Fashion(ou pas)

Un sujet qui fâche depuis sans doute la nuit des temps entre hommes et femmes, et qui revêt pourtant une importance non négligeable au quotidien, le style vestimentaire de notre amoureux.

Certains pourraient y voir un sujet futile, ou peut être ne pas se sentir concernés, et ils auraient bien tort.

Nous accordons beaucoup d'importance au "style" de notre amoureux/amoureuse.

J'ai observé mes congénères depuis un certain temps et ai trés souvent entendu des femmes dire à leurs amies, "excusez le, il n'avait plus rien à se mettre" quand l'homme de leur vie dénotait trés clairement dans l'assemblée.

Nous prêtons attention à ce genre de choses quand nous sommes concernés.

Je ne scrute pas la tenue vestimentaire de mes amis, à moins qu'ils soient sublimes ou que leur braguette/bouton/culotte ne pose un problème.

En règle générale, j'ai tendance à observer le look des gens dans la rue, parfois (souvent) je me moque, mais c'est gentillet, je suis capable de m'autocritiquer aussi.

Toutefois, l'autre jour, en plein aprés midi, je sortais d'un magasin dans une zone commerciale, certes à Sin le Noble, bon, circonstances atténuantes que je vous concède, et là, dans la chaleur de cette journée de printemps, dehors, assis sur un muret.....vision d'apocalypse.

Je pèse mes mots.

Un homme attendait sans doute sa compagne, assis sur ce muret, prés de lui une poussette vide.

Son style mes aieux, quel style?

Un tee-shirt noir à manches courtes avec une inscription en ENORMES lettres blanches en diagonale vantant les mérites de l'eau minérale russe, s'étendait sur son large torse, une coiffure improbable, que je n'avais pas revu depuis 1990, et mâchant du chewing gum.

Je n'ai rien vu de plus que ça, c'est à dire que je n'ai pas prêté attention à ses chaussures ou à son pantalon.

Et je me suis demandé si sa femme, en voyant cela, n'allait pas préférer sortir par la sortie de secours du magasin avec un des vigiles du magasin, grand et à la peau chocolatée, en costard cravate ajustée, faisant ressortir les pectoraux et flairant bon le parfum à trois chiffres.

Soudain, Cristina Cordula a pris possession de mon corps.(dans ma tête rassurez vous)

"Ah mais attends là mon chéri, mais c'est la ca-ta-strophe, c'est quoi ce styyyyyyle? Tou né peux plou mettre ça en 2012, tou veux la garder ta chérie?aloreeeeeeeeee fais un efforeeeeeee"

Bref, j'ai passé en revue toutes les tenues que j'ai détesté chez ceux à qui j'avais pu, par égarement, tenir le bras, ou la main.

Des tee-shirts bariolés incroyables, aux chemises colorées dont la couleur n'existe plus depuis 20 ans, des baskets innommables,les manteaux, les vestes, les jeans, mal assorties, les cravates invendables et pourtant et le nombre de fois où j'ai eu.....honte.

Pour eux, parce qu'ils se croyaient beaux, et pour moi, de n'avoir pas le courage de leur dire, que c'était juste pas possible.

Mais ça marche -OH MON DIEU OUI- aussi trés souvent pour les femmes aussi.

Le nombre de festivalières de Cannes qui s'échappent dans les supermarchés les aprés midi, le nombre incalculable de chanteuses de clip de R'N'B qui vont faire leurs courses en talons aiguilles, et qui sans doute, passent trois heures à se préparer dans leur salle de bains pour aller....à la poste....

Cette notion du beau, comment dire, relative.

Cette façon d'assortir, de manière, trés distinguée (n'est il pas) des "fringues" qui ne vont, et n'iront jamais bien ensemble, et surtout, cette cohérence, cette capacité à trouver la tenue adéquate, "casual", selon l'occasion, ça me rend souvent stupéfaite.

Non, je ne déconne pas, je cherche vraiment, à quel moment, cette personne, homme ou femme d'ailleurs, s'est regardée dans le miroir en se disant "nickel".

Je n'ai pas trouvé.

Alors évidemment, je me vois aussi dans le miroir, sachant que je n'ai pas de miroir sur pied et que bien souvent je ne me vois en entier QUE dans l'ascenseur, où la lumière est avantageuse, comme chacun sait, et m'oblige à rentrer à nouveau chez moi, à la bourre, pour me changer. 

(Mystère n°1 résolu)

Mais j'ai une sorte d'auto contrôle.

En m'habillant je m'imagine "en situation".

Et je me vois, me tordre la cheville sur les pavés avec des talons de 12, juste pour aller au palais, trouvant néanmoins ridicule de prendre la voiture juste pour mettre CES chaussures, qui sont complètement en phase avec ma tenue. 

FBI, fausse bonne idée.

Je m'imagine aussi, dans le cadre de mon travail réputé "sérieux", me baisser pour ramasser un papier au Palais de Justice, alors que toute la profession pourrait se délecter d'un panorama, assez réaliste de mon anatomie.

Bref, quand je réfléchis à ma tenue, sous la douche, je réfléchis aussi à la faisabilité de la manœuvre.

Il est vrai, qu'après avoir longtemps hésité, j'ai porté mes bottes de caoutchouc aigle bleu marine avec un tutu pour aller bosser, et que j'en ai tiré une certaine fierté.

Après tout, vu que j'évolue dans un monde de requins, de méduses et autres petits poissons trés affectueux, autant être en sécurité.

Mais je le fais également en soirée, en ville, et en toute autre occasion.

