8 avr. 2012

Wait and See

Vous êtes vous déjà regardés?

Je veux dire, vous mêmes, dans le miroir, vous êtes vous déjà scrutés, regardés pour de vrai, vous connaissez vous vraiment?

Avez vous déjà, une fois seulement, passé du temps à vous regarder vraiment, pas seulement vous voir, ou vous croiser furtivement, le matin, ou le soir, mais franchement quoi, comme vous regarderiez l'être aimé?

La personne que vous aimez, vous la regardez, longuement, le visage, les moindres détails, les petits défauts qui rendent l'autre craquant, les petits éclats dans les yeux, la forme du nez, des lèvres, tout ce qui la rend belle, à vos yeux, pas parfaite dans l'univers, mais juste parfaite à vos yeux.

Et vous. Vous êtes vous déjà "contemplés"?

Je dois bien avouer que ça ne m'est jamais arrivé.

J'y songe là, ces derniers jours, pour voir, par curiosité, pour voir ce que j'y trouverai dans ce miroir, pas comme tous les jours, quand je me lève les yeux embués de sommeil, la marque de l'oreiller gravée sur la joue, où je me dis "mais quelle tête", où après la douche, je répète ces gestes, inlassablement, démaquillage, crème de jour, contour des yeux, maquillage, crayon, et même les jours où je n'ai pas envie, un sourire, pour voir à quoi je ressemble quand les autres me voient.

Non, je n'ai pas envie de me croiser, j'ai envie de me voir.

Quand vous rencontrez les gens, vous les regardez, quand vous rejoignez vos amis en ville, pour boire un café, pour dîner, vous les regardez.

Vous voyez s'ils vont bien, ou mal, s'ils sont angoissés, stressés, tendus ou au contraire, heureux, amusés, joyeux, amoureux.

J'aime bien regarder les gens, les observer, mes amis, ma famille, mais aussi les gens, dans la rue, des inconnus, je les regarde, mais ils ne me voient pas, je fais ça discrètement, pour qu'ils n'aient pas l'impression que je suis une perverse.

Et les gens que j'aime, avant de les aimer, je sonde leur âme, au fond de leurs yeux, je sais où je peux aller, et où je ne peux pas aller, c'est un sentiment, un "feeling" mais je sais que ce que je vois au fond de leurs yeux est sincère.

Je n'ai pas peur, je sais que je peux y aller.

Moi aussi, je me regarde dans les yeux et je n'ai pas peur, mais je le fais vite, je ne m'attarde pas.

Ces temps ci, j'ai eu le sentiment que mon image était décalée par rapport à mon reflet dans le miroir, j'essaie de les remettre l'une sur l'autre, je m'y emploie vraiment, mais ce n'est pas évident.

Alors en attendant, je regarde, comme si j'avais un objectif dans les yeux, je fige chaque visage que je croise, une petite photo, un instant emprunté à ces gens que je regarde.

Ce sont ces gens qui me donnent l'idée d'écrire, l'inspiration, ce sont eux qui me donnent envie d'explorer encore et encore l'infini, un regard, une attitude, et mes envies de voyages dans l'humain me reprennent.

Je n'ai jamais exploré ce qu'il y a au fond de moi.

Je n'ai sans doute jamais cru que j'étais un sujet intéressant à explorer, oh je sais ça peut paraître fou, de donner autant aux autres et de si peu se connaître.

Je me connais, mais pas autant que vous.

Je sais mais à peu près, trop occupée que je suis, de chercher dans vos yeux, la tache que je pourrai effacer d'une petite blague ou d'une caresse, je ne sais jamais quoi inventer pour rendre le ciel plus clair, pour souffler sur les nuages qui peuvent obscurcir un regard.

Et moi?

Je n'y ai jamais vraiment pensé, je n'ai jamais vraiment pris le temps de me connaitre vraiment, il faudrait que je fasse des listes, que je sache vraiment, ce que je suis ou ce que je ne suis pas.

Vous avez déjà fait ça?

Pris une feuille blanche, deux colonnes, ce que vous êtes, ce que vous avez réussi, ce que vous avez raté, ce que vous n'êtes pas?

Ça doit prendre du temps non?

Je suis consciente que ce temps est nécessaire, et que sans prendre le temps, on ne se connait pas et par conséquent on ne s'aime pas, et forcément, qui pourrait nous aimer en retour?

Je sais, je me pose beaucoup de questions.

Mais c'est le propre de l'Homme que de sans cesse s'interroger n'est ce pas?

En ces temps compliqués, l'authentique, le simple, le doux, on ne le trouve nulle part ailleurs qu'en nous, c'est important.

J'en suis convaincue.

Mais mon altruisme maladif a étouffé la part indispensable d'égoïsme qui doit pourtant exister en chacun de nous.

C'est dans la "Condition humaine" qu'André Malraux nous expliquait qu'il fallait absolument s'aimer un peu, accepter d'être égoïste, alors que son héros buvait le verre d'eau réservé aux personnes mourantes, il se disait, qu'il lui servirait plus à lui d'être en forme que le mourant qui de toutes façons ne s'en sortirait pas.

J'ai toujours été choquée par cette phrase, ce comportement m'a longtemps perturbée, comme celui du héros d'Albert CAMUS dans la "chute", quand il voit cette jeune fille sur le bord du pont prête à sauter, qu'il entend le bruit de sa chute, mais qu'il ne lui vient pas en aide, parce que l'eau est glacée.

Scandalisée.

Je serai plutôt encline à sauter, pour l'aider, à laisser mon verre au mourant, ai je tort ou raison je n'en sais rien, mais dans ce monde dans lequel nous vivons, présentement, dans l'avion, les consignes de sécurité nous demandent de mettre d'abord notre masque avant de venir en aide aux autres.

Je ne sais pas qu'en penser.

Chacun s'en sort comme il peut, mais qui sont les plus heureux?

Ceux qui se préservent, ou ceux qui comment moi, naviguent à vue, sans armure, et se font piéger par les vampires qui voient en eux une proie facile à atteindre, qui donnera tout sans rien attendre en retour, et qui finiront épuisés sur le bas côté, parce qu'ils n'auront rien anticipé?

Présenté comme ça vous allez me dire, ce qui sont les plus heureux sont les égoïstes, bien malgré vous sans doute.

Peut être. Ou pas.

Alors, j'attends de voir, mes yeux et ce qu'il y a au fond de mes yeux.

Wait and See.

Et vous? Que voyez vous au fond de vos yeux?

Des étoiles?Des flammes?

Je vous laisse y réfléchir....En attendant, faites de beaux rêves.....

Je vous embrasse.


Aucun commentaire:

Y a des copains!