30 déc. 2011

J(oie) -2

Bon les amis!

Elle se termine enfin cette !#§?@(< d'année!

Alors pour vous faire patienter jusqu'à demain.....une petite playlist toute neuve!

Chaque chanson correspond à un voeu que je vous (et me) souhaite!

N#1 : Gagner au Loto (hihihihi)
N#2:  Danser et faire la fête!
N#3:  Pas de stress
N#4: Aller bien
N#5: Suivre son destin, son intuition, en étant toujours prés des gens qu'on aime
N#6: Kiffer la life (je traduis pas : D )
N#7: Etre une femme, une vraie!
N#8: Prendre plus de vacances!
N#9: De l'amour bien sûr!Toujours de l'amour!
N#10: Etre bien entouré, par tous ses amis et les entourer aussi!
N#11: Profiter de sa famille!
N#12: Aller jusqu'au bout des choses quoiqu'il arrive!toujours se relever!

Et bien entendu, toute l'année: en joie:))))

A demain:-)

29 déc. 2011

Modes d'emploi

Dany Boon a raison, personne ne lit les modes d'emploi.

Moi la première.

Je ne lis pas les notices de médicaments, sinon j'ai l'impression d'avoir tous les effets secondaires des médicaments, je ne lis pas les modes d'emploi des meubles en kit suédois, parce que je ne les comprends pas, je ne lis pas non plus les modes d'emploi des matériels hi fi ou informatiques, mais je les garde, "au cas où"

Ceci dit, il n'y a pas toujours de notice.
Je veux dire, par exemple, dans la vie, on ne naît pas avec la notice.

Ce serait pratique, vous imaginez, pas de problème, le bébé vient au monde avec sa notice et son mode d'emploi, les avertissements de sécurité et même une garantie, au cas où.

De même, plus grand, quand on va à l'école, y a pas de mode d'emploi ni pour comprendre les maths, (ou alors je ne l'ai pas eu, évidemment, fallait que ça tombe sur moi, je dois avoir été un tyran dans une vie antérieure moi pour avoir une telle poisse!)

Ni avec les autres.

Non, ne cherchez pas, personne, quand il rencontre quelqu'un, un patron, un collègue, un ami, ne reçoit la notice avec le gars emballé sous cellophane dans son carton, on ne naît pas tout neuf, on est tous "des occasions"

Par exemple, vous ne tombez que rarement sur des gens parfaits, prêts à l'emploi, sans vies, sans passé, sans histoire, sans tracas, sans traumatisme lié à l'enfance, qui en font des chefs tyranniques ou autoritaires, ou des collègues névrosés.

Quand vous arrivez dans un job, on ne vous remet pas un fichier à l'entrée sur toutes les qualités et les défauts des gens, leurs traumas, les sujets à éviter, les choses à faire pour leur faire plaisir, ou pour obtenir quelque chose de leur part.

Ce serait pratique, mais en vérité assez ennuyant.....à la longue.

Dans la vie amoureuse, c'est aussi un peu ce qui nous fait défaut.

Je n'ai jamais encore déballé un petit ami neuf avec son mode d'emploi dans le carton.

Personne ne m'a dit, que le premier était coureur de jupons, le second peu sûr de lui et incertain, le troisième un peu addict aux plantes cannabiques.

Non, je l'ai découvert toute seule, comme une grande, avec le temps et la pratique...

Et c'est bien ce qui fait le charme de la vie amoureuse.

Toutefois, il ne faut pas être niais. 

Je vous mets d'ores et déjà en garde. Nul n'arrive blanc comme un agneau, ni vous, ni nous, ni eux.

Chacun d'entre nous a une faille, plus ou moins importante, et il est faux et vain de croire, que nous sommes parfaits et que ce sont les autres qui ont un problème.

Comme je le disais ci dessus, nous sommes tous des "occasions", nous avons tous "déjà servi" et comme dans toute acquisition d'un objet d'occasion, nous prenons un risque en rencontrant une occasion, et vice versa.

Et quoi de plus naturel finalement, que de savoir à l'avance qu'évidemment, l'autre ayant déjà vécu avant nous, est empreint de cette vie quand il nous rencontre, et qu'il nous faut nous adapter.

Je réfléchis à ça depuis longtemps en voyant les gens évoluer autour de moi et bien entendu mes amis sont des grandes sources d'inspiration.

Il est aisé de critiquer autrui, quand on se sent irréprochable.

La différence entre ce que l'on ressent et ce qui est , est parfois abyssale.

