11 août 2012

Happy 50's

Amis fans de vintage, fans de couleurs pastels, de musique bigarée et fun, soyez heureux, un endroit paradisiaque a ouvert ses portes à Lille!

Dans la rue royale, là où tout se passe, dans le quartier de la fête vieille Lilloise, a ouvert il y a quelques semaines, un driver américain comme dans mes rêves les plus fous.

Musique édulcorée, sièges en sky colorés, milkshakes démesurés, burgers multivitaminés et surtout une déco comme on les aime, tous les ingrédients sont réunis pour profiter d'un voyage dans le temps made in fifties.

Vous me connaissez, je n'ai pas résisté à la tentation de quelques clichés pour vous faire connaître ce lieu qui donne envie de porter une banane gominée et une robe à jupon en tulle et un noeud dans les cheveux.

De Amy Winehouse à Ben l'Oncle Soul, en passant par les Brigitte, le vintage a fait irruption dans nos oreilles, puis a déferlé sur nos looks, dans nos assiettes, avec les cupcakes, dans notre déco, sur nos écrans avec les Mad Men, la tendance est au top.

Alors sans plus tarder, je vous invite à venir vous régaler de l'Happy Hour Milkshake de 15H à 17H tous les jours, à venir manger des bagels, des burgers ou des salades, et spécialités américaines.....de 12h à minuit!

Les prix sont abordables, la carte à partir de 9,95 € et ils sont super gentils!

See u soon folks!

Une déco canon, une carte en bonne et due forme:)


Loooooove!
Dangerous????

J'ai testé pour vous le Milk shake:) Youhouuu!!!
Oh un vrai Juke Box!

Le King:)))

10 août 2012

Stelle Cadente

Vous savez sans doute quel jour nous sommes aujourd'hui?

Bien sûr, la Saint Laurent, et même si peu d'entre vous ont fait le rapprochement, il s'agit bien de ma fête, eh oui.

Mais je n'écris pas un post pour avoir des messages (même si ça fait extrêmemeeeeeeent plaisir) 

Bon soit.

Aujourd'hui, dans tous les pays du monde qui ont le même ciel que nous au-dessus de leur tête, passent des étoiles filantes.

Des fêtes sont même organisées par des Associations d'astronomes amateurs, c'est vous dire si l'évènement est de taille!

En Chine, on observe ces météores depuis l'an 36, ils ont une sorte d'avance sur nous assez stupéfiante je dois bien l'avouer, 

Traditionnellement, c'est à partir d'aujourd'hui, qu'on s'allonge dans les jardins pour observer les poussières d'étoiles, espérant qu'elles réaliseront nos voeux les plus chers (et fous)

Voici l'explication scientifique, enfin, ce qu'il en reste: "la Terre croise en effet, comme chaque été, la trajectoire de poussières échappées de la comète Swift-Tuttle, qui forment des traînées lumineuses en entrant à une vitesse de l'ordre de 210.000 km/h dans l'atmosphère, où elles se consument.

Dans le ciel, elles semblent provenir d'un même point, dans la constellation de Persée, d'où leur nom de Perséides, et leur apparition a été répertoriée dès l'an 36 en Chine et en 811 en Europe. Elles sont également surnommées "Larmes de Saint-Laurent" car leur apparition dans le ciel coïncide avec la mort de ce saint, le 10 août 258"
Girafe, Persée, Cassiopée, Andromède, Pégase, Céphée....Les constellations sont en fête.....
Vous vous demandez d'un seul coup, pour quelle raison je m'intéresse subitement à l'astronomie.
Et bien je vais vous étonner, ce n'est pas du tout récent.
En Italie, depuis toute petite, j'observe les étoiles filantes avec mes amis, ma famille, et je n'ai jamais eu l'explication claire et précise d'un astronome, alors comme chaque année, le jour de ma fête, je me pose la question, j'ai décidé de vous en faire profiter.
J'ai d'excellents souvenirs, de nuits passées allongée sur la plage de Nocera Terinese, où j'observais les étoiles jusqu'à en apercevoir quelques unes et à formuler mes voeux dans mon coeur, certaine et convaincue qu'étant en connexion avec les étoiles, elles auraient le message.
Et bien voilà, ce soir, c'est la meilleure des nuits, alors si vous avez un jardin, sortez, allongez vous et laissez vous porter par cet élan de romantisme et de poésie que l'Univers a créé juste pour nous.
Ces occasions uniques sont des petits bonheurs dont nous ne saurions nous priver.
Et je ne peux m'empêcher de penser qu'il ne s'agit pas de coïncidence, si ma fête tombe le jour où des milliers d'étoiles sont propulsées au dessus de nos têtes.
C'est une façon aussi de dire à ceux que j'aime, que quoi qu'il arrive je veillerai sur eux:)
Bonne soirée.....

