28 févr. 2012

Jardin Secret

Assis à la table à côté de la mienne, dans la petite crêperie du centre ville, un homme et une femme déjeunaient en discutant.

Enfin, lui surtout discutait, elle, bien plus jolie que lui, acquiesçait et opinait du chef à chaque phrase de son interlocuteur, qui tout en lourdeur semblait essayer de lui dire quelque chose.

Je n'aime pas écouter aux portes, encore moins tendre l'oreille pour suivre une conversation, en revanche, il m'arrive souvent d'entendre une phrase de ci de là, et que ça colle parfaitement avec ma propre situation du moment.

J'attendais mon amie, pour déjeuner avec elle, et en attendant dans ces cas là, on tripote son téléphone, on lit des mails, des messages, on attend quoi.

Du coup, comme j'étais trés mal placée, juste à côté d'eux, et que je n'avais que ça à faire, j'ai prêté attention à leur conversation.

Ils ne formaient pas un couple, ils étaient en couple chacun de leur côté, mais de toute évidence, Johnny aimait bien Simone (pour conserver tout l'anonymat de cette histoire, j'ai attribué des prénoms improbables à mes personnages)

Il a ramé, et je l'écoutais ramer, pour lui dire que....."en toute franchise, parce que tu me connais, je suis franc et je préfère l'être, surtout avec toi, en toute franchise donc, je préfère te le dire, je comprends bien qu'elle soit jalouse (elle ici c'est Samantha, sa copine à lui) parce que, en toute franchise,  (tu redondes là) tu es bien plus qu'une amie pour moi. Mes amis, je ne les côtoie pas autant que ça, et puis, je ne ressens pas la même chose pour eux. Non mais, voilà, je préfère être franc. C'est le genre de conversations qu'on est toujours gêné d'avoir, mais il faut les avoir c'est important"

Johnny en pince pour Simone on est d'accord.

Et là, à voix haute et suffisamment fort pour que j'entende il renchérit.

"après chacun de nos déjeuners , elle (Samantha) me demande si ça s'est bien passé, l'air de rien, pour savoir de quoi on a parlé, je lui dis, qu'on a déjeuné ensemble, qu'on se raconte nos vies tout ça, mais pas toutes nos conversations parce que j'ai peu de mémoire, et puis c'est pas trés intéressant (mouais)
Et c'est finalement ce qu'il se passe (ah ah ah il rit) C'est important d'avoir un jardin secret t'es d'accord".

Et là c'est Simone qui prend la parole pour la seule fois du repas et dit "c'est sûr, même si moi, Il (Robert donc) ne me demande rien. 

Bon après j'ai arrêté d'écouter parce que j'avais assez de matos pour écrire mon article et aussi parce que mon amie est arrivée, et enfin parce que ça ne se fait pas d'écouter les gens.

Même si là, c'était pour la bonne cause.....

Quelle est la définition d'un jardin secret?

Se conserver un espace privé rien qu'à soi, où l'on fait des choses pour soi, des choses que l'on ne veut pas partager avec l'être aimé parce que c'est une zone perso.

Ok.

Cela implique donc, que l'on mette dans notre "jardin secret", des choses que l'on partage avec autrui.

Or le partage implique une réciprocité entre les gens.

En soi, aller déjeuner avec une personne qu'on porte dans son coeur, c'est plutôt une bonne chose, ça permet de maintenir le lien avec les gens qui comptent pour nous et pour qui on compte.(bein oui, cqfd)

Mais je ne pense pas m'être trompée sur ce que j'ai vu et entendu tout à l'heure dans la crêperie.

De toute évidence, Johnny n'était pas conscient qu'il gavait Simone qui n'a rien répondu et qui a passé le déjeuner à faire "ha oui", "ha bon", "ha ça", "hum hum", "bein tu m'étonnes", "ah ouais"......ça vend du rêve hein?

Parce qu'à la fameuse déclaration d'amitié, elle n'a rien répondu....étrange cette absence de réciprocité, Johnny se serait il fourvoyé?

Il parle de jardin secret, mais Simone veut-elle seulement en faire partie de son jardin secret?

Je suis pour l'idée évidemment, mais il y a là une forme de réciprocité, une condition sine qua non, sans laquelle rien ne peut fonctionner, la complicité, l'échange.

Or, Johnny se trompait ce midi, il ne s'agissait nullement de réciprocité, la pauvre Simone ne partageait aucun point de son monologue, se contentant d'opiner.

Elle était peut être mal à l'aise?Bein tu m'étonnes! Qui ne l'aurait pas été à sa place?

Je me suis déjà retrouvée dans cette situation une ou deux fois, je n'avais rien demandé, et on m'avait incluse dans une pseudo complicité que je n'avais nullement envie de vivre.

J'ai été contrainte de prendre mes distances, parce que de toute évidence nous n'avions pas les mêmes attentes, ni même la même conception de la "relation" au sens anglo saxon "relationship".

J'ai donc bien compris Simone.....

Mais je me suis surtout demandé, quand elle est sortie de la crêperie, après avoir entendu d'une oreille distraite, la suite du monologue de Johnny sur sa vie son oeuvre, s'il ne s'agissait pas du dernier déjeuner dans son jardin secret à lui.

Après peut être qu'elle aime ça et que se plaindre de ces déjeuners insoutenables à Robert, ça leur évite de parler des vrais soucis.....

Et de garder le reste dans son jardin secret à elle. P'têt..

Aucun commentaire:

Y a des copains!