25 sept. 2012

How much do you love Joy?

Allez les joyeux, amis, et vous qui passez par ici!

Le temps est venu de prouver votre amour pour la joie en votant.

Et oui, le blog est inscrit à son premier concours:)

Alors soyons fous et rêvons que nous pourrions gagner!

Je compte sur voussssssssssss!

N'hésitez pas à vous rendre sur la page Tête de Livre du Blog, où en un clic vous arrivez sur la page des Golden Blog Awards!

Je vous embrasse fort et reviens vite vers vous pour de nouvelles aventures....:)

21 sept. 2012

Never Lost at Loostaminet

Comme vous le savez, la Joie est gourmande!

Et malgré les bonnes résolutions de la rentrée, c'est à dire ressembler peu ou prou plus à Monica qu'à Beth, eh bien nous n'avons pas résisté, mes papilles et moi, à me régaler, pour vous bien sûr, d'une superbe salade aux trois chèvres chez Greg et Yohan, dans ce nouveau Restaurant de la Métropole qui deviendra bien vite j'en suis sûre, une adresse incontournable!

L'ambiance est bonne, la cuisine est délicieuse, et on peut enfin se poser entre midi et deux dans une ambiance conviviale, sans craindre le brouhaha des rues lilloises prises d'assaut par des businessmen affamés.

Que nenni (oui, j'aime bien cette expression et je milite pour sa réintroduction dans son environnement d'origine!et alors?) point de stress ici, poussez la porte vous verrez!

Du choix, une déco lounge, classe et décalée, un plat et un dessert du jour, une carte variée et une carte des vins trés fournie et surtout des prix tout doux, tout est fait pour vous plaire....

Pour vous convaincre, vous me connaissez, je n'ai pas non plus résisté au petit reportage photo qui va bien, au grand plaisir de mes hôtes!













Ps: et surtout, les desserts sont TOUS faits maison, et je connais personnellement la maîtresse des lieux, mais si je chuchote c'est pour ne pas la faire rougir:)

60, rue du Maréchal Foch 
59120 LOOS

Le passé embrasse l'avenir

Une semaine s'est déjà écoulée depuis cette belle fin d'après midi de septembre, où avec mes deux autres mousquetaires nous avons reçu un prix, pour notre éloquence au cours du concours de la conférence dont j'ai déjà parlé ici.

Une belle fin d'après midi, où j'ai profité de l'occasion qui m'était offerte pour faire rire mon auditoire, avec notre quatrième mousquetaire, qui a accepté de refaire le magique sketche de cérémonie des Césars d'Alain Chabat et Edouard Baer avec moi.

Et faire rire ces gens sérieux, ce n'est pas simple.

Faire rire en robe d'avocat, faire rire tout court d'ailleurs est loin d'être aussi aisé qu'on le croit.

Au contraire, plus l'auditoire est sérieux, plus compliquée s'annonce la partie!

Devant nous, des juges, présidents de tribunaux, procureurs, avocats généraux, mon père, et outre un parterre de confrères, des dignitaires, des militaires, ma cousine, mes amis, et le plus grand Avocat de France, mon idole, mon exemple, bref, la pression à quinze mille.

Derrière nous, l'ensemble du Conseil de l'Ordre, les anciens secrétaires, autant vous dire la pression à 1 million.

Donc vous l'aurez compris, il fallait détendre l'atmosphère!

Le Bâtonnier a pu compter sur moi j'ai pris un malin plaisir à faire rire, et il n'y a rien de meilleur que d'entendre les rires, trés honnêtement.

Rien.

Ni la récompense d'être une parmi tant d'autres, mise à l'honneur et célébrée, ni même le prix, non, ce qui m'a le plus soulevé le coeur ce soir là, c'étaient ces visages souriants, ces rires au départ étouffés puis complètement assumés.

J'étais là sur l'estrade, au milieu de tous ces gens importants, intelligents, brillants, et j'ai réalisé.

Que j'avais finalement aussi ma place, pour une raison qui m'échappe, sur cette estrade.