8 août 2012

La Cartolina (From Confessions d'une accro du Stylo)



A l'approche des vacances et pour certains en plein dedans, alors que vous serez allongé à faire la crêpe sur votre serviette on the beach, viendra vous titller la carte postale....à envoyer à vos amis, votre famille, vos collègues de bureau.....

La cartolina, qui viendra embellir la journée de ceux qui la recevront, vous y penserez la veille du retour, parfois vous l'enverrez de chez vous......ou vous enverrez un sms de vacances......

Il est pourtant une question.Pour ou contre la carte postale?

Etes vous de ceux qui prônent "vacances j'oublie tout", qui une fois la carte d'embarquement en mains auront oublié tout le reste?

Ou bien de ceux qui ne penseront qu'à cela, préparant à l'avance un petit carnet d'adresses, veillant à n'oublier personne, et jaugeant de qui en recevrait une ou pas (avant le départ bien entendu)

Ce n'est pas une question anodine, et ce n'est pas non plus désuet.

Recevoir une carte postale, même pour une phobique de la boite aux lettres (lol) c'est toujours agréable.

Ne pas en recevoir, c'est frustrant.

En Calabre, tous les deux ans, je commence mes vacances par faire le tour de la famille (de la région quoi) mais au final en prenant mes reperes je pense tout de suite aux cartes postales.

En effet, j'y pense en descendant en ville, j'achete les timbres, et je m'attable face à la mer pour les écrire en pensant à mes amis.

Je le fais toujours de la même manière. Et j'adore ça.

Evidemment, c'est pour certains une perte de temps que d'écrire "tout va bien, je passe de trés bonnes vacances le ciel est bleu,le soleil est au rendez vous.....je pense à vous, et vous raconterai tout à mon retour".
Surtout quand on vient d'arriver, on espère que ce qu'on écrira sur la carte se réalisera.

En plus on se barre au bout du monde, c'est pas pour écrire aux gens qu'on fuit, au quotidien qui nous oppresse.

Quand je suis partie à New York j'ai envoyé quelques cartes (aprés avoir retrouvé comment on disait en anglais le mot timbre....ouais la loose je sais) dont une qui n'est jamais arrivée chez mes amis à Montréal.

c'était incroyable pour moi d'écrire une carte d'un endroit où j'avais rêvé aller. Et cette image figée d'instant de bonheur a traversé l'océan jusqu'à mes amis.Je partageais donc avec eux mon plaisr et mon émotion.

Il est certain que grâce à Facebook et aux sms j'ai pu publier mes aventures avec le plus grand nombre.

Mais remettons nous dans le contexte: il y a 100 ans, les gens n'avaient que leur plume pour raconter leurs aventures.

Mungo Park n'avait que des manuscrits pour raconter les beautés des lieux qu'il visitait.

Et Leonard de Vnci, Christophe Colomb, n'avaient pas twitter pour raconter leurs découvertes.

La carte postale traverse les époques, il y a 50 ans, les premiers congés payés la mettaient au gout du jour, aujourd'hui c'est encore une star de l'été.

Il faut bien la choisir. Comme un parfum de glace ou une couleur de paréo.l'image la plus sympa pour les copains, les parents, ou les collègues....ainsi, le panorama sur trois paires de fesses dans le sable, offrant une vue imprenable sur des maillots de bain échancrés et colorés, n'est pas du meilleur effet pour vos parents,voire vos grands parents....(enfin, faites comme vous voulez)

De même la dite carte tout terrain qui peut se décliner à l'nfini (monokini et pose suggestive) destinée à vos collègues, n'oubliez pas l'enveloppe.....au pire, essayez de ne pas la signer.:)

Pour plus de sécurité pensez aux panormas aux couchers de soleil, aux vues sur la mer, à la plage, aux coquillages, aux cétacés, enfin vous m'aurez compris....