Marcher dans la rue avec une allure altière, certes, c'est classe, mais se casser la margoulette, juste pour le plaisir (oh combien estimable) de se bousiller les pieds sur des plates formes, non, sans façon.

Sachant que je tombe déjà avec des ballerines, autant limiter les conneries.

Je me souviendrai toujours cette fois, où je traversais la rue à Douai, centre ville en pavés également décidément, et où un homme m'a regardé en passant sa langue sur ses lèvres.

Cette vision délicieuse m'a dégoûtée (allez savoir pourquoi) et j'ai donc voulu à la fois presser le pas et lui lancer mon fameux regard n°4 (le regard de tueuse).

Problème: mon talon s'est coincé dans un de ces foutus pavés de ***** et j'ai eu l'air super bête, en voulant faire une sortie théâtrale de fille inaccessible.

Et j'y pense trés souvent, ce moment de solitude ayant eu lieu en 1998.

Trés souvent, je repense à la fameuse série de vannes pourries "ta mère" inventées par Arthur, dans les années 90, "ta mère est tellement grosse que quand elle porte des talons elle trouve du pétrole".

Je dois le confesser, c'est certes débile, mais je ne peux pas m'empêcher d'y penser si mes talons sont trop hauts ou trop pointus.

On a tous des traumatismes enfouis hein.

Bref, tout ça pour dire que même si j'ai toujours cherché à avoir un style, à m'apprêter, afin de soigner mon apparence, force est de constater que:

1. La mode des années 80/90/2000 ne m'a pas aidée. Les fuseaux, les épaulettes, et autres jupes culottes, comment dire, essayer de me les vendre maintenant c'est juste une grosse erreur

2. En revoyant certaines photos, je réalise à quel point ça a du être dur, parfois, à de trés rares occasions, une en fait, d'être à mes côtés dans la rue.

Mais ce n'est pas simple d'être beau -TOUT LE TEMPS- aux yeux du monde, de l'être aimé, et de soi même en même temps.

Parfois, je le disais, on se trouve beau/belle, alors qu'en fait, notre vue nous fait défaut à ce moment précis dans notre salle de bains.

On cherche longtemps un style, on copie parfois, et je l'ai longtemps fait, les looks qu'on voit dans les magazines, dans les films, dans les séries télévisées, quand on a un coup de coeur et qu'on court dans notre armoire pour trouver des vêtements similaires ou approchants.

Non ce n'est pas simple.

Et parfois, on fait de gros efforts, durant des heures, pour plaire à l'être aimé, et il déteste ce que l'on porte, alors même qu'on avait choisi la tenue, la cravate ou le costume avec soin.

Il en va bien sûr de même pour la coiffure, le maquillage, l'allure générale.

C'est pour ça que les programmes de relooking sont si prisés, et c'est aussi pour ça, qu'il est devenu aujourd'hui indispensable de se plaire, de s'accepter, tel que l'on est, de se mettre en valeur.

A croire que dans les années 90, avec les épaulettes et les vestes à paillettes, et alors qu'on avait clairement l'air ridicule, on n'avait pas peur de se montrer, et d'assumer nos choix vestimentaires pourtant douteux.

On peut toutefois, avouer qu'on est gêné aujourd'hui, quand à un rendez vous, l'élu de notre coeur est fagoté comme on ne sait quoi, et que ce n'est pas du tout ce que nous avions imaginé.

Et on en revient à l'éternel problème.

Imagination is an illusion.

J'ai quand même rarement entendu quelqu'un dire "elle est arrivée comme je l'avais imaginée, aussi belle que dans mes rêves", à part dans les chansons à l'eau de rose des rockers des années susmentionnées.

Les années 70, au moins on était francs "elle n'est pas vraiment belle, elle est faite pour moi" bon, là au moins, c'est honnête.

Le truc c'est de ne pas chercher à en faire trop je crois, c'est là que le bât blesse.

Arborer une tenue en lamé doré pour un café en terrasse, ce n'est pas forcément nécessaire.

Dans un monde toujours plus faux, toujours plus surfait, être soi même devient une force, et l'authenticité est son alliée.

Simplicité ne veut pas dire qu'on doit oublier de se laver, on peut s'habiller simplement d'un petit rien tout en étant propre, et soigné.

Mais voilà, j'en suis convaincue, faire forte impression le premier jour, c'est signe que soit les jours suivants vont être compliqués parce que tenir la distance en lamé c'est dur, soit qu'on ment sur la marchandise et qu'on va finir par (se) perdre et se décevoir.

Je n'ai pas choisi ma tenue pour mon prochain rendez vous.

J'attends d'avoir une date pour me creuser la tête sous la douche.

Et dans 10 ans, on en rira. Ou pas.

Je vous embrasse mes ptis chats.










Commentaires

Puck a dit…
Faut dire aussi que les modes et les goûts changent. Il y a 5 ans j'aurais giflé quiconque m'eût proposé un slim (je milite pour la réhabilitation de l'imparfait du subjonctif). Aujourd'hui, je n'ai que ça sur les fesses. Je n'ose même pas te dire ce que je pouvais porter au lycée et qui ETAIT trop cool... à l'époque... Aujourd'hui, je te flanquerait tout ça dans un autodafé libérateur!
Y a d'la joie! a dit…
Sans aucun doute la même chose que moi, j'ai souvenir d'un gilet vert en laine, tricoté par ma grand mère avec de gros boutons en bois.
Comble: j'avais du succès auprès des garçons à cette époque.
Dois je pour autant en tirer des conclusions hâtives????

Y a encore plus de joie!

La dernière séance

Full of Stars

Poppy Spring