Et parmi eux, des gens bienveillants, comme mon bâtonnier qui ne m'a jamais laissé, doutes, infortunes, stress, larmes, il a toujours été là, et le premier de cette famille à laquelle j'ai tant voulu appartenir et dont je me suis longtemps sentie exclue, à me dire qu'il était fier de moi.

Parmi eux, quelques uns de mes amis, et aussi, des gens que j'admire, que je reconnais largement plus doués que moi.

Finalement, ma grande gamelle aura enfin servi à quelque chose.

Et j'en suis fière.

Deuxième fierté, avoir décoincé un peu l'ambiance de ce genre de soirées officielles et solennelles, où tout le monde est trés sérieux, trés emprunté, trés......euh?Ok vous avez compris.

Ce soir là, j'ai donné le ton, l'humour, la comédie, et mes deux comparses ont suivi, leurs discours à tous les deux étaient parfaits.

Je suis fière de faire partie de cette équipe, et d'avoir bientôt mon nom sous le leur sur le tableau qui trône dans le couloir de l'Ordre des Avocats.

C'est peut être de l'orgueil, ou bien penserez vous que je me vante inhabituellement, 

Que nenni.

Je vous fais simplement part de cette émotion qui a été la mienne, de ces messages d'encouragement avant de monter sur scène, de ces félicitations et mains serrées en descendant de scène, et de ces mots:

" je suis doyen des bâtonniers, je représente le passé. Mais vous vous êtes l'avenir, alors c'est avec plaisir que le passé embrasse l'avenir"

Quelle émotion....

J'ai eu un frisson, ce frisson, un peu triste, de se dire qu'on n'y croit plus beaucoup, qu'on est légèrement blasé, que plus rien n'est comme c'était avant....

Et puis j'ai choisi la fête, celle de mes mousquetaires, celle qui m'était offerte, de m’enivrer de tous ces gens qui étaient venus aussi un peu m'applaudir, et j'ai laissé au vestiaire cette peur et ce quotidien assassins.

Là, devant mes pairs et mes modèles, j'ai parlé, au delà de tout et de tous, j'ai ri au nez et à la barbe de ceux qui avaient jasé de moi, et prouvé que, avec ou sans robe, oui, c'est vrai, l'avenir est devant nous, devant moi.....

Et pour ceux que ça intéresse, la vidéo est sur la page tête de livre du blog:)


12 sept. 2012

Ironic Memories

Vous souvenez vous du sms que vous avez envoyé le 12 septembre 2007 à 22H04?

Quelle question n'est ce pas?

Comment peut on se souvenir d'un détail aussi insignifiant et habituel, tel que l'envoi d'un message, sachant que peu d'entre nous gardons en mémoire les messages envoyés, surtout les plus habituels et anodins?

Eh bien dans notre merveilleux métier c'est une raison suffisante d'être un suspect ou tout au moins de mauvaise foi.

En effet, toutes les procédures pénales tiennent sur la mémoire.

Et il ne suffit pas de se souvenir des évènements marquants de votre vie, bien sûr que non petits malins, non non, il convient de se souvenir à la minute près, de votre emploi du temps d'il y a 4 ans, à grands renforts de détails, il convient d'être précis.

Oui, on ne rigole pas.

Mais en plus, je ne plaisante pas du tout.

La justice réclame aux justiciables de connaître la loi, les décrets, les circulaires, les changements, les décrets d'application etc, mais également leur réclame d'être particulièrement attentifs.

Prenons un exemple simple, l'emploi du temps d'une journée lambda.

Pensez vous que si on vous demande ce vous avez fait, à la minute près, hier, vous sauriez me répondre dans l'ordre?

A la minute près?

Non, je suis désolée mais non, vous ne vous en souviendriez pas.

Il faut être déformé professionnellement pour se rappeler à la seconde de chacun de ses faits et gestes ou alors être toqué, ce qui souvent est la même chose.

Personne ne peut se souvenir si bien de faits si simples que ceux ci.