Ne pas recevor de carte alors que vos amis sont au bout du monde en train de s'essayer au kite surf ou sur ne plage d'ibiza en train de s'éclater est frustrant.

dés lors quand vous partez et que vous n'écrirez pas de carte on le dit à l'avance.

Mais on fait gaffe de ne pas en envoyer à certains et pas à d'autres quand ils se connaissent.(oui c'est du vécu)

Pensez à la joie de ceux qui la recevront, de se sentir choisis, de sentir qu'ils comptent pour vous, et qu'ils seront heureux de savoir que vous souhaitiez partager ce moment de détente avec eux.

Et là, ces simples mots "le ciel bleu, le soleil est au beau fixe, je pense à vous." seront réconfortants quand vous éteindrez le journal télé, la météo pourrie, les factures, les problèmes au boulot.

Une carte postale.C'est une marque d'amitié intemporelle.

Bonnes vacances!

Terra Promessa....

Dans quelques jours je vais m'envoler vers la Corse, et juste après, je partirai rejoindre ma terre promise, ma belle Calabre.

Je voudrai faire un arrêt sur images, et vous raconter un peu, par avance, mon petit paradis...si c'était de l'audio, je vous proposerai sans doute de fermer les yeux, mais là, techniquement, ça ne va pas être simple....

A l'aéroport, la chaleur, les palmiers, les gens qui s'affairent tout autour, me diront dans ma langue natale que je suis bien arrivée à la maison.

Ma cousine Manuela, avec qui j'ai passé des heures à discuter sur Tête de Livre durant l'année, sera certainement au rendez vous, souriante, et aimante, discrètement émue, mais nous serons folles de joie de nous voir.

Nous roulerons, le long de la mer, fenêtres ouvertes, cheveux au vent, qui sera bien entendu chaud, c'est une région assez portée sur le soleil et la chaleur....

A chaque kilomètre, mes yeux se ré habitueront à ces lieux si familiers, je verrai les panneaux indiquant les différents villages que nous traverserons, jusqu'à arriver au village natal de mon père, Falerna.

Je sais que je trouverai ma tante, sur son balcon, attendant notre arrivée, "un caffettino Laurè", me proposera t elle pour m'accueillir.

Sur ce balcon face à la mer, que je connais si bien, je verrai les flots thyrénéens onduler doucement, dans ces cas là on dit que la mer ressemble à une table "na tavola".

Le soir, nous irons sur le lungo mare, la promenade du bord de mer, qui à Farlerna a été entièrement repensée depuis que j'y allais les premiers temps, en bordure de la plage, prés de la route, où s'étendent des kilomètres de cafés, de jeux, d'ambiance festive.

La nuit, cette promenade est une institution.

On s'apprête, on se fait beau, pour parcourir ces centaines de mètres, tout doucement, plusieurs fois dans la même soirée, rencontrant des gens, s'arrêtant au milieu du passage pour discuter, on parle beaucoup en Italie, de tout de rien, de choses intéressantes de choses futiles, mais on garde toujours le contact.

Peut être que s'improvisera une partie de "billardino" au milieu des gens, où les filles tiennent ensemble et mettent toujours la raclée aux garçons qui semblent tout droit sortis des films de Fellini.

Une glace au galak, al Bar Vittoria, institutionnellement la gelateria où tout le monde s'arrête depuis toujours.

Le lendemain, tard dans la matinée, nous nous lèverons alors que le soleil aura déjà réchauffé la terrasse, j'irai peut être voir ma famille au village, tout en haut de la colline, où un quartier entier est composé d'amis et de famille, appelé "campodorato", qu'on peut traduire comme "champ doré", rien que pour ça, j'adore ce lieu....

Je verrais mes tantes, mes cousins, mes cousines, à chaque maison, on me posera les mêmes cinq questions: 

- Ehiiiiiiiiii Laurè, ma quando sei arrivata? (Quand es tu arrivée?)
- E quanto stai? (Combien de temps restes tu?)
- Quando te ne vai? (Quand repars tu?)
- Ma ti si sposata? (Mais tu t'es mariée?)
- Ti viu na picca ingrassata no? (Tu as un peu grossi non?)