Et il ne fait pas un pli, qu'à force de se contempler, soi et ses qualités, pendant que le monde entier est un escroc vilain et infâme, on finit par en perdre le sens des réalités.

De la même manière, celui qui ne se sent pas aimé, qui ne trouve pas son compte, qui ne se sent pas heureux, qui n'a pas confiance en lui, va répéter inlassablement ses erreurs, (Djoul, si tu me lis....) tout en étant de bonne foi lorsqu'il dit qu'il va changer. (Débloquez tout de suite la touche repeat)

Bref, vous le savez bien, "l'amour est enfant de bohème, qui n'a jamais jamais connu de loi" ce qui veut bien dire ce que ça veut dire.

Pas de code, pas de loi, rien n'est écrit.

Ou alors avant de vivre avec quelqu'un, on fait un contrat.

Une liste de nos défauts, telle une mise en garde, mais au moins, on pourra pas dire, qu'on avait pas prévenu.

Et il y a plus d'un défaut incompressible et irrémédiable.

Ceux notamment, que nos lectures, nos attentes, notre éducation nous ont véhiculé, et de tel ou tel comportement adapté à telle ou telle situation.

Alors même que justement, l'amour, c'est tout le contraire.

Et c'est parce que j'ai compris ça, moi,  Bridget- Carrie, Célibattante de 30 ans, je suis encore en questionnement à mon âge, dans mon lit, à 1h du mat, à écrire des modes d'emploi.

Oui, je cherche encore des modes d'emploi pour vivre heureux, en harmonie, en couple, à plusieurs, en coloc, en osmose, en symbiose, (en fructose, en glucose, et si j'ose, en pluviôse????)

Et vous les lisez mes modes d'emploi, parfois vous opinez du chef à la lecture de certains passages, parfois vous souriez, en m'imaginant les écrire, en pyj, sous ma couette, dans mon petit appartement sous les toits prés d'un chat ronronnant.

Je ne prétends rien détenir, ni la science infuse, ni LE mode d'emploi.

Je dis simplement qu'il faut accepter les règles du jeu, le jeu de la vie, le jeu de l'amour, et être assez tolérant pour accepter que l'autre ne soit pas parfait, comme nous d'ailleurs.

C'est toujours bien de rappeler les évidences, au cas où....

 

27 déc. 2011

say cheese!

Pour faire joli, j'ai accepté (ou bien faut il dire que j'ai proposé, insisté, jusqu'à l'épuisement) de servir de modèle à mon amie adorée Juliette Devynck pour qu'elle puisse me rendre belle dans la lumière.
Superbes photos, parce que la photographe a un talent incroyable!
Allez jeter un coup d'oeil! And say Cheese!!
La nouveauté, c'est que Juliette est maintenant à son compte et qu'elle peut s'occuper de vous, comme elle s'est occupée de moi!
Allez faire un tour sur ce blog canon, et réservez la vite!Elle a tout d'une grande!:)))
Je vous embrasse!!!!

Paradise

video

L'endroit le plus doux que je connaisse.....et où j'aurai du être aujourd'hui même, en ce moment....

Je vous laisse.....entrer dans une partie de mon cœur....

Je vous embrasse....

25 déc. 2011

Chum Cheminée....

Soir de Noël, des mandarines, du chocolat, un bon thé chaud, un plaid.....mon chat qui ronronne.....

Voilà où je me trouve....

Oh non, rien n'a changé, mais pour la première fois, de manière paradoxale, la fête de Noël dans ma famille, s'est bien passée.

Paradoxalement, par rapport à ce que je ressens au fond de moi, et vu l'année que j'ai passé, je ne m'y attendais pas.

Eh bien dans ce contexte, où mon esprit et mon cœur sont désorientés, vu la tâche qui m'attend, Mary Poppins est venue me rendre visite.....

C'est ma fée, Amélie Poulain et elle sont mes deux garde fous.

Quand mon âme est perturbée, quand je suis en mode "jsais pas c'que j'ai", j'ai besoin de mes remontants.

Et dans le monde de Campi, des remontants, ce sont des choses douces et douillettes. Comme moi quoi:)

Voilà, dans le monde de Campi, la venue de Mary Poppins est un signe. (pas l'oiseau blanc l'autre)

J'espère que vous allez bien, et que vos bobos, même les plus gros, sont atténués, et que Noël s'est bien passé.

L'amour, le partage, l'altruisme.....C'est le moment.

Je vous embrasse tous.

23 déc. 2011

Fucking Christmas' eve (Nobody's perfect, not even me.)