J'ai toujours été impressionnée aux audiences d'entendre les policiers, sans note, raconter par coeur une enquête datant de cinq ou six ans, c'est impressionnant!

Mieux, plus c'est absurde pour un individu "normal", soit non issu de cette famille de dingue appelée justice, plus des gens trés sérieux sont capables de vous beugler dessus, et de croire en la pertinence de leur attaque:

exemple du jour: mon client a dit qu'il avait prêté sa voiture à un ami, qui l'avait sans doute amené dans un garage
Question ô combien pertinente lui est posée par l'accusation: si Mr X conduit votre véhicule, qui conduit le sien?

Je ne sais pas si j'ai réussi à dissimuler mon fou rire, en me mordant les joues, mais bon, j'ai essayé au moins.

Comment peut on trés sérieusement et sans sourire poser ce type de question?

Mon client a répondu aussi simplement que possible: quelqu'un d'autre, mais ça n'a pas satisfait son interlocuteur.

Bref, parfois on peut être surpris, sur les capacités de la mémoire humaine, d'une part, mais aussi sur ce qu'on peut imaginer sur elle.

J'ignore si ces gens précis connaissent encore le menu de leur repas d'anniversaire en 1990, mais en tous cas ce qui est sûr (et évident, comme toujours) c'est qu'on n'oserait pas leur poser la question, ils n'ont pas d'obligation envers nous, ils sont sachants.

Ma seule question est la suivante: est ce que ce monde est sérieux?


10 sept. 2012

Dream a little dream of me

Peut être te trouves tu quelque part, près de moi.

Peut être que je passe près de toi chaque jour, tous les matins, peut être même que je te souris quand je te vois sans savoir que tu es toi.

Je dois sans doute lire trop de romans en ce moment....

Mais je me dis que tu es peut être là et que je ne te vois pas, je ne sais même pas quelle est ton apparence, le son de ta voix, la couleur de tes yeux.

Mais je sais que tu es quelque part.

Comme dans ces belles histoires que je lis, assise sur la plage en t'attendant, peut être es tu attentif à ce que je fais ou ce que je dis, à ma démarche, à ma façon de remettre ma frange en ordre, ou de nouer mes cheveux.

Peut être me vois tu marcher dans la rue, au téléphone, avec mes amis, en terrasse, boire un café, peut être que tu es là quand je descends de chez moi, et que je regrette déjà les vêtements que j'ai choisi.

Souvent, je regarde autour de moi, au cas où je te verrais, mais mes yeux ne me lancent aucun signe.

Je scrute les visages, essayant de déceler derrière quelle silhouette tu te caches.

Tu souris peut être, quand tu me vois, tu ris sans doute quand tu m'entends raconter mes histoires avec l'accent québécois.

Peut être qu'une chanson entendue à la radio te fait penser à moi, ou même une pâtisserie, un parfum, un endroit.

Je ne sais pas où tu trouves ni si un jour tu te décideras à me parler.

Je pense à toi, chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde qui passe.

Je sais que tu es exceptionnel, que tu es parfait, car fait sur mesure pour que mes yeux te reconnaissent, que mon coeur t'aime au premier regard.

Je sais que tu as déjà du penser à moi en t'endormant, peut être même as tu déjà rêvé de moi?

Je ne sais pas.

J'imagine, je n'ai que ça pour le moment, et ce jusqu'à ce que tu te montres.

A bientôt.....



9 sept. 2012

Natural Born to....

Il n'y a pas de mystère, nous vivons bien dans une ère de confort.

Je ne parle pas de confort matériel, mais de confort général, on aime prendre la voiture pour ne pas avoir à marcher trop longtemps et surtout pour gagner du temps, on fait ses courses sur le net, parce que c'est pratique, et encore pour gagner du temps, on va là où c'est facile d'accès, on prend l'ascenseur, moi la première, bref, on s’encroûte.

Et j'en suis arrivée à cette conclusion en Corse cet été.