Je ne m'offusque pas, c'est la tradition, ces cinq questions sont un passage obligé, qui détend tout le monde.

Mais il y en a d'autres:

- Allura, chi si dice? (Alors quoi de neuf?)
- Ma da sula si venuta? (Tu es venue toute seule?)
- Pattrita vene? (Ton père va venir?)
- E nannata cum'é? (Ta grand mère va bien?)
- E Nonno Antonio? (Et ton grand père?)
- Al lavoro tutto ok? (Ton boulot ça va?)
- Mangiati na cusiccedda (manges un petit truc)

Bref, un régal!

J'irai jusqu'à la supérette de mon cousin Ferdinando, la mitica simpatia Crai, où air conditionné, musique et rayons parfaitement alignés accueillent les clients tous les jours sauf le lundi au village, ce qui fait plaisir à tout le monde.

Tout doucement, j'avancerai dans les rayons des gâteaux et des pâtes, pour atteindre le fond du magasin la Salumeria, où se cache le mythique Rinaldo, mon ami, mon cousin, mon soleil!

Il aura sans doute cette expression que j'adore quand j'arrive, l'étonnement et la joie, je suis fan de mon couz!

On s'accoudera sur le rayon produits frais pour papoter, et sans doute changerons nous de place pour s'appuyer sur les congélateurs de glaces et crèmes glacées.

Rinaldo, qui a toujours envie de changer de boulot mais qui n'a pas bougé d'un millimètre, derrière son comptoir, toujours souriant et amusant, toujours à servir les gens avec une petite plaisanterie pour chacun.

Ferdinando, à la caisse, me dira que les affaires ne vont pas trés bien, mais qu'on ne peut rien y faire, il faut bien travailler.

Il me posera les questions ci dessus indiquées, me demandera où je suis ces jours ci, me dira que ma tante (sa maman) est chez elle, et j'irai jusque là pour saluer ma tante.

Je les saluerai tous, passerai un peu de temps chez les uns, chez les autres, promettant de revenir, espérant pouvoir le faire.

All'uliveto, tout en haut de la rue, j'essaierai de croiser ma grande amie de coeur, Katia, qui a repris le bar restaurant de ses parents en gestion.

Diplômée d'une thèse en conservation des biens culturels, elle ne trouve pas dans sa région de travail à hauteur de son savoir faire, blondinette dans une région plutôt tendance brun foncé, elle a dans le bleu de son iris la sincérité et la détermination d'une vraie calabraise!

Au coeur du village de Nocera Terinese, se trouve ma cousine Milena, et sa maman, Milena vit à Milan, mais revient régulièrement surtout l'été, au village où tout le monde se retrouve.

Avec elle nous discuterons des heures de ses voyages, de sa vie Milanaise, nous échangerons sur les livres, les films, et tout ce que nous faisons toute l'année, bien que grâce à Tête de Livre nous maintenons toujours le lien intact.

Nous irons sans doute à la plage, je reverrai aussi  Francesco, Walter, Piero, mes cousins et cousines que j'ai quittés l'an dernier, et surtout, Pietro et Roberta, leur petite fille Francesca a maintenant bientôt 8 mois, et que j'ai hâte de voir et de tenir dans mes bras.

Et ce chemin, cette route en lacets à flanc de colline, ces repas joyeux où tout est délicieux, cette douceur de vivre où le temps semble s'arrêter, ces heures à discuter en regardant les étoiles, les glaces qui s'empilent, la bibita al caffé, il caffettino e la granita, il cornetto, la passeggiata, une, deux trois, jusqu'au dernier jour, ce bonheur qui n'en finit plus, les photos d'identité dans les arrières boutiques des épiceries, les enfants qui jouent dans la poussière, les sourires et la joie.

Je ne sais pas si ce que j'aime, c'est la région, que j'ai sillonné l'an dernier, ou le fait que loin de ce qui me stresse, je suis enfin moi même, à part entière, comme si les deux parties de moi se réunissaient à chaque fois que je ferme les verrous de la porte direction l'aéroport.

S'asseoir les uns prés des autres, juste pour le plaisir d'être ensemble, sans se soucier de tout le reste, et bien sûr en version originale dans la langue de ma naissance.....