Je vais finir par ne plus décrocher mon téléphone.

Une semaine comme celle ci, je ne veux plus en vivre, plus jamais.

Cette semaine a démontré, s'il en était encore besoin, que l'année qui se termine enfin (il serait peut être temps!) a été la pire de ma vie, de nos vies, à deux exceptions prés.

Le théâtre, et ma rencontre avec ma metteuse en scène préférée, et la naissance des 8 nièces et neveux, notamment mon petit coco, qui me remplissent de bonheur.

Tout le reste, n'a été que catastrophes, déceptions, désillusions, problèmes, et j'en passe.

A l'heure du bilan, je réalise qu'il est grand temps de passer à autre chose, parce que cette année est merdique, qu'elle craint, et que si elle me lit, il est temps de te casser ma cocotte! TU NOUS A GAVES!

Et cette semaine? Un appel destructeur par jour, qui finirait presque par faire oublier ce qu'il y avait de bien.

Alors j'ai parfois des réactions démesurées incontrôlables, les glandes lacrymales souvent agitées ces derniers temps ou indéniablement protubérantes par rapport au reste de la population (que voulez vous, je suis unique, comme vous ceci dit) mais j'ai une tendance naturelle à sentir les choses, et à m'inquiéter pour mes amis.

Et plus je les aime, plus je mue en mère juive, plus je sens que les choses ne tournent pas rond, plus je me mets en mode défense..

Et une phrase qui peut sembler anodine, ne tombe jamais dans mon oreille comme si elle tombait aux oubliettes, un voile dans le regard, une voix anormalement tremblante, une absence de réponse, tout ça, c'est un faisceau d'indices.

Dans des cas comme cette semaine, je voudrai tout simplement décrocher l'étoile en haut du sapin Grand Place en mode film américain ," que personne ne bouge, arrêtez la fête, éteignez la musique, laissez moi entendre la peine de mes amis, nous ne la rallumerons que lorsque j'aurai la situation en mains"

Quand l'un d'eux est malheureux, triste, inquiet, souffrant, je multiplie intérieurement cette peine par douze, puissance 2.

Comme John COFFEE.

Je ne voudrai pas ni la veille de Noël, ni le jour de leur anniversaire, la veille d'un jour important, que mes amis souffrent autant, je voudrai qu'ils soient heureux tout le temps, parce qu'ils sont mon air et mon oxygène, et qu'un seul fébrile, suffit à allumer tous mes signaux.

Il n'y a jamais de bon moment pour se dire les choses, il n'y a jamais de bon moment, pour dire aurevoir ou adieu.
La vie, la mort, la maladie, la détresse, le chagrin, ne préviennent pas avant de passer nous voir.

Oh, je le sais, je ne sauverai pas le Monde, il est bien  trop grand pour moi, je laisse ça à Superman.

Moi je ne veux que le bonheur des miens, à mon échelle, si petite soit elle.

J'aimerai qu'ils soient toujours en forme, le cœur léger, j'aimerai que ma baguette magique fonctionne toute l'année, prévenir le danger, chasser les nuages, buter les corbeaux, jouer des sales tours aux bonimenteurs, défoncer la tronche des détracteurs, cramer les ragots, fumer les mensonges, virer ces salauds qui ne supportent pas le bonheur des gens, et s'érigent en professeur de sciences humaines, à faire de longs discours.

Je veux leur dire à ces enfoirés, qu'ils ne méritent même pas ce titre, qui est bien trop beau pour eux, et que la veille de Noël, jour de partage, de pardon, d'amour et de paix, on a juste envie d'être tranquille.

Un appel par jour depuis lundi, pas une bonne nouvelle.

Un message de détresse par jour. 
 
Alors quand je dis en déconnant, que je suis investie d'une mission, et que je suis sur terre pour apporter joie et réconfort, vous comprendrez que je prends ma mission au sérieux.

Qui sont ces gens, qui nous font perdre notre précieux temps, qui nous font pleurer, qui nous font souffrir, qui nous tordent les boyaux, AUJOURD'HUI, cette semaine?

Et surtout pourquoi?

Je me pose parfois des questions futiles, comme de savoir qui pose une guirlande électrique sur une grue, ou pourquoi nous n'avons pas des problèmes que nous sommes en mesure d'arranger nous même, je ne suis pas parfaite.

J'ai peur de la boîte aux lettres, bientôt, de ma messagerie vocale, j'ai peur de l'abandon, j'ai constamment besoin d'être rassurée, tout en donnant l'image d'une nana sûre d'elle.

