28 avr. 2012

Girls Next Door.

J'ai trouvé des clés sur la serrure de la porte, juste en face de la mienne, sur mon palier.

J'ai sonné, pour dire que je les avais trouvées et pour les rendre à leur propriétaire.

Sur la sonnette, il y a nom de garçon, alors j'ai cru qu'un homme allait m'ouvrir, même si ce soir là, je n'avais aucune intention particulière si ce n'est rentrer chez moi et rendre les clés à mon voisin de palier.

Quand la porte s'est ouverte, c'est un sourire brillant que j'ai rencontré, un ange blond, une toute jolie jeune femme qui m'a tendu un immense sourire et qui m'a remercié chaleureusement.

C'était il y a plus d'un an maintenant.

On ne s'était jamais vues avant, on ne s'était même jamais croisées, il faut dire que je n'étais pas souvent chez moi la première année où je suis arrivée ici, dans mon petit appart avec vue sur les toits du vieux Lille.

J'ai eu une excellente première impression de mon voisin qui s'avérait être une voisine adorable.

Qui est devenue mon amie.

Je la remercie souvent d'avoir laissé ses clés sur la porte ce jour là, je la charrie souvent en lui disant que j'étais sûre qu'elle l'avait fait exprès parce qu'elle avait déjà repéré que j'étais trop marrante, et bien entendu elle rentre dans mon jeu....

Je vivais en colocation quand je suis arrivée sur Lille, je vous en ai sans aucun doute déjà parlé, cet appart sous le sol, avec des barreaux aux fenêtres car il s'agissait d'une cave aménagée qu'un archi avait décidé de louer à des colocataires.

Moi qui avais toujours rêvé de partir vivre en Erasmus, comme dans l'auberge Espagnole, c'était l'occasion où jamais.

Ma coloc' c'était mon petit Milou, avec qui j'ai vécu par intermittence deux ans et à temps plein un an, et à laquelle évidemment je me suis accrochée comme une huître à son rocher.

Mon pti Milou, un pti mec quand je l'ai connu, avec des allures de garçonne mais en même temps assez consciente de ses charmes et de sa capacité à faire tomber les mecs comme des mouches, elle me faisait marrer, moi la psycho-rigide du ménage, elle et ses pauses kiri en plein aprés midi, et sa phrase préférée "j'ai pas fait gaffe", sa façon incomparable d'ouvrir les bières avec une main, son rire communicatif, et ses expressions improbables.....

Nous, nos fous rires, nos soirées sur le canap' trop petit sur lequel on s'allongeait toutes les deux, à regarder la nouvelle star, nos stress, nos pleurs, nos points communs même les plus fous.

Et un jour, elle a rencontré un amoureux, qui venait la voir de temps en temps, il venait de l'Est, je le trouvais trop sympa mais je croyais comme quand on a 25 ans, que ma coloc' avec Milou ne s'arrêterait jamais.

On avait même un petit chaton, une petite Bianca, toute noire, qui venait nous titiller matin et soir au saut du lit, un petit être minuscule de trois mois à peine qui passait sa vie à ronronner et à montrer qu'elle était chez elle, quand des amis venaient passer la soirée.

Et puis, j'ai rien vu venir, Milou me tend une carte pour mon anniversaire au milieu des copains et du salon, et j'apprends qu'elle s'en va, vivre avec son amoureux.

Je suis partagée, entre le bonheur de cette nouvelle pour elle, et forcément en tant qu'amie on se réjouit toujours du bonheur de ceux qu'on aime et puis la tristesse de la voir partir.....c'était triste et joyeux à la fois, c'était du grand Milou.

Après, ma cousine quelques mois puis mon cousin pour un an sont venus occuper le boomker, mais historiquement et pour toujours ma ptite coloc, avec laquelle de prime abord je ne partageais rien, et qui s'est avérée être bien plus qu'une amie, c'était mon petit Milou.

Ma cousine s'est installée rapidement dans un appart pas loin de chez moi, mon cousin est parti vivre à Nantes prés de sa chérie, j'ai quitté le boomker.

J'ai emménagé seule, deux ans à Marcq, au 6ème, et finalement, sur un coup de tête, j'ai changé de ville, de quartier, de vie.

Je suis arrivée ici, au 62.

Peu de temps après je suis partie à Montréal, pour presqu'un mois....

Dire qu'on était là, l'une à côté de l'autre sans se voir!

Après les clés, on s'est croisées des fois en bas, au garage, on discutait entre deux portes, comme des voisines.

Puis Bianca s'est mêlée à l'histoire et a fait sa connaissance.

A la Saint Valentin, imaginant qu'elle était seule et désespérée comme moi, j'ai toqué à la porte pour lui proposer de passer la soirée avec moi devant Bridget Jones.....mais de toute évidence, ce n'était pas le bon soir, je me suis sentie conne mais ça reste un bon souvenir....

Puis le concert de la braderie de Lille, septembre 2011.

La rencontre avec les "stars", ses deux amies, et bien entendu Benny B et Yannick:)

L'averse, à laquelle on a échappé, au chaud chez moi, pour une pasta party improvisée, à se parler de tout et de rien, à faire connaissance pour de vrai.

Depuis, on ne s'est plus quittées, des étales du marché de la place du Concert où on faisait le show le dimanche matin, aux fous rires à Wazemmes devant un distributeur investi par une femme incroyablement encastrée dans le distributeur, des soirées à rire et à pleurer, des bons, des mauvais, puis re des bons, puis re des durs, puis encore des bons moments, des soirées dvd à n'en plus finir, des soirées confessions intimes et puis, la salle de sport, les courses et les diners presque parfaits, les répét', de théâtre et la préparation au concours de la conférence, des heures durant, où je pensais ne jamais y arriver, et grâce à elle, j'ai réussi!

Alors franchement, je crois vraiment qu'on rencontre des gens géniaux, sur le palier, juste devant nos yeux.

Bien sûr, un jour, il faut se dire au revoir, parce que c'est la vie qui décide de nous mettre sur la route des petits anges, et qui un jour nous fout des épreuves qui consistent à maintenir l'amitié malgré la distance et dans mon cas, ça fonctionne plutôt bien.

Milou est à Metz, et ma ptite So part à Paris.

Ce qui est dingue, c'est qu'elles soient nées le même jour, et qu'elles ne se soient jamais rencontrées.

C'est un signe bien entendu. (vous me connaissez bien dis donc)

Se dire au revoir, comme ça, ça n'a l'air de rien, mais quand on est conscient d'avoir rencontré des gens bien, et qu'un jour on doive les voir partir, ça pique quand même un peu.

Alors non ce n'est pas loin, et non ce ne sont pas des adieux, mais en rentrant le soir chez moi, elle ne sera plus derrière la porte quand je mettrai ma clé dans la serrure, le temps qu'elle déverrouille ses quatre serrures juste pour venir m'embrasser et papoter sur le palier.

Même Bianca bondissait à chaque bruissement de serrure parce qu'elle avait compris qu'on vivait un peu ensemble, chacune dans sa partie.

Il n'y aura plus son parfum dans l'ascenseur, le matin, quand je me serai réveillée une demi heure aprés qu'elle soit partie, je ne verrai plus sa voiture dans son box, le soir en rentrant du travail.

Des petits détails, pas la routine non, juste des choses qui me rassuraient, qui me faisaient penser qu'elle était là, et qui suffisaient à m'apaiser.

Oh je suis une grande fille, c'est vrai, je vivais normalement avant de trouver ses clés sur le palier.

Exactement, "normalement".

Sauf qu'avec elles deux au quotidien, c'était mieux que juste "normalement", c'était plus joli, plus chantant, plus plein de trucs que sans doute seuls les amis peuvent comprendre.

Je sais bien que la coloc ça ne dure qu'un temps, mais je suis une incorrigible sentimentale.

Que ce soit Mon petit Milou ou ma So, même si ces deux histoires sont uniques, ce sont de trés belles rencontres, et des amitiés précieuses à mon coeur et à mes yeux.

Malgré nos différences flagrantes, nos points communs prenaient le dessus, aucune engueulade, aucun reproche, tout coulait de source, tout était évident.

L'amitié quoi.

Comme quoi, le bonheur est parfois à portée de mains.

C'est finalement aussi facile qu'un jeu, un jeu de clés dont l'une est rose fuschia, comme la girl next door, qui a coloré ma vie et a laissé sur ma chaise de cuisine, un soir de février, un cadre girly qui trône maintenant fièrement au milieu du salon.

Finalement, je crois bien que j'ai toujours préféré, aux voisins les voisines.

Bonne nuit les amis......:))



1 commentaire:

Puck a dit…

boomker ou boum-coeur? ;)


Désolée, c'est dimanche matin et je n'ai pas fini ma tasse de thé ^^

Y a des copains!