8 juil. 2012

Pax

Je ne sais pas si c'est le fait de m'être transformée en pasteur d'un jour et d'avoir célébré un mariage qui me donne envie de vivre en paix, ou d'avoir des idées pacifiques, ou si je suis vraiment comme ça et que je suis en manque.

Oui, je suis en manque, de paix, de fraternité, de sérénité.

Oui, j'en ai assez de cette morosité, de ces conflits, de cette agressivité ambiante, j'en ai assez de ces gens qui crient vengeance à tous les coins de statuts.

Les évènements malheureux de ces dernières semaines, sans doute actes désespérés de gens qui ne savent même plus comment ils s'appellent ni d'où ils viennent, ce qui n'enlève en rien l'horreur de leurs actions, ont poussé les gens "normaux" dans un élan d'agressivité et une soif de vengeance à peine croyables.

Je suis, je l'avoue,aussi choquée des réactions de la "population" que des faits en eux mêmes.

Les faits sont graves, sont violents, inconsidérés, deux fusillades en une semaine, à deux endroits du département, tuant pour la première, blessant pour la seconde, avec des armes de guerre.

La guerre.

Ce mot horrible qu'on essaie d'éviter de devoir prononcer quand on a compris son atrocité, la guerre, sort réservé à d'autres pays pense t on, mais loin loin loin de nous.

Mais dans la vie quotidienne, que voyons nous?

Des gens qui sortent de chez eux pour frapper leur voisin, des gens descendre de leur véhicule pour en découdre avec le conducteur derrière eux, des gens frapper leur femme, leurs enfants, des gens alcoolisés qui se battent dans la rue pour des peccadilles, des gens refoulés de boite de nuit, parce qu'ils n'ont pas le "style", "profil" ou que sais je encore.

Et des déséquilibrés.

Il y en a toujours eu.

Et le fait que ça se passe en bas de chez nous, le retentissement médiatique, cette jeune femme innocente qui ne faisait que son travail, ce jeune homme sorti pour s'amuser, morts pour rien, violemment, subitement, injustement.

Tout ça oui, c'est injuste et c'est horrible.

Mais n'est ce pas la suite logique de cette agressivité quotidienne qui nous envahit petit à petit?

Mais où est donc passée la paix?

Pour quelle raison, un homme de 32 ans se balade t il avec un fusil, comme dans les contrées arriérées du Kansas, pour aller expliquer la vie au portier d'une boite de nuit, comme s'il entrait dans un saloon?

Pourquoi, un homme qui ne peut pas entrer et qui sait être indésirable veut forcer le passage pour se faire justice lui même?

Mais que reste t il du passé?Qu'avons nous appris?

Manifestement, rien.

Et quelle réponse apporte le monde?

Les médias en font leur première page, valorisant ainsi l'auteur des faits, le mettant face à son besoin de reconnaissance et d'ego, comme un pauvre kamikaze, jouet d'une cause à laquelle de toute évidence il n'avait rien compris puisque la religion dont il se disait le disciple est porteuse de paix.

Tous ces gens là, que la population veut dézinguer au moindre mouvement, disposent d'une publicité incroyable grâce aux médias qui en parlent tous les jours pendant une semaine, jusqu'au prochain fait divers qui fait vendre.

Génial non?

Puis les médias ayant bien tout expliqué,faisant intervenir des experts, des psychologues, vont bien détailler à la virgule près, tout ce qu'il faut faire pour devenir meurtrier.

Ainsi de nouveaux malades de la personnalité, les peureux, les moyens, vont pouvoir copier leur idole, et devenir eux aussi des stars du trash.

Je pense franchement que si les médias n'en parlaient qu'une fois qu'ils avaient retrouvé le tireur, ça contribuerait peut être moins à faire peur aux gens.

Il est évident que ça ne facilite pas le travail de ceux qui ont la pression pour les rechercher, mais que ça permet aux gentils petits tireurs, en écoutant la radio, de savoir où ils doivent aller pour échapper à la police.

Y a un moment, il m'est d'avis qu'il faudrait songer à réfléchir.

Faire peur aux gens et agiter comme des hochets ces faits divers graveleux, ça n'aide pas à se sentir en paix.

Et puis comme le métier du journaliste est d'informer, peut on m'indiquer, en quoi ce type d'évènement constitue de l'information?

Ça ressemble plutôt à du voyeurisme non?

Et les réactions donc, sont plus choquantes à mes yeux que les faits qui au final, seront jugés, par des lois prévues par des gens qui ont fait en sorte que la justice règle le chaos.