Heureusement, ça s'équilibre, avec ma loyauté, ma joie de vivre, et mon entrain.

Mais je ne suis pas lisse, j'ai des défauts, mais je suis comme vous, un être humain.

Du coup, la veille de Noël, je voudrai qu'on laisse mes amis tranquilles, que le sorcier qui enfonce les aiguilles dans les poupées vaudou à nos effigies, soit pris d'une gastro interminable et qu'il avale des couleuvres, au lieu de nous emmerder.

Oui, je me sens concernée, même si vous pensez que je ne devrai peut être pas, que charité bien ordonnée commence par soi même, oui, c'est vrai, mais je n'y peux rien.
Oui, je m'inquiète, oui, je partage la souffrance, c'est de l'altruisme, page 75 du dictionnaire.

Je ne demande pas la lune, je ne prétends pas mériter qu'on m'aide..

Mais s'il n'y avait qu'une chose qui me soit accordée, c'est la paix, la joie, l'amour, la trêve, pour ces gens que j'aime pardessus tout, ma famille évidemment, mais surtout mes amis.

Même sur les champs de bataille, les gens sont capables de s'arrêter le jour de Noël, et on en fait des films.

J'emmerde les gens aigris, leur aigritude ne me concerne pas, j'emmerde ceux qui trouvent que je suis niaise, je ne vous oblige pas à être heureux.

Ne vous laissez pas abattre les copains , on aura sa peau, 2011 disparaîtra avant nous.

Résistez les amis, aimez vous, battez vous, soyez heureux, pour lui montrer qui sont les maîtres du monde et du temps.

Vous, tout simplement.

22 déc. 2011

Le Monsieur du 4ème.

Sa mine patibulaire m'avait déjà inquiétée quand j'ai emménagé dans l'immeuble, et mes propriétaires m'avaient un peu prévenu qu'il était "spécial".

Sa démarche n'est pas assurée, sa silhouette dodelinante et son nez rond orné de lunettes grasses, donnent du relief à son front perlé de sueur.

Sans doute cette description ne vous semble t elle pas flatteuse, sachez qu'en vrai c'est bien pire.

Monter dans l'ascenseur en sa présence, c'est passer un scanner en direct, il reluque de la tête aux pieds à tel point qu'on se demande si tout est en place là dessous.

Il arrive un moment où on se retrouve inévitablement en sa présence, et on a beau regarder le bout de nos chaussures on sait qu'il nous fixe et ça fait froid dans l'dos.

Quand par mégarde on est dans le sous sol, et qu'on entend arriver sa petite voiture rouge, on presse le pas, on s'active, et s'il arrive à l'ascenseur avant nous, on prend même les escaliers.

Il ne parle jamais, il ne dit pas un mot, le croiser nous fait un peu peur et savoir qu'il est dans l'immeuble n'est pas rassurant.

Le soir, à la nuit tombée vers 17h30 (c'est le Noooord) des bruits sourds retentissent sur mon plafond.

Au début je me disais seulement qu'il faisait tomber des objets sur le sol, il était un peu maladroit.

Mais au fur et à mesure, mon imagination, toute droit issue de l'univers de Jean Pierre JEUNET, a commencé à bouillonner dans ma tête.

Peut être jouait il aux fléchettes sur des photos de toutes les résidentes de l'immeuble, et faisait tomber ses flèches en titane sur le sol?

Peut être était il fan de nains de jardin, et les nettoyait il, tous les soirs religieusement?L'un deux lâchait soudain son râteau et retentissait sur mon plafond?

Peut être encore, était il aussi juste somnambule et faisait tomber des objets toutes les nuits sur le sol.

Ou alors, c'était un serial killer et il essayait de nouvelles armes à picots ou arbalètes tous les soirs.

Toujours est il que tous les soirs, des bruits bizarres se font entendre et que tout est imaginable.

Le Monsieur du 4ème, il est vraiment flippant, plus que Monsieur COLIGNON, et même si j'aimerai me transformer en Amélie, aller changer les poignées de ses portes, changer la taille de ses pantoufles et mettre du vinaigre dans son whisky.....

Ce que je voudrai surtout, c'est ne plus me retrouver dans l'ascenseur avec lui.

Brrrr.



NB: Toute ressemblance avec un personnage ayant existé n'est pas du tout fortuite.
       Bien au contraire:)))
PS: le choix de la musique non plus n'est pas du au hasard, ma voisine de palier est un amour, ça compense:)

20 déc. 2011

si c'est Campi, j'y vais aussi!

