20 nov. 2012

Flash spécial femmes (en retard) #3 :Attention, Fragiles.

Je suis horrrrrrrrriblement en retard, de 26 heures et 9 minutes au moment où je prends la plume mais j'étais trés occupée et vous saurez bientôt par quoi.

Bref, toutes mes confuses les filles!

Alors ce soir, (enfin hier soir) (enfin, vous m'avez compris) nous allons explorer quelque chose qui va vous sembler trés étrange, car invisible à l'oeil nu (sauf l'oeil nu aiguisé) la fragilité masculine.

Vous n'ignorez pas qu'hommes et femmes sont finalement assez ressemblants sur le plan physiologique.

Ils sont dotés de glandes lacrymales et tout à fait capables de les utiliser.

La seule différence, c'est qu'ils sont moins capables de se lâcher, c'est à dire comme nous, de livrer leurs émotions, en public ou même devant une seule personne.

Ce sont des êtres fragiles, dont le miroir des émotions peut se briser à tout instant.

On le découvre parfois, quand ils sont capables de s'émouvoir de choses que nous ne décelons pas du tout.

Par exemple, leur rapport à la nature, leur rapport aux animaux, c'est surprenant, et à la fois tellement touchant, de les voir s'émerveiller devant la rosée baignant les feuilles, ou devant un nid en haut de la cîme d'un arbre.

C'est beau, sensible, et aussi peut être extraordinaire, parce qu'ils ont tellement l'habitude d'être dans le contrôle permanent, dans leur obligation morale de solidité, dans ce qu'on leur inculque depuis toujours.

Pleurer, c'est être faible, montrer ses sentiments, ce n'est pas être un homme.

Que de lieux communs idiots me direz vous?

Mais ça ne date pas d'hier, les hommes doivent savoir se battre, bricoler, démonter une voiture et la remonter, pousser un tank à mains nues, soulever des meubles sans effort, bref, l'homme doit être un mutant

Or, il n'en n'est rien.

Les hommes sont comme nous, ils sont sensibles, fragiles, doux, et ils demandent autant d'attention que nous, même s'ils ne savent pas la réclamer correctement.

Je ne parle bien entendu pas de gâteries les filles, ça ils savent les réclamer.

Je parle des câlins, des démonstrations d'affection, de la douceur, des embrassades, des bisous.

Si vous avez des enfants, vous devez comprendre de quoi je parle.

Vos petits garçons sont toujours en demande de câlins n'est ce pas?

Leurs pleurs ne se calment qu'au contact de votre peau, un câlin, une caresse dans les cheveux, quand vous les bercez doucement, voilà ce qu'ils aiment.

En grandissant, ils ne changent pas.

En vieillissant, ils ont si peur de l'avenir, ils sont tellement conscients de leurs limites, que ça s'empire, ils ont toujours peur de ne pas être à la hauteur, de décevoir ceux qu'ils aiment, de croire qu'on attend d'eux l'extraordinaire, que la moindre marque d'affection les trouble.

Ce sont des êtres bien plus fragiles qu'on ne le croit et surtout plus qu'ils ne sont capables de l'admettre!

Pas question pour eux d'admettre qu'ils aiment être cajolés, ce sont des chats.

Pas tous bien entendu, ceux qui acceptent leur part de féminité, et je ne parle pas uniquement des homosexuels, - êtres délicieux et si géniaux qu'on aimerait tellement les épouser mais qu'eux non - mais aussi et surtout, de ceux qui ont grandi dans un environnement propice au partage et qui n'ont jamais manqué d'amour, sans être surprotégés, ceux là n'auront aucun mal à montrer qu'ils apprécient, et à en redemander.

Sans Françoise Dolto donc.

Quant aux "macho macho men" il suffit d'observer la quiétude sur leur visage quand on les prend dans nos bras pour réaliser qu'ils sont comme nous.

Et ça nous plaît.

Oui, ça nous plaît qu'ils nous disent des mots doux, qu'ils expriment leurs sentiments, qu'ils se mettent à nu.

Mais attention, s'ils le font c'est parce qu'ils se sentent en confiance, comme un chat qui ronronne, (pas question d'en tirer de gloire hâtive les filles, je vous vois venir!)

A eux aussi ça leur plait, mais pas toutes les trente secondes.

Les hommes sont complexes, fragiles mais pudiques, aimants mais maladroits.

Mais ne pensez jamais qu'ils sont solides comme des rocs au coeur de pierre.

Leur coeur est bien plus sensible que le nôtre, qui savons nous adapter en toutes circonstances, rebondir et se renouveler.

Le leur, emmagasine tout, du plus petit pic à la plus grande déception, ils peuvent avoir le coeur brisé, être pris au désespoir, pleurer des fontaines, le coeur peut saigner.

Ils détestent qu'on pense qu'ils mentent, qu'ils ne sont pas honnêtes, qu'ils ne valent pas la peine, ils ne supportent pas de lire  la déception dans nos yeux.

Ils seront meurtris qu'on ose croire qu'ils ne sont pas sincères, qu'on les rabaisse ou qu'on les critique gratuitement.

Ils seraient capables de pleurer si on appuyait trop où ça fait mal en public....

Ecoutez les textes de Cabrel, Goldman, Berger, Bruel, Ramazzotti, Calogero, Brel, Gainsbourg, et tous les chanteurs qui vous plaisent, souvenez vous des Ronsard, Rimbaud, Verlaine, des poètes et des filbustiers, des chanteurs et des acteurs, d'où leur vient leur sensibilité?

Bref les filles, regardez les comme des humains, si vous les aimez dites leur, mais pas trop.

Trop de mots d'amour sonnent faux à leur oreille, c'est pour ça qu'ils le disent si rarement.

Mais ce n'est pas parce qu'ils le disent rarement qu'ils ne le pensent pas....au contraire....

Allez, bons câlinous:)

Je vous embrasse! A lundi:)




Aucun commentaire:

Y a des copains!