(oui, je suis ENCORE allée en Corse, mais bon, je suis aussi allée en Calabre, comme chaque année ou presque depuis 30 ans et personne ne me dit jamais rien donc,.....! ok, fermons la parenthèse)

La Corse compte d'innombrables vasques de sources naturelles, de rivières, de torrents, magnifiques et là je vous entends réclamer une photo:


.
Bref, magnifique vous l'aurez compris.

Sauf que pour y accéder, il n'y a pas de petit escalier délicat avec rampe d'accès au cas où on glisserait non non, pour y accéder, il faut être souple, agile et surtout ne pas avoir peur (ou alors être guidé par vos meilleurs potes qui disent "hop" "hop" "hop et hop""eh bein tu vois facile!" ce qui ne vous empêche pas d'avoir le coeur qui bat à 12000 et les larmes aux yeux)

Illustration:


Alors ça c'est le chemin par lequel nous (et moi donc) sommes descendus puis remontés pour pouvoir profiter d'un des sublimes plans d'eau naturels.

Mais il y a aussi le chemin où il fallait passer sur des rochers dans l'eau, comme Mowgli, et celui où il fallait passer sur des roches.

Je vous impressionne?

Et bien tant mieux!

J'ai eu peur, mais finalement je me suis dépassée.

En paréo, maillot de bain et nus pieds d'été, jusqu'à ce que ma cop's aie pitié et me prête ses baskets nettement plus pratique, j'ai escaladé ces passages étroits, sans doute parce que je n'avais pas le choix, mais aussi, parce que j'aurai loupé des choses extraordinaires, par peur, par conscience éventuellement que j'aurai pu me blesser, ou tomber, ou que sais je encore.

Bref, des émotions!

M'est dés lors apparue comme une évidence, cette évolution de l'homme dans le temps.

Il y a plusieurs milliers d'années, à cet endroit, les hommes marchaient pieds nus et sans cordages, ils pêchaient pour se nourrir, et leur corps, bien que nettement moins fort que le notre, était constitué comme celui dont nous disposons aujourd'hui.

Alors comment avons nous pu à ce point perdre nos instincts, nos repères, notre nature?

Je me posais la question une fois arrivée en bas, quand je faisais ce constat; par peur, car je n'ai pas l'habitude d'aller si loin, j'aurai pu rester dans l'ignorance de ces endroits magiques et ne connaitre finalement que ce qui m'était accessible sans efforts.

Or, vous le savez aussi bien que moi, ce sont bien les efforts qui nous permettent d'aller toujours plus haut, d'être fiers de nous.

Cet été, j'ai dépassé la facilité, j'ai escaladé la roche, nagé jusqu'à la bouée,  marché sur des pierres pour traverser le fleuve, fait du bateau (encore!), suis descendue par l'échelle, au milieu de la mer pour aller jusqu'à une vasque d'eau chaude, et sans trop d'incidents j'ai réussi à remonter sur le bateau, ai gravi plusieurs fois par jour les 60 marches qui me séparaient de l'appartement de ma tante, bref, j'ai réveillé mon corps.

On est tous fatigués, épuisés, après des efforts plus psychologiques que physiques, et surtout au moindre effort, on a tendance à s'écouter.

J'avoue que j'ai serré les dents pour m'empêcher de râler quand j'étais fatiguée, quand je n'avais qu'une envie, me reposer, dormir, je n'ai pas toujours effectué de bonne grâce ces exercices physiques mais au bout du compte, j'en tire une assez grande fierté.

Et des enseignements.

Mon corps s'est réveillé, il a compris qu'il existait, cette léthargie, ces constants parcours voiture parking l'ont épuisé et l'ont rendu sédentaire.

Et j'ai soudain repensé à Montréal, été 2010, ces kilomètres parcourus à pieds et à vélo, des heures durant sous le soleil, où j'avais déjà pris des résolutions.

Cette fois, je pense avoir compris, pour retrouver mon souffle, je dois le travailler.