Vous commencez à me connaître, les défis, c'est mon hobby! (mot uniquement et exclusivement utilisé par des gens nés dans les années 80)

Bon donc, pour bien commencer l'année 2012.....(oui, j'ai tellement hâte que celle ci se termine, que je pense déjà à la suivante.) j'ai décidé de relever un nouveau défi hihihihi

Donc......je prépare le concours de la Conférence du Stage qui aura lieu le 27 janvier prochain.

Késako?

Un concours de plaidoiries ouvert au jeune barreau (cela ne vous a pas échappé, c'est encore mon "travail")

Donc, le principe est simple, trois sujets, qui ont été choisis par une commission, et nous devons préparer le sujet de notre choix et plaider devant tous les membres du Conseil de l'Ordre, les confères qui ont déjà été secrétaires de la Conférence, et qui sont notre jury.

Des Gens sérieux quoi.

Calculez plus d'une cinquantaine paire d'yeux rivés sur vous. En robe noire. Un mardi après midi.

Même pas peur!

Bon.................je l'ai déjà fait y a deux ans.

Mais! je n'étais pas celle que je suis aujourd'hui, oh non!

Et je ne dévoilerai pas mes secrets de comédienne ici, mais ma Metteuse en scène préférée me comprendra, je me sens plus que jamais prête à relever ce défi.

Et à quelques semaines de changer ma vie, pour de bon, j'ai envie de boucler la boucle en beauté.

Alors, vous me suivez?

Vous savez que je puise ma force dans votre enthousiasme.

Et je sais que vous le serez!

Je t'entends lecteur, scander mon nom et m'acclamer quand je serai sur cette scène du quotidien!Campi, Campi, Campi oups pardon, je dévie:)

Belle répèt' pour mes prochaines activités, n'est il pas?:))

Du coup ....si c'est Campi, vous y allez aussi?

Ps: c'est en public, alors pas d'excuses!hihihi
Ps2: j'ai pas peur, mais si tu viens public, j'aurai pas peur du tout.:))))

18 déc. 2011

Are you alive?

C'est bien une question que je pourrai me poser après la journée d'hier et le marathon d'aujourd'hui.

Et pour ne pas avoir trouvé LE serre tête de Coline de surcroît, mais m'être, je ne sais toujours pas pourquoi, lancée dans l'achat de mes cadeaux de Noël, le samedi avant Noël, à Lille.....il faut vraiment être dingue.

C'est dans ces journées là, que je cherche la signification cachée de mon horoscope.

Car disons le, les gens, s'il y a l'horoscope, dans tous les morning à la radio, dans tous les journaux y compris gratuits, le matin, ce n'est pas un hasard, mais c'est le destin. (ouais ça va hein)

Alors tous les matins, religieusement, je me réveille gentiment, et dans un semi coma, j'entends l'horoscope défiler, jusqu'à l'avant dernier signe, le mien donc.

J'écoute aussi les autres signes, mais en même temps quel intérêt?

C'est juste que je me réendors trois signes avant le mien. Que je m'en fous pas mal du signe des autres, même si je l'assimile à mes amis, et que je me dis mentalement, selon les prévisions, que je préférerai  ne pas croiser celui ci ou celle là.

Mais pourquoi se rendormir au mien? Qu'à cela ne tienne, j'attends l'heure suivante pour le réécouter. (oui je suis tenace.)

Alors deux solutions s'offrent à moi. Soit il me convient, et je me dis "oulalilala, je vais passer une belle journée dis donc" et j'y crois.

Soit il ne me convient pas du tout, et je me dis que ce sont des conneries.

Autre option, je le lis le lendemain, pour vérifier si c'était vrai.

Et quand il a bon, je me dis, "ouah ça c'est la classe".....

Or....qui écrit les horoscopes?Pensez vous vraiment, que Christine HAAS tous les matins, interroge les astres, afin de nous dire à nous, en particulier, verseau ascendant bélier, né tel jour à telle heure, quelle journée nous allons passer, si les planètes sont alignées et patati, et patata?

Attention lecteur, instant révélation, instant choc, voici la vérité:

En vérité, les horoscopes sont rédigés et INVENTES par les scribouillards qui bossent au journal qui les balance.

Et ça c'est un journaliste de ce type de journal qui me l'a dit, et qui m'a tellement déçue....

Et puis chaque fin d'année, quand on tire des bilans (souvent.....sans commentaire), on voit apparaître dans les kiosques, l'horoscope de l'année à venir......je suis la première à l'acheter.

