4 mars 2012

Poupoupidou.....

C'était une belle journée, en plein mois d'août, la lumière était sublime et Miss Giuletta au volant de son cabriolet se sentait légère, dans sa petite robe fluide.

Cette journée avait des airs de vacances, on se sentait bien, l'air était chaud, la journée parfaite pour un mariage heureux.

Et ça tombait bien, Miss Giuletta était précisément en route pour un mariage, photographe talentueuse, elle allait figer pour toujours le bonheur de deux amoureux sur pellicule.

Elle allait commencer comme toujours par son moment préféré, la découverte de la mariée, sa préparation, la robe, l'émotion de se mettre en valeur pour un des jours les plus importants de sa vie...une sorte de rituel, une sorte de répétition du sien peut être aussi.

Ce moment là, où elle devait trouver la plus belle lumière, pour mettre en valeur la beauté de la mariée., était un instant volé au Paradis à ses yeux, un de ceux qui ne peut laisser personne indifférent.

Toute cette émotion devait accroître au fur et à mesure de la journée, sous l'objectif bienveillant de Miss Giuletta, telle une petite fée clochette distillant de l'amour à chaque flash, un petit cupidon en talons:)

Tout se déroulait pour le mieux, un vent léger faisait voler le voile de la jolie mariée, la famille et les amis des amoureux se bousculaient sur le perron de l'église pour faire partie du portrait souvenir.

"Une dernière" avaient ils réclamé....alors comme elle adore ça, Miss Giuletta n'a pas pu refuser, et s'est exécutée de bonne grâce....

Ils étaient tous placés religieusement, dans la bonne humeur mais aussi conscients de l'importance de ce moment, un instant de grâce, trois points de suspension à la fin de la phrase "ils vécurent heureux...."

Alors, trés disciplinés, ils se conformaient aux directives de Miss Giuletta qui s'appliquait à shooter ces instants précieux avec talent, coeur et instinct, ne laissant rien au hasard tout en captant chaque petit détail....

Sauf un.

Le vent.

En effet, en cette belle journée, Miss Giuletta, jolie blonde glamour et féminine avait décidé de casser l'image du photographe de mariage débraillé, et s'était parée d'une jolie petite robe légère....

Petite robe, qui sans doute avait passé un pacte avec le vent ce jour là, puisque tout se passait pour le mieux et que le souffle d'été avait été seulement....doux.

Mais là, ce n'était pas une douce brise mais une vraie bourrasque venue de nulle part, en pleine journée d'août, qui soulevait soudain la robe de notre héroïne, laquelle, les deux mains occupées par un appareil photo, aussi précieux à ses yeux que leur prunelle, ne pouvait rien faire sur le moment pour empêcher l'assemblée de voir ce qui se passait dessous.

La demi seconde qu'a duré ce moment de solitude a pourtant empourpré ses joues, une chaleur incontrôlable a commencé à brûler ses bras et ses jambes, mais en grande professionnelle, Miss Giuletta  a repris trés vite ses esprits, avec le sourire, et a finalement fait preuved'ingéniosité pour maintenir sa robe suffisamment longtemps pour faire cette fameuse dernière photo tant attendue.

Norma Jean elle-même, n'aurait pas à rougir de cette performance inattendue, pleine de fraîcheur et d'un soupçon d'ingénuité, elle qui avait durant longtemps, un appareil à la main, créé son propre univers glamour....

Nul doute qu'en plus d'avoir l'assurance de sublimes souvenirs sur papier glacé, les mariés et leurs proches, auront gardé de cette journée extraordinaire, un souvenir indélébile, privilégié même.

Et tout cela grâce à une seule et unique personne, un petit papillon pailleté, une fée, qui révèle la beauté, toute la beauté, même celle insoupçonnée, mais qui arrive en tout simplicité à démontrer qu'une fée n'a pas des pouvoirs illimités.....

Celui sans nul doute de maîtriser l'image, la lumière et les pixels, mais pas le vent du Nord, un après midi d'été....

Aucun commentaire:

Y a des copains!