Simple Past

Ah le passé......

Ça vous évoque quoi? Les souvenirs?La nostalgie?

Parfois des images reviennent dans notre esprit sans qu'on comprenne vraiment d'où elles sortent, comme des flashs, comme si le simple fait de faire un geste, parfois anodin, nous replongeait dans notre enfance, ou notre adolescence.

Il y a des tas de façons de vivre cela, Proust plongeait une Madeleine dans une tasse de thé et revivait l'instant magique où tout était parfait, la première fois.

Je me souviens de quelques petites choses qui sont mes Madeleines de Proust, le sucre pétillant, le tintement de deux cuillères l'une sur l'autre, qui faisaient un instrument de musique, me savonner les mains longuement, quand j'ai bien travaillé pour voir l'eau changer de couleur, comme quand mon grand père maternel rentrait de la cueillette des champignons, ou le meilleur souvenir, le bruit de la clochette sur les clés de mon père, qu'il faisait tinter quand il arrivait, et qui me rassurait immédiatement.

Des souvenirs j'en ai beaucoup, mais j'en ai effacé aussi pas mal.

La mémoire, c'est extraordinaire ce que le cerveau humain est capable de faire.

Eluder une partie de notre vécu, par protection sans aucun doute, et pour nous permettre de garder le meilleur, et seulement le meilleur.

La pâte à gâteaux encore crue qu'on mangeait dans le plat après avoir enfourné le gâteau, la colle Cléopâtre, qu'on léchait sur nos doigts d'écoliers .

Mais pas l'engueulade qui a suivi sans aucun doute, parce qu'on allait avoir mal au ventre. 

Non, mon cerveau n'a pas stocké les mauvais souvenirs, mais mon coeur a aussi une boîte noire.

C'est lui qui se souvient quand ma mémoire fait comme si.

C'est bien lui qui pique quand une situation se présente et que la mémoire l'avait oubliée.

C'est incroyable.

Ainsi, quand on prend du "recul", on revient forcément vers le passé, en arrière, comme quand on réinitialise des compteurs, un point de repère, une date à laquelle on revient pour restaurer notre système.

J'ai des tas de souvenirs, et je me souviens de cette magnifique sourate du Coran, que m'avait raconté mon amie de coeur Leila.

La religion Musulmane renferme des trésors de poésie, sans doute malheureusement inconnus.

Pendant les neuf mois qui précèdent notre naissance, Dieu nous montre notre vie, et nous met face à un choix, acceptes tu ta vie telle que tu la vois?

Si nous acceptons, nous naissons, sinon, la grossesse ne va pas à son terme, et c'est l'explication donnée à la mort subite du nourrisson.

J'ai toujours trouvé ça extraordinaire, et ça pourrait expliquer beaucoup de choses, notamment cette impression d'avoir déjà vécu certains moments ou certaines scènes.

Le Coran l'explique de cette façon, tu l'as déjà vu, c'est pour ça que tu as l'impression de le revivre.

Cela vous est sans doute déjà arrivé.....et vous arrivera encore.

Alors quel enseignement tirer de cette poésie?

Qu'on n'est pas là par hasard, on me le répète assez souvent, on est là parce que nos parents ont voulu concrétiser de l'amour, parce que nous avons tous et toutes un destin à accomplir, et du coup, ça aide à garder le cap.

Quand le moral est au plus bas, que la vie quotidienne nous submerge, qu'on est fatigués, qu'on se sent inutile, prendre du recul est indispensable, pour réaliser qui l'on est, et d'où l'on vient.

Vouloir occulter le passé est sans doute humain et commode, mais le passé fait partie de nous, c'est notre historique, notre chemin parcouru.

Vouloir effacer une partie de soi, c'est se mentir, et mentir aux autres.

Vous me direz chacun fait ce qu'il veut, si on veut passer outre, après tout, c'est notre choix.

Trés bien, mais alors en connaissance de cause.

Accepter qui l'on est, en être conscient, et vouloir évoluer. 

J'ai en tête ce jeune homme qui s'était fait tatouer des horreurs sur l'omoplate parce qu'il croyait à ces symboles dans un moment de sa vie.

Il n'avait pas pensé aux conséquences, il n'avait pas pensé à son futur, et il a finalement compris devant le Tribunal, qu'en voulant cacher qui il avait été, cette image qu'il avait dans la peau ressortait encore plus fort, comme un cri, une sorte de rechute.....

Et il avait fini par dire qu'il voulait l'effacer.....pas parce que ça le dégoûtait, non non, mais pour pouvoir aller à  la mer, à la piscine, vivre normalement......

De toute évidence, il n'avait encore rien réglé entre son coeur et sa mémoire.

Mais c'est un exemple parmi tant d'autres, tous ces gens qui vivent avec des secrets, des choses lourdes dont ils supportent seuls le poids sur leurs épaules, jusqu'à ce qu'un jour la vérité les rattrape. 

Parce que le passé, c'est ça. 

C'est ça et pas autre chose.......c'est un peu de notre vérité, qu'il faut nécessairement assumer, accepter, et inclure dans ce que nous sommes.

Tout simplement.

Belle journée les amis.

Commentaires

Y a encore plus de joie!

La dernière séance

Full of Stars

Poppy Spring