Pourquoi?

Oui, pourquoi, une fille rationnelle, qui a fait un peu d'études, à qui on ne la fait pas, qui a légèrement les pieds sur terre, la plupart du temps, peut elle croire en ces conneries?

Parce que nous avons tous besoin de nous rassurer, surtout depuis que les MAYA ont décidé que 2012 était l'année de la fin du monde, et que surfant sur la vague, les studios américains s'en sont emparés pour en 2009 foutre les chocotes à tout le monde.

Bref, toujours est il, que depuis que le monde est monde, en tous cas chez les terriens, Nostradamus, avait prédit que c'était l'an 2000, Paco Rabanne aussi d'ailleurs, on nous a toujours fait flipper.

Dans Tintin, y a un barbu qui crie à tue tête une lanterne à la main, que "c'est la fin du moooooonde."

Du coup, pour être bien sûr que ce n'est pas possible, on lit des horoscopes, on va voir des voyants, on se rassure comme on peut.

Chaque année, depuis 2003, les gens de mon signe rencontrent le grand amour au deuxième trimestre.

Bon, comme l'amour arrive quand on s'y attend le moins, j'm'y attends pas, même si j'ai lu mon horoscope de l'année et qu'en cours d'année, je le relis, pour être bien sûre.

Je me souviens de l'année où je passais l'examen du barreau, j'avais lu un bouquin sur l'horoscope chinois dans un rayon de supermarché.

"Septembre: ne faites aucun projet à cette période, vous raterez tout ce que vous entreprendrez."

Ok, sympa!

C'est idiot, mais ça m'avait fichu une peur cette connerie.

J'ai finalement réussi mon examen cette année là, en septembre.

Et bim, dans les dents du rédacteur de ce livre débile, me suis je dit.

Je ne m'explique pas autrement que par l'envie de se rassurer, la folie des terriens pour l'horoscope.

Les Mayas eux, ils s'en foutent, ils nous ont mis une pression, et aujourd'hui, tout le monde se dit "en plus, l'an prochain c'est la fin du monde alors hein"

Alors quoi? j'ai pas le temps que ce soit la fin du monde l'an prochain, j'ai une vie à construire, une pièce à jouer, un homme à rencontrer, des bébés à faire, des gens à faire rire, c'est quoi ce bordel?

Est ce j'empêche les Mayas de manger des abeilles moi? non, alors, que les Mayas me laissent être drôle, bon sang de bonsoir (expression hautement vintage limite ringarde, je sais)
Donc sous prétexte que c'est la fin du monde, je devrai me dépêcher de vivre, d'aimer, de convoler, d'enfanter?

Nan mais eh, ça suffit les petits cachetons violets avec le café les gars hein, maintenant il faut se ressaisir.

Je ne suis pas performante sous la pression.

Donc on se calme, on redescend encore d'un étage à l'intérieur de soi même, et on vit. Point Barre.

C'est ça l'intérêt. On kiffe, on vit, on s'envole, on aime, on pleure, on se relève et on avance.

Et on relève des défis, comme celui d'être celle ou celui qu'on est au fond de soi.

La dame de la pub Diesel a raison de nous poser la question.

PS: Read this Post without  Caution.
PS2: Please don't stop the music

16 déc. 2011

Moda Gioia

Roooo mais c'est à dire que, comment expliquer ça!

Je viens d'aller faire un tour sur les blogs de mes copines blogueuses (ouais c'est comme ça qu'on dit au 21e) et bein c'est bon, et c'est tellemin drôle!

Alors demain, je me remets en mode MissLcampi (ou Moda Gioia, j'aime bien ce nom, ça me fait penser à cette nana qui sourit mystérieusement au Louvre bref passons.)

Rendez vous avec Miss Marion, pour fouiner chez mes amoureux Suédois (H&M) en quête du serre tête porté par Miss Coline, puisque c'est ma nouvelle référence, en matière de style (soyons clairs, préparez vous à entrer dans un monde incroyable.....en bas à gauche du blog, pourquoi pas Coline. Elle est démente)

Elle porte également des jolies boots, mais je cherche des bottes, enfin pas moi, le Père Noël. (bein oui, le barbu habillé en rouge le soir de Noël vous vous souvenez?) 

Donc, petite virée shopping......pas de répèt à Paris demain, mais sachez bien, amis, que mon personnage ne me quitte jamais!

Et que ce serre tête fera indéniablement partie de mon costume de scène.....You know what I mean?

