quand on n'attend pas comme une malheureuse qu'il arrive.

Cette soirée revival est une des premières de notre vie d'adulte.

Elle valait le coup, on a beaucoup ri, et on s'est souvenu.

Peut être qu'il faudrait en faire plus souvent?

"je suis là tous les vendredi soir, si un vendredi tu ne me vois pas, c'est qu'il y a un problème"
"ok, je viendrai juste pour vérifier alors".

;-)


1 commentaire:

La Reine des Pâquerettes a dit…

Quel plaisir de te lire...
Cet article me ramène quelques semaines en arrière, alors qu'entre copines nous nous sommes autorisées une sortie "Fille" sans homme ni enfant...
Tout à bien commencé, quelques minutes dans la salle de bain à parfaire un maquillage discret et une coiffure spéciale sortie fille, et nous voilà toutes belles au point de rendez vous...
Après avoir fait halluciner quelques hommes dans un bar où nous avons commencé la soirée. En effet, le débarquement, que dis-je, l'entrée de 14 femmes divines dans ce lieu les a laissé bouche bée. Puis nous sommes aller mangé un morceau dans un ptit restaurant que nous avions réservé, de même que dans le bar, l'arrivée triomphante de cette horde féminine à laisser quelques couples en tête à tête extrêmement mal à l'aise, c'est ce que nous en avons déduit lorsqu'ils sont partis rapidement après avoir englouti leur plat et un dessert pour deux, ou, tout en y pensant , peut être avaient ils d'autres projets sucrés pour leur dessert..
Enfin, nous voilà devant l'entrée de la boite de nuit qui organisait justement ce soir-là, une soirée spéciale Fille!
Et là.... en te lisant, je me suis souvenue de tout ce qu'on s'est dit entre filles-femmes, ce soir-là... cette impression désagréable d'assister à une boom d'anniversaire de sales gosses alcoolisés de 12 à 15 ans... quel affreux spectacle... malgré tout, cela ne nous à pas empêché de pousser les ptites filles qui avaient des comportements douteux du cube (cf ton article) et de prendre leur place afin de leur donner une leçon de danse bien moins douteuse que ce qu'elles faisaient... Enfin, nous avons été les seules véritablement apprécier le show des deux hommes à demi-dévêtu montés sur le bar juste pour le plaisir de nos yeux...

Bilan, un peu le même que le tien : on a vieilli ! mais on a tout de même passé une superbe soirée et nous, on a pas vomi nos tripes comme les quelques jeunes dissimulés à quatre pattes entre les voitures sur le parking... Nous on est de Vraie Femmes qui savent se tenir quand elles sortent !!!

bises à toi, Poupée !!!

Y a des copains!