4 mai 2012

Contes de Fées



"ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants".

Vous avez déjà lu des contes de fées n'est ce pas?

Dans ces contes merveilleux, où les filles sont des princesses (minimum) qui n'ont pas besoin de chercher l'âme soeur puisque l'homme de sa vie vient la chercher sur un fidèle destrier, et qu'il est prince (minimum) ou tout au moins doté de sacrées qualités.

Il monte à cheval, sait se battre, fait de la poésie quand il parle à la femme qu'il drague, offre des fleurs, est trés délicat, n'oublie jamais de sourire, et ne fait jamais la gueule, mais reste toujours viril. (Même épilé et moulé dans un costume super méga masculin)

Je me demande trés souvent, si le Prince dans son château, avec son épousée, pose les pieds sur la table du salon, décapsule sa bière et mate le foot, mais bon, c'est un autre débat.

Je me demande aussi si la Princesse, quand les 12 femmes de ménage qu'elle paie avec des chèques emploi services ont briqué le château, s'assied à côté du Prince, pour se poser du vernis sur les doigts de pied, en écoutant avec amour, les commentaires du match OM-PSG.

Et bien entendu, comme le veut la légende, ces gens, cultivés, doux, prévenants, aimants, ne se disputent jamais, ne débordent jamais, pas un mot plus haut que l'autre, "O mon Prince, vous m'agacez prodigieusement, mon amour", réponse "O ma Princesse, j'en suis désolé, mais remarquez que vous êtes vous même assez agaçante, je vous le dis sans vouloir brusquer".

C'est beau.

L'homme de toute sa vie vient chercher cette fille qui n'a pas besoin de chercher, pas d'efforts à faire, belle comme le jour naturellement, qui mange 5 fruits et légumes par jour, fait du sport, ne travaille pas, n'est jamais stressée, jamais le teint brouillé, ne prend pas de poids inutilement, toujours d'humeur égale, et puis d'un niveau social assez cool, princesse, y a pire, avec un dressing à faire pâlir Carrie B.

Elle est douce, intelligente, ne se pose aucune question, tout lui va, tout lui sourit, même si son nom est souvent....unique (Aurore, Cendrillon, Blanche Neige, Cyrielle pour faire court) et son futur époux, le Prince, (qui n'a pas de nom, de surnom ou de sobriquet) est fou d'elle, ne pense pas à regarder les autres filles du royaume, car, non, la Princesse de contes de fées n'a pas de meilleure amie, pas de copine, elle est seule au monde.

Ses amis sont des oiseaux, des souris, des chats, mais jamais de violence, jamais de mauvaises odeurs, la princesse est immunisée, vit dans un monde aseptisé. 

Leur château leur est évidemment offert, pas de frais de notaire, pas de travaux à faire, tout est parfait, tout est super, prêt à être habité, pas besoin de maroufler, c'est nickel.

Ils n'ont pas d'impôts fonciers à payer, pas de taxe d'habitation, pas de taxe sur les ordures ménagères, pas de redevance télévisuelle, parce que dans leur pays, ils sont les seuls habitants.

Oui, le Prince et la Princesse, vivent en duo, quelques femmes de ménage, le chauffeur du carrosse, mais pas de population autour.

Pas de tentation, le Prince et la Princesse sont tous deux sous l'influence d'un charme lancé par la fée clochette, qui leur permet de ne ressentir de désir que l'un pour l'autre. Et ne se lassent jamais.

Non, ils vivent à deux. Rien que tous les deux et peuvent se taper tous les caprices des dieux dont ils ont envie.

Ils s'aiment, sont heureux, et vivront vieux. Génial, ça donne graveeeeeeee envie.

Bon, et sinon, quelles autres contre-vérités?

Bein au hasard. "ils eurent beaucoup d'enfants".

Bon, là encore, les contes de fées enjolivent la réalité, ils vendent du rêve.

Autour de moi, à 30 ans, le nombre de copines qui galèrent pour tomber enceinte, pour avoir un enfant en bonne santé, pour que ça prenne, pour que ça tienne.