Les gens qui réclament à corps et à cris le retour de la peine capitale sont à mon sens aussi perdus que les gens qui se jettent dans la masse à coups de chevrotine.

Ils sont humains.

Et être humain visiblement, ça laisse des traces, celle de la loi du talion par exemple, vous savez le fameux oeil pour oeil, ou encore ces gens avec des fourches qui décapitent ceux qu'ils croient coupables et qui courent dans la ville montrer les têtes décapitées sanguinolentes dans les rues.

La peine capitale est abolie, et c'est pas pour rien.

Et si la première réaction d'un père, d'une mère est compréhensible quand on s'en prend à la chair de sa chair, celle d'un pays l'est beaucoup moins.

Ces gens qui tirent à vue sur les boites de nuit bondées cherchent eux aussi à se faire justice eux mêmes me semble t il.

Ils se voient refuser l'entrée et décident de donner une leçon "ça ne se passera pas comme ça", faisant appel à leur cerveau reptilien et à leurs instincts animaux primitifs.

Ceux qui voudraient leur faire la peau c'est pareil.

Les instincts, les réactions, sont les mêmes.

L'intérêt est différent.

Celui qui tire sur les gens cherche à venger son intérêt.

Celui qui veut exécuter celui qui a tiré sur les gens, pense venger l'intérêt du monde en mode super héros.

Quelle violence!

Répondre à la violence par la violence, guérir le mal par le mal c'est ça la solution?

Ne serait ce pas une réaction un peu "exagérée", humaine certes mais dénuée de toute réflexion?

Prenons le cas de ce jeune homme qui pour une cause encore incompréhensible pour moi a tué de jeunes enfants de confession juive, puis deux militaires, qui n'avaient à l'évidence rien demandé, et qui a été finalement tué par les services de police du RAID dans l'assaut.

Il a eu ce qu'il voulait non?

Il est mort, en pensant qu'il avait raison, que sa cause était juste, il s'est "offert" à sa folie meurtrière, en la déguisant en guerre sainte, soit, mais il a atteint son but.

Quand Ben Laden est mort, les scènes de liesse aux Etats Unis m'ont particulièrement choquée.

Se réjouir de la mort de quelqu'un, ça me dépasse, et chercher la mort de quelqu'un, la souhaiter même, ça me tue.

Je ne comprends pas.

Et on me sortira les discours simplistes, les tartes à la crème à base de "tu verras si on tue tes enfants".

Ok. Je verrais.

En attendant, tous ces mots que j'entends en ce moment me font peur.

Mort, peine de mort, armes de guerre, fusillade, vengeance, barbarie.....

"est ce que ce monde est sérieux?" demandait Cabrel dans sa chanson contre la tauromachie....

Je me le demande franchement.

Je vous avoue que j'essaie de comprendre d'où viennent les instincts violents des gens qui vivent dans mon pays.

Sommes nous dans un pays en guerre?

Avons nous besoin de tout ceci?

Ne devrions nous pas chercher à apaiser ces tensions? Ne devrions nous pas chercher à communiquer au lieu d'en venir aux mains?

Je n'excuse pas ce qu'ont fait ces gens dont je parle, je déteste ce qu'ils ont fait, je déteste qu'on tue, j’exècre la violence, mais si les gens qui tuent sont des ordures, en les tuant que seront les autres?

C'est contradictoire non?

On condamne fermement au point de souhaiter la mort des faits qui ont eux même engendré la mort.

Je ne comprends pas.

Alors pour comprendre, j'écris.

Je me moque qu'on pense que ce que je dis est puérile, ingénu ou même enfantin.

Je ne trouve pas que vouloir la paix soit enfantin, sinon il faudrait le dire aux sommets du monde, aux casques bleus et à tous ceux qui oeuvrent en ce sens depuis toujours, notamment depuis les guerres qui ont touché nos pays.

Oui,je cherche la paix.

Cette valeur en voie de disparition, qui de toute évidence, n'est pas la priorité, ni des médias, ni des justiciers en herbe, les bottes coincées dans leur gadoue de certitudes, enlisées dans leur bonne conscience, et dans leur étroitesse d'esprit.

Je pense que tout ça est guidé par la peur.

Et c'est bien ce qui m'inquiète.

Ennemis de la paix sont ceux qui ont tiré et tué.

Faisons en sorte de ne pas devenir ce que nous condamnons.






Aucun commentaire:

Y a des copains!