J'ai remis mes baskets, et même si je sais que cela sera progressif, il faut quand même garder le cap, ce corps m'a été offert, il faut m'en occuper comme s'il s'agissait d'un cadeau.

Pas seulement pour l'aspect physique, mais aussi, pour qu'il soit toujours en activité, un peu comme un volcan:)

And you, are you alive?

Brandy&Joyful Girls

J'avais bien dit que je parlerai de mode, et pour vous qui avez sans doute repris le chemin du bureau, comme moi, tout en vous croyant encore en été, il faut bien l'avouer, vous n'avez pas encore racheté le nécessaire de la rentrée.....

Eh oui, il fait chaud, il fait beau, on a encore envie de profiter de ce bronzage doré qui comme un don du ciel nous a permis de nous sentir belles et désirables (et en plus c'est vrai!) alors aucune envie de s'emmitoufler dans des habits (beaux certes) d'hiver.(brrrr quel mot HORRIBLE) (enfin, pour le moment hein, entendons nous bien)

Donc, nous arrivons enfin au fait (ouais, j'aime les intro et alors?)

Je connais depuis un certain nombre de mois maintenant, un petit magasin tout beau, tout fait pour celles qui aiment ce qui est unique.

Oui, les tailles sont uniques, et les prix aussi! Des prix tout doux (t.shirts à partir de 14 euros) pour nous faire du bien en toute simplicité, une matière, le coton, et une marque, Brandy et Melville, from Italy s'il vous plait!

J'ai craqué un jour en passant devant la vitrine face à un sublime débardeur à l'effigie de Sophia Loren....et depuis j'ai continué à craquer.

Quatre t.shirts dont un à l'effigie de Jude Law, mais ne vous précipitez pas pour l'avoir, c'était une pièce unique hihihi

Bref, un atelier de confection de t.shirt avec le transfert de votre choix, je vais bientôt passer à Monica Bellucci, je pense que ça devient incontournable.....

Bref, les t.shirts sont beaux, des formes fashion, déclinés sous plusieurs coupes, des petites robes, des étoles, des sacs, des pantalons, des jupettes, des pulls, il y en a vraiment pour tous les goûts.

Cette marque est bien entendu présente à Lille, rue esquermoise, à quelques encablures de Poppy Milton (vous voyez je suis super sympa, je vous donne non seulement mes adresses coups de coeur, mais en plus je pense à vos petits pieds en vous donnant le périmètre le plus restreint du monde, 10 mètres)

Enfin, au delà de tous ces arguments ô combien attractifs, le plus sympa dans cette boutique, c'est l'ambiance qui y a été créée, et tout ce qui donne l'impression d'être plus dans un boudoir que dans un magasin....on s'y sent chez soi!

Mais trève de bla bla, voici les images qui achèveront de vous convaincre!

Merci à l'équipe d'avoir joué le jeu:)

Je vous embrasse!!!!!!!!!!


















5 sept. 2012

Happy first birthday!

Eh oui, un an a passé depuis que j'ai repris l'écriture de ce blog, et regardez le chemin parcouru!

12 202 visiteurs en un an!

Vous rendez vous compte mes amis, à quel point nous avons franchi des seuils, gravi des échelons, réussi à ouvrir sur le monde cette fenêtre de joie?

En ces temps toujours plus ardus, où il n'est pas simple de trouver sa place et sa voie, il me semble que cette belle réussite est un signe d'espoir!

J'ai plein de choses à vous raconter, de réflexions, de nouveautés, à vous faire partager!

Alors je vous donne rendez vous ici, le plus souvent possible, parce que c'est agréable de se retrouver et aussi, parce que nous apprenons chaque jour les uns des autres.

A venir, bien entendu, un road trip entre Corse et Calabre, des réflexions sur le dépassement de soi et sur l'amour (un jour ou toujours) et puis la nouvelle collection chez Poppy Milton.

Du nouveau et du beau, pour vous ici trés vite!

Je vous embrasse et vous souhaite un trés joyeux anniversaire!!!!!!!!!




Y a des copains!