Combien de temps, d'essais, d'espoir, de pleurs, de craintes, d'échecs, de nouvelles tentatives, d'appréhension, l'horloge biologique, pour en faire UN!

La princesse n'a pas de problèmes de fertilité? Tant mieux!

Le prince n'a aucun problème pour procréer, suffisamment de spermatozoïdes, pas de problèmes de stress? Mazeltov.

Ils ont commencé à quel âge?et je vous rappelle qu'ils en ont BEAUCOUP!

Alors, évidemment, aucun souci pour les élever, aucune remise en question, ils ont de la place dans leur château, six chambres d'enfants, douze salles de jeux, pas de problèmes.

Ils n'ont pas besoin de chercher des nounous plaqué or, une crèche un an à l'avance, que nenni, le Prince et la Princesse ont des nounous à domicile, élevées au grain, et gratuites. Pour eux.

Leurs enfants, nés sans douleur, sont beaux, pas fripés, aucune difficulté, l'accouchement?une balade en bateau sur une rivière douce, pas d'épisio, pas de soins particuliers, Elle a l'instinct maternel, évidemment, elle sait exactement, grâce à l'action des trois marraines qui se sont penchées sur son berceau quand elle est née, ce que signifient les expressions mélodieuses sur les visages crispés de ses enfants.

Pas de cernes, ses enfants merveilleux font leurs nuits, ils sont propres tout de suite, et de toutes les façons, leurs couches sont remplies de paillettes.

Le Prince est aimant, il sait aussi très bien s'occuper des enfants, car quand il était petit garçon, un Magicien lui a donné des supers pouvoirs, celui de décrypter les pleurs des nourrissons.

C'est idyllique, leurs enfants font leurs nuits et aucun d'eux n'a à se lever, la nuit, ou tôt le matin, les nounous sont là, dévouées.

Et pour les élever, pas de panique, il y a des professeurs particuliers, car les enfants sont les seuls enfants du royaume, ils ont tout ce qu'il leur faut. Ils ne manquent de rien. Sauf d'amis.

Détail que Messieurs Grimm et Walt Disney ont résolu grâce aux oiseaux, et aux autres animaux qui chantent. Sauvés.

Bref, à la lecture des contes de fées, on pourrait croire, qu'enfanter est chose simple, que ça vient tout seul, dés qu'on s'aime, et qu'on a trouvé sa princesse ou son prince, que les élever, ces ptits bout'choux n'est pas compliqué, que tout est génial.

C'est une vaste escroquerie.

Le problème, c'est que c'est créé pour un public trés jeune, or c'est justement à cette époque qu'on retient si bien ce qu'on nous apprend.

Comprenons nous bien, je ne suis pas contre Cendrillon, Blanche Neige, Peau d'âne, la Belle au Bois Dormant, la Belle et la Bête, la petite sirène et toutes leurs copines.

Mais juste, sur les livres de contes, pourquoi on ne met pas une bannière: "ces faits sont purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ayant véritablement existé serait fortuite".

Au moins, on serait prévenu, et on éviterait de grandir avec l'idée que tout est facile et que tout coule de source.

Je ne dis pas qu'il faut arrêter de rêver, oh mon dieu non, je dis juste qu'il est aussi important de rêver que d'être conscient qu'il s'agit bien de rêve.

Sinon, à attendre que Charmant vienne sonner à l'interphone, qu'il nous dise des poèmes et qu'on ait des enfants, alors qu'au moment où se réveillera de notre illusion, la vie sera passée sous notre nez.

Alors on vit, chaque jour comme le dernier, et vous feriez pareil si seulement vous saviez, combien de fois la fin du monde nous a frôlés.....alors on vit, chaque jour comme le dernier, parce qu'on vient de loin.

Le conte de fées, c'est dans les livres.

Ici, c'est la vie, la vraie, la vôtre, et il serait bon d'essayer de ne jamais y renoncer, et de l'aimer.

Comme je vous aime.

Bon week end les amis.....







1 commentaire:

Puck a dit…

Evidement, la vie de prince et princesse a l'air parfaite (en dehors des dragons, sorcières et autres beaux-parents maléfiques) mais honnêtement, ça doit être parfaitement chiant aussi...

Y a des copains!