Je n'imagine pas perdre une seconde de soleil du haut des collines, des oliviers à perte de vue, de senteurs, de parfums, de bonheurs anodins, je suis vraiment amoureuse de cet endroit qui fait partie de moi.

Ce sont grâce aux trésors dont je viens par exemple de vous parler, que nos personnalités et nos vies évoluent, et se révèlent uniques.

Une bouffée d'air chaud, pour retrouver "lo slancio", celui qui fait avancer, celui qui permet de tenir bon dans la parenthèse qui s'étend de mon départ à mon retour sur ma terre promise.....

Comme quoi certaines histoires d'amour durent toujours......il n'y a pas que les humains qu'on peut aimer à la folie, il y a les endroits magiques aussi.....

Bacioni!




7 août 2012

Listes



- Aller à un concert
- Repeindre ma chambre en vert

- Boire de la vodka
- Aller chez Ikea
- Mettre un décolleté
- Louer un meublé
- Et puis tout massacrer
- Pleurer pour un rien 
- Acheter un chien
- Faire semblant d'avoir mal
- Et mettre les voiles
- Fumer beaucoup trop
- Prendre le métro
- Et te prendre en photo
- Jeter tout par les fenêtres
- T'aimer de tout mon être

- Te faire mourir de rire 
- Aspirer tes soupirs
- M'enfermer tout le jour 
- Ecrire des mots d'amour
- Boire mon café noir
- Me lever en retard
- Pleurer sur un trottoir
- Me serrer sur ton coeur
- Pardonner tes erreurs
- Jouer de la guitare
- Danser sur un comptoir
- Remplir un caddie
- Avoir une petite fille
- Et passer mon permis

- T'embrasser partout
- S'aimer quand on est saouls
- Regarder les infos
- Et fumer toujours trop
- Eveiller tes soupçons
- Te demander pardon
- Et te traiter de con
- Avoir un peu de spleen
- Ecouter Janis Joplin
- Te regarder dormir
- Me regarder guérir
- Faire du vélo à deux
- Se dire qu'on est heureux
- Emmerder les envieux.

J'en ai fait une aussi de Liste un jour, un peu comme dans une série pour ados où les héros qui avaient écrit une liste de choses à faire avant 30 ans, retrouvent la liste et réalisent tout ce qu'ils ont ou non accompli.

Il y en a une, où j'ai écrit

- être trés heureuse 
- tomber amoureuse
- faire des choses utiles
- trouver la maison de mes rêves.

Cette liste non exhaustive n'est pas encore réalisée.

Contrairement à celle de Rose, où j'ai déjà barré les trucs que j'avais fait, il s'avère que j'ai encore pas mal de choses à réaliser, et ma cousine, grande amatrice de listes, part du principe (organisée!!!) qu'il faut voir ce qu'on a à faire pour savoir ce qui a déjà été fait, et où on en est.

J'ai tendance à partager cet avis (je sais tant de réalisme en moi est inquiétant) mais je n'arrive pas à m'y atteler.

La preuve, au lieu d'écrire de petites choses qui entrent dans de grands ensembles, genre "tomber amoureuse" ou "être trés heureuse", si j'écrivais des trucs qui pour moi rendent heureux et que je m'appliquais à faire ces choses, j'en ferai plus. (Vous avez tout suivi ou je recommence?)

Alors je recommence.

Et je réalise au moment où je le vis, que je suis heureuse.

Et ces derniers jours, lire un livre au soleil, partager un repas avec la famille, serrer dans mes bras mes amies, embrasser leurs enfants, faire une sieste dans l'herbe, m'ont rendu trés heureuse.

Voilà.

Maintenant reste à savoir où j'ai mis ma liste....:)))

Et vous?vous l'avez rangée où?

La Liste - Rose

5 août 2012

Doux - Jean-Jacques Goldman

Délicatesse

Cet après midi, aprés une bonne sieste au soleil, j'ai lu d'une traite le roman de Foenkinos, qui porte le même nom que ce post.

J'ai ri, j'ai pleuré, j'ai adoré ce roman,que je tentais de lire, une page ou deux par soir mais que je délaissais pour mon oreiller bien souvent.

J'ai hâte de voir son adaptation au cinéma, je suis vraiment tombée en amour, bien écrit, drôle trés souvent, et surtout qui nous emmène dans la vie des personnages, des lieux, du temps....

Et quel bonheur de lire, tranquillement, sans se soucier de l'heure, sans se soucier du temps qui passe, comme s'il était suspendu, comme si nous étions dans une bulle, une bulle d'imagination, où les visages et les lieux se dessinent sous les mots si bien choisis d'un écrivain.

Y a pas à dire, écrivain, c'est un métier.

On ne devient pas écrivain par hasard, raconter des histoires, c'est une chose à la portée de tous, mais bien les raconter, c'est autre chose.

Cette histoire apprend l'humilité, à revoir nos critères, à se rendre compte des jolies choses, la simplicité, la douceur, la candeur parfois, la délicatesse.

Ce livre est si beau qu'il nous laisse baigner dans une atmosphère de douceur et qu'on ne veut rien lire d'autre juste après, histoire d'y rester encore et encore.

Et en lisant ce livre, j'ai eu envie d'écouter une chanson en particulier, de ce chanteur en particulier, j'ai vraiment eu l'impression de le voir apparaître partout tout au long de ma lecture.

Et cet endroit,au milieu des arbres et des herbes folles, mes amis vacant chacun à leurs activités, j'étais bien, j'avais oublié la ville, j'avais juste gardé la sensation de ce bien être, et de cette belle journée aux activités douces et tranquilles.

Cette journée est une de celles qui nous promet que tout ira bien, que le meilleur est à venir, ces moments sont ceux qui durent pour toujours, ceux qui donnent envie de vivre et d'aimer....

Délicatement délicieux......

3 août 2012

(Anti) Statique

C'est un mot que j'ai définitivement effacé de mon vocabulaire.

Je n'aime rester statique, immobile, stationnaire, là et pis c'est tout.

Non, au contraire, depuis ma première vision d'une mappemonde, j'ai décidé qu'il fallait que je découvre ce monde dans toute son immensité et je ne conçois pas du tout, du tout, du tout (mais alors vraiment pas) de rester toute ma vie au même endroit, à faire les mêmes choses.

Nul n'est obligé d'être de cet avis.

Mais compte tenu de l'immensité du monde j'aimerai pouvoir me retourner sur ma vie, le plus tard possible, ou en tous cas après avoir eu le temps de faire suffisamment de choses imprévues ou prévues, et me dire, ah j'ai quand même eu une belle vie.

Les sept merveilles du Monde, le Mur des Lamentations, la Vallée de la Mort, la Colline d'Hollywood, les plaines d'Australie, la muraille de Chine, le Mexique, le Brésil, le Portugal.....l'Inde, l'Afrique du Sud, le Maroc, bref, cette liste n'est pas exhaustive, et je sais que je n'ai pas d'argent, mais en tous cas je ferai le maximum pour y arriver.

Petit à petit, pas après pas.

Et pour avoir déménagé 3 fois en 7 ans, oui, je reconnais, j'ai la bougeotte.

La prochaine destination, habiter face à la mer, c'est ma nouvelle lubie.

Pour la douceur, pour me sentir régénérée chaque matin, et pour avoir le temps de vivre.

C'est pour cette raison que je suis sans cesse à la recherche de nouveaux projets, de nouvelles choses à faire, on peut croire que je suis instable, je répondrai que je suis insatiable.

C'est bien différent.

Pour raconter le monde à mes futurs enfants, j'aimerai pouvoir leur dire des choses que j'aurai vu, ouvrir à leurs yeux, la grandeur de ce que nous possédons, mais que nous délaissons bien trop.

A mon sens, rester toute sa vie au même endroit et faire toujours les mêmes choses, fait tourner notre vie en routine et ne pas la remplir de couleurs d'images de sons et de saveurs, ne lui fait pas honneur.

Sans doute est ce la jeunesse, ou bien suis je vraiment une aventurière?

Qui le sait?

Ce qui est certain c'est que le voyage ouvre l'esprit et prépare au voyage suivant, quelle forme de tolérance que d'accorder du temps à ce qui existe ailleurs, plutôt que de s'enfermer dans un cocon bien tranquille où rien ne bouge et où l'on se sent à l'abri?

J'aime le sentiment de m'enrichir à chacun de mes pas.

Et puis si un nain de jardin peut faire le tour du Monde, pourquoi pas moi?

Définitivement, pleine d'énergie, je suis anti statique.


Y a des copains!