Ubiquité

C'est un mot que je n'ai pas su écrire durant des dizaines d'années.

J'ai récemment appris sa signification et ce n'était pas en regardant dans un dico.

Ma vie à elle seule a suffi à expliquer ce mot.

Nombre de soirées où je n'ai pas su faire de choix entre mes amis je n'y arriverai sans doute jamais d'ailleurs, où j'ai commencé la soirée avec les uns et terminé avec les autres.

Combien de fois ai je assisté à deux soufflages de bougie à deux endroits différents du département le même soir.....

Combien de fois suis je apparue sur des photos dans la même journée à deux évènements réunissant des gens totalement inconnus les uns pour les autres.

Et ça m'amuse.

Parce que le hasard a fait que je sois l'amie de gens nés le même jour, qui ne se connaissent pas et pour lesquels j'ai pourtant une place privilégiée dans mon coeur.

C'est ça, l'ubiquité.

Et on se demande comment on fait pour faire toutes ces choses dans un trait de temps si restreint?

Il fallait être là hier aprés midi, à Wimille, quand mes amis m'ont remerciée d'être venue à leur mariage, et à Lille, quand mon amie Chacha m'a vue entrer dans le bar à cocktails, et le soir, aux alentours de minuit, quand mes amis ont crié de joie en me voyant débarquer dans le salon.

C'est bien pour cette raison que je fais tout ça.

Pour les voir sourire.

Un enterrement de vie de jeune fille à Lille au mois de mars, en même temps que l'anniversaire de mes cousins à Lens, qu'à cela ne tienne je choisis le 50/50.

Une journée à la plage en Belgique avec les copains et une soirée à Louvroil au coucher du soleil, pas de problème.

Au volant du campi bolide, je sais ce dont je suis capable pour un sourire.

Je le fais pour ceux que j'aime, quand je le peux, quand j'y arrive, quand la campi bolide ne me lâche pas, et surtout quand j'arrive encore à ouvrir les yeux.

Ce mode de vie à 100 à l'heure, c'est vrai que c'est crevant, mais on aura l'éternité pour dormir.(cf ma totally marraine)

Ce n'est pas toujours possible.....mais c'est rarement la volonté qui faiblit.

Je me souviens de ce film, 27 robes avec Katherine Heigl, où en tant qu'organisatrice de mariage, elle se retrouve dans des situations incroyables, à deux célébrations, deux soirées et repas en même temps dont vous verrez le trailer ci aprés.

Et hier, quand j'ai dansé avec les filles au Zango, pour une heure aprés danser avec les potes à Marcq, sur la même chanson, je me suis sentie un peu, mais un tout petit peu, Katherine Heigl.

C'est trés bizarre.

C'est drôle en même temps, c'est comme si le temps ne passait jamais, comme quand j'étais à New York, qu'il était 18h en France et que j'avais le sentiment qu'une nouvelle journée débutait.

Le plus dur, c'est l'atterrissage.

Le retour à la réalité.

Le silence assourdissant qu'on remplit de musiques, de chansons, de films, de rires et d'écriture.

Parce que finalement, je pourrais tout aussi bien décliner les invitations, mais qu'y a t il au monde de plus précieux qu'un ami?

La vérité, c'est que cette histoire d'ubiquité m'est fort confortable.

Au moins j'en profite pour voir tout le monde en même temps, et je ne perds aucune miette de leur présence.

En fait, je pense que je vais proposer une nouvelle définition de ce mot à l'Académie.

Ubiquité: n,f, se dit du fait de ne rater aucun moment avec ses amis.

Je vais me reposer maintenant......il est l'heure de faire sécher ma cape:)

Si vous faites un after appelez moi:)




Commentaires

Puck a dit…
je te vois complètement courir les chaussures dans une main, le portable dans l'autre et les clés de voiture dans la bouche.
- J'arriiiiiiiive!!!! Je suis presque làààààààààà

;)

you wonderful gurl

Y a encore plus de joie!

La dernière séance

Full of Stars

Poppy Spring