21 mai 2012

Qui est ce? (Un jeu MB)

Vous vous souvenez de ce jeu?

Où on devait faire deviner un personnage, en posant des questions sur son apparence physique, de quand on était petits.

En pleine conversation avec mon amie Marion, j'en suis arrivée à cette réflexion, puisque bien évidemment, je me pose tout un tas de questions, à l'heure où mes ami(e)s dans leur grande majorité en sont à leur premier enfant, leur premier compromis de vente, voire leur mariage.

Et moi....j'en suis à changer ma vie professionnelle, sans savoir par quel projet commencer.

Mais en tous cas, loin de moi ne serait ce que l'hypothèse d'une grossesse ou d'un essayage de robe de mariée.

Ce n'est pas l'envie qui manque non non.

L'envie est bien là, en fait y a déjà 50 % du boulot qui est fait, j'ai l'âge, l'envie et le temps.

Mais il me manque un détail.....l'homme.

Alors je dis l'homme parce que c'est eux qui m'intéressent, j'aurai bien sûr pu dire la femme dans une autre configuration, et je sais que nombre de mes amis homosexuels en sont à la même réflexion que moi.

Chacun sa combinaison, on peut jouer à qui est ce qu'on préfère les filles ou les garçons peu importe.

Mais justement, comment savoir à qui on a affaire, et c'est une préoccupation qui me turlupine puisque vous avez déjà pu lire des réflexions de ce genre par le passé ici.

(oui, j'ai bien utilisé le mot turlupine, j'assume trés bien, je vous remercie.)

(en même temps, si ce mot existe, pourquoi ne pas l'utiliser!non mais!) (oui, j'arrête avec mes parenthèses sinon je vais perdre le fil)

Dans une soirée par exemple.

Il faut parfois être trés bien renseigné sur les invités, pour ne pas tomber dans le panneau, du beau blond au look décalé, qui nous fait de l'oeil durant quelques heures, qui tente plusieurs approches, qui finit par nous ramener un verre, devient trés entreprenant, avant que n'arrive, de nulle part, au bout de trois heures de discussion à bâtons rompus, une nymphette au look improbable qui lui sort : "bon chou on y va, la baby sitter va s'impatienter"

Euh....pardon?

Le mec qui était à l'instant à deux centimètres au bas mot de notre bouche, a -en plus d'une nana insupportablement canon- des gosses????????????

Et donc?C'était quoi ce plan débile?

Bref, tu finis inexorablement ta soirée à ressasser ce plan débile, qui finalement te ramène à cette conclusion inévitable: on ne connaît vraiment pas les gens.

C'est pour ça que je me méfie des sites de rencontres, des fausses photos de profil de faux beaux mecs qui en fait sont trés communs mais ne font rien du tout pour s'arranger, et on est pourtant sûr qu'en le voulant vraiment, ils pourraient avoir un truc.

Je me méfie des mecs mignons rencontrés au hasard des soirées où on ne voulait pas aller, charmants au demeurant, avec de la conversation, mais beaucoup trop parfait pour ne pas cacher un truc énorme, du genre je vis chez ma mère à 35 ans avec mon lapin nain et je n'ai pas vraiment de vie à part ma console de jeux.

Je me méfie des mecs plein d'assurance qui viennent vers toi avec en lettres clignotantes rouges fluo dans les yeux "je vais te sauter", qui ont fait un pari avec leur pote de repartir avec n'importe laquelle, mais de repartir avec une d'entre elles.

Alors, on me dit que je me méfie trop peut être?

Que si ça se trouve, tous les mecs ne sont pas mariés-en couple- pères de famille nombreuse- recherchés par la police- drogués- surendettés- avec un casier long comme le bras- tueurs en série.

Je suis bien d'accord.

Heureusement.

Mais bon, je ne cherche pas la lune hein, un homme, doux, attentionné, gentil et libre, intelligent et sain d'esprit.

C'est pas la mère à boire? Si?

S'il est bricoleur et mignon, bon, je ne crache pas sur les bonus, mais déjà s'il a les qualités susmentionnées, c'est bien.

Parce qu'entendons nous bien.

31 ans ce n'est pas la fin du monde, je ne vais pas prendre le premier mec venu pour mettre le grappin dessus, me faire faire un enfant, un deuxième, sans jamais être heureuse ni épanouie?

Je ferai ça à 40 si vraiment je n'ai toujours pas trouvé l'homme de ma vie.

En cela je m'interroge, il se pourrait que l'homme de ma vie, celui que les astres ont choisi pour moi, soit un gros enfoiré, beau, mais tellement con; chiant, grossier, maqué, fou à lier.

Bon, dans cette hypothèse, j'ai du être une sacrée garce dans mes précédentes vies.

Je ne pense pas que ça vienne vraiment de ce qu'on dégage, faciles ou non d'accès, décidées ou non à nous caser, impressionnantes, cela dit ce dernier point, c'est possible.

Trêve de plaisanterie.

Trouver quelqu'un c'est facile. Faire confiance à quelqu'un, d'un côté comme de l'autre, ça c'est dur.

Parce que, tout serait bien plus simple si on se disait la vérité dés le départ: "écoutes chérie, je dois t'avouer, à la naissance j'étais une femme". ou bien "chéri, je dois te préciser qu'avant je me prostituais".

Enfin je veux dire, c'est pas compliqué, quand on s'engage un tantinet avec quelqu'un, de dire les choses.

J'ai fait de la prison, j'ai une femme et des gosses, j'ai une double vie, je suis atteint d'une pathologie mentale, mais je me soigne.

Au moins, on sait à quoi s'attendre, pas de surprise, pas de scénario catastrophe à grands renforts de pleurs et de débats en tous genres.

On en revient donc toujours à cette fameuse conclusion: ce serait plus simple de savoir à qui on a affaire et de venir avec son mode d'emploi.

Et si on joue à qui est ce avec le destin, va t il nous donner une réponse qui nous conviendra?

A-t- on le droit de refaire une partie?


Aucun commentaire:

Y a des copains!