Very Important People (As me and You)

Je pensais tout à l'heure quand j'ai rencontré Gilles Lellouche (Gilou pour les intimes) que ça me rappelait quand on était gamins et qu'on croisait nos profs au supermarché, hors contexte quoi.

"hannnnnnnnn t'as vu, c'est le prof de maths" comme s'il ne pouvait pas faire ses courses comme tout le monde.

Les profs étaient nos premières "personnalités" nos premiers "people".

Après, on disait pareil des élus de nos villes, quand j'ai rencontré Martine Aubry l'année dernière, alors que pour moi finalement, ça pourrait juste être le Maire de ma ville, j'étais toute retournée.

Et ne parlons pas de la fois où j'ai serré la main d'Elisabeth Guigou, c'était dingue!

Après, mais beaucoup plus tard sont arrivées les "stars" , personnalités de télé, de musique, du genre De La Villiardère sur une aire d'autoroute ou Kamini à la caisse de Carrefour.

J'ai toujours eu l'impression de traverser l'écran, depuis mon prof d'histoire dans le rayon fruits et légumes d'Auchan Sin le Noble, jusqu'aux Benny B au concert de la Braderie, Selah Sue, Jean Pierre Bacri, Omar Sy, François Cluzet, Jean Dujardin ou encore trés trés trés récemment Gilles Lellouche.

Pourquoi une telle sensation?

Pourquoi voir ces gens nous apparaît improbable?

Ne sont ils pas, eux aussi, émerveillés de nous rencontrer, nous, qui les faisons connaître, qui construisons leur légende.
A ma question "Je suis trés heureuse de vous rencontrer Monsieur Bacri, j'espère que vous aussi", il a répondu "OUI, tout à fait, comment allez vous?"

Alors? Vous voyez, eux aussi ils sont contents de nous voir! Ils nous attendent aussi, tous tremblants de connaître nos réactions sur leur travail!

Mais il n'empêche les voir en vrai, ça fait quelque chose!

Le fait qu'il n'y ait plus d'écran entre nous peut être, ou de réaliser qu'ils sont aussi humains que nous, je ne sais pas.

Maintenant que j'ai la chance de connaitre ma metteuse en scène, par ailleurs comédienne et actrice, et que je l'écoute me raconter tous ces gens qu'elle a rencontré, les personnes qui ont jalonné sa vie, je me rends compte que les gens qui nous apparaissent comme étant "inaccessibles" de par leur profession, sont finalement des gens semblables à nous en tous points.

Enfin presque, y a une question de talent quand même, on ne s'improvise pas comique, star du stand up ou chanteuse, évidemment, mais les radio crochets, la télé réalité, sont là pour permettre à des gens comme nous, de devenir des gens comme Eux.

Rien de tout ceci n'est anodin, on nous permet grâce à cela (et j'exclus évidemment Secret Story et autres acolytes où en fait le but, c'est de n'avoir jamais rien foutu, génération Vendetta) de sortir de l'ombre......et même d'en revenir (j'ai vu ça, Seconde chance..... bref)

Susan Boyle en est un parfait exemple, une mémère qui faisait des tours de salon anodinement et qui renfermait une voix sublime, qui aurait pu le croire en la côtoyant?

Les émissions de ce genre, sont créées pour permettre au talent de sortir de l'ombre, top chef, pour la cuisine, star ac et nouvelle star, en passant par X factor, ça permet à des musiciens qui ne percent pas de réussir, d'avoir une sorte d'accélérateur. (descendants sur le principe de la Chance aux chansons du regretté Pascal Sevran)

En fait, le succès, la notion même de succès, c'est d'être au bon endroit au bon moment, et de connaître des gens qui connaissent des gens qui connaissent des gens.

C'est comme ça que mon rêve de "bébé avocat" s'est réalisé quand, fan depuis le début de mes études du grand EDM, je me retrouve à faire un stage chez lui, qu'il m'ouvre la porte du cabinet et finit par m'appeler par mon prénom, alors qu'un mois avant je découpais religieusement tous les articles où on citait son nom!
C'était comme rencontrer Patrick Bruel, dans les années 90, un truc de fou.

Est ce la célébrité qui nous donne l'impression d'être dans un film quand on les rencontre?

Le prof de maths de seconde, n'était pas célèbre, mais le connaitre c'était déjà faire partie d'une poignée de privilégiés, surnommés les "intello" ou les "fayots" selon.

Et puis, si le succès est au rendez vous de l'année 2012 pour chacun d'entre nous, est ce vraiment ce que nous recherchons tous?

La surexposition, les photos, les ragots, les paparazzis, les interviews sans fin, je ne les plains pas parce qu'ils ne sont pas à plaindre financièrement, mais bon, si on ne peut plus aller chercher du pain sans signer des autographes, on finit mégalo ou pire, Alain DELON.

Déjà, être prof dans une ville classée ZEP c'est chaud, imaginez prendre le métro quand on s'appelle Christophe Willem.

Et leurs noms, ils ne suivent pas merveilleusement bien, comme une mélodie?

A part Arlette Chabot, évidemment.

Non franchement, traverser l'écran de notre ipad ou ipod, ça peut être grisant.

Ils nous communiquent leur excitation, leur boule au ventre, leur adrénaline, rien qu'en s'approchant de nous!

Je continue donc à rêver en allant aux avant premières, en tapant la discut avec eux, en souriant à leur passage et en me disant qu'un jour, peut être l'un d'entre eux me dira "mais dis donc, on s'est pas déjà vus?" 

"si si, en photo, dans ma rockcollection"

Allez, venez; on va continuer à rêver tous ensemble, qu'on foule les tapis rouges ailleurs que dans notre salle de bains:)

Bises mes stars :)



Commentaires

Y a encore plus de joie!

La dernière séance

Full of Stars

Poppy Spring