Un petit tour chez Maison du Monde, le Père Noël ayant besoin d'un coup de main....

Semaine pro: grosse semaine parce que je prépare mon retour professionnel sur Lille, et remise en état de ma somptueuse chevelure (qui ne peut plus porter ce qualificatif aujourd'hui.)

Petit goûter chez Méo je suppose, et un déj chez Envies de Saison sans doute, sorte de pèlerinage pour nous:)

Bref, pas de cours, pas de répét (mais quelques dizaines de copies chut, n'en parlons pas ce soir par pitié) 

Allez, on se croisera sûrement en centre ville, Marché de Noël et Grand'Roue.........mmmmmmh j'en salive d'avance!

Je vous embrasse.......en musique les ptis chats!!!!! (un bon hit kétaine comme Lisette les aime:))

Ma Référence.

Celui dont je veux vous parler aujourd'hui, c'est plus qu'un homme, c'est un personnage.

Un homme qui parle, avec les mains, qui a le verbe haut, le regard doux et en même temps, une certaine forme de force et de conviction.....

Un homme qui se bat pour des causes, qui enjolive la réalité parfois sans doute pour l'embellir, qui a une générosité parfois insouciante, tout en étant prévoyant.

Cet homme, je l'ai craint quelques années, quand j'étais petite, adolescente, puis jeune femme.

Je l'ai craint, parce qu'il en imposait, et que je ne voulais pour rien au monde le décevoir.

J'essayais toujours de faire de mon mieux, d'être forte, courageuse, digne du regard qu'il portait sur moi.

Et comme je ne voulais pas le décevoir, parce qu'il représentait tout pour moi, dans un contexte familial compliqué, je ne voulais pas perdre ma famille, qu'il était à lui tout seul.

Et puis j'ai grandi avec cette protection, cette "emprise" sans doute due au rôle, je me suis toujours représentée notre rapport comme moi toute petite face à lui, ombre géante, et finalement, avec le temps, oui  j'ai grandi.

Il s'est donné du mal pour m'avoir prés de lui, et si on me posait la question, de savoir ce qu'il me doit, je répondrai que je lui dois sans doute plus, même si finalement, ce n'est pas un devoir, c'est la vie.

Il est vrai, qu'une protection de ce genre, ça peut impressionner, et qu'au final, quand on prend son envol, on pense qu'on pourra vivre sans, facilement, mieux même.

Puis en grandissant, on aimerait que quelqu'un nous emporte vers un autre tempo, être rassuré, être pris sous une aile, être réconforté, être drivé un peu.

Mais au contraire, on a toujours montré qu'on y arriverait seul. Qu'on était capable.

Qui voudrait aider quelqu'un dont on pense qu'il est suffisamment fort sans nous?

C'est un dilemme. Ce n'est pas évident.. 

Et c'est en regardant, ce Monsieur si solide, que je me suis posée ces questions.

Il a l'air d'un roc, il a l'air suffisamment fort, et il m'a un peu, façonnée à son image, à un âge où l'on est encore façonnable.

Et aujourd'hui, alors qu'il semble pouvoir se suffire à lui même, je sens cette fragilité, palpable, surtout ces derniers temps, perceptible pour les initiés à la souffrance ou les habitués des sentiments.

Les années passent, et l'angoisse de nombreux d'entre nous est celle de la solitude, celle du désert affectif, celle de la difficile avance de la vie sur nous.

Alors il nous reste la santé, c'est ce que disent les gens de son âge, tant qu'il y a la santé....santé fragilisée par des combats humains, qui n'ont pas trouvé d'écho parfois, chez certains dirigeants, qui à force de combattre, s'est abîmée, et qui restera marquée de cette expérience.

Mais lui, ce roc, a t il des émotions?quand ressent il des choses?quand les exprime t il et à qui?

Ce n'est pas simple au fond, de savoir percer à jour des carapaces comme celle ci.

Ces gens dont je suis, qui rient, quand ils voudraient pleurer, qui pleurent quand s'éteignent les projecteurs de la vie en société.

Non décidément, sonder le cœur, même avec une sensibilité comme la mienne, à fleur de peau, ce n'est pas évident.

Alors je le regarde, parler avec les mains, enchaîner les calembours, inventer des histoires, faire le show, serrer des mains, discuter, s'enflammer, s'exalter, s'indigner, composer....avec humour, avec le charme à l'italienne, avec diplomatie.

Vous remarquerez, qu'en présence d'autres trublions, ceux qui le sont d'habitude, s'effacent, spontanément et naturellement pour laisser les plus forts s'exprimer.

Je le regarde et je ne peux m'empêcher de penser, est il un personnage, est il un héros de dessin animé?

Fait il "comme si" pour se voiler la face, se donne t il une contenance, afin d'échapper à la dure réalité?

Je ne sais pas si j'ai tort ou raison, je sais juste que quand il est là, j'ai l'impression que le monde peut s'écrouler mais que je m'en sortirai  toujours.

Et peu sont les gens (deux en fait) avec qui je ressens ce genre de sentiment.

Il en rajoute toujours un peu, il se protège en paraissant parfois indifférent, il se cache pour souffrir dans un silence religieux, mais il est finalement, un homme.

Cet homme là, cet Arlequin, ce personnage intemporel et haut en couleur, j'ai la chance de porter son nom.

A la guitare, en meeting, aux commandes de sa vie, il ne s'avouera jamais vaincu, donnera toujours l'impression qu'il maîtrise absolument, qu'il a raison, qu'il est là.

Je n'ai pas toujours été d'accord, je me suis confrontée à lui, je l'ai pourtant toujours respecté, parce qu'il était la référence.

Jusqu'à ce qu'il tire sa révérence, et même après, le plus loin soit il, il sera toujours, ce roc impénétrable, une référence.

Mon père, préféré et unique.

14 déc. 2011

Pirates!

Allez pour rire un peu.....visez la vidéo en cliquant sur le titre....
Je ris moyen.
J'ai perdu tous mes mails, toutes mes conversations.....depuis 3 ans:(
Je suis un peu ÉNERVÉE, légèrement AGACÉE
Mais le point positif dans cette affaire.....c'est que j'ai des amis en OR
Des gens qui donneraient leur chemise pour m'aider....des clients prêts à tout, des étudiants prêts à braver le froid pour aider leur prof....
Bein non, j'ai pas particulièrement besoin d'argent, enfin, normal comme tout le monde.
Mais je suis digne, si j'avais eu un problème à 2h du mat, genre une insomnie à cause de l'argent.....je n'aurai sans doute pas envoyé un mail à l'ensemble de mes contacts.....
Merci donc, grâce au pirate, je sais sur qui je peux compter, à 2h du mat, ou même plus tard.
Vous êtes des choux.

ps; au cas où l'envie vous prenait de me filer des billets, envoyez vos dons à la recherche contre le SIDA.
Ou à l'Abbé Pierre. C'est toujours ça de pris.:))

13 déc. 2011

Be a Princess!

Bon, à force de chercher le loup dans la bergerie, de répondre à la crémière, j'ai failli zapper l'objectif en cette fin d'année.

Briller de mille feux, et devenir une princesse....(enfin, tout au moins, le rester!)

Pour être la star d'un jour et le rester pour la vie, voici un bon qui devrait vous ravir, les filles, et devenir un Dieu vivant aux yeux de votre dulcinée, les gars.

  
Le principe est simple: vous êtes une princesse, et Juliette (ma Juliette!) fait des photos de vous, maquillée, coiffée pomponnée, et tout et tout.
La totale pour 99 euros!
Séance relooking, mise en beauté et photo pro.....
Et tout ça prés de chez vous?

Ne rêvez plus.......J'exauce ce rêve!
Et c'est valable jusqu'au 20 décembre.....

Non, ne me remerciez pas, moi aussi je vous aime....
(ps: en musique.....bien entendu)

12 déc. 2011

Lisez Moi

A mail incroyable, je ne peux que réagir.

D'abord, je n'ai pas compris pourquoi j'avais été destinataire de ce mail, ensuite, je me suis dit.....que c'était parce que je faisais partie de l'Ordre. (des avocats hein, pas du temple solaire, rassurez vous...quoique, à la lecture de ce mail....des fois jme demande)

Alors.....l'étiquette sur le petit gâteau  qui disait "mangez moi" permettait à Alice au Pays des Merveilles de grandir.

Nul doute que cet article qui disait "lisez moi" ne grandit pas son rédacteur. Ni la profession d'ailleurs.

Car voyez vous, on peut réagir épidérmiquement à certaines situations.

On peut, s'ériger en vengeur masqué et pourfendre ce que l'on pense être une injustice, sauver le monde, et Willy pendant qu'on y est.

Mais là ou Pierre Emmanuel @ laposte.net se trompe, c'est qu'il est incohérent.

Il dénonce, il accuse, il s'agace, il s'emporte, contre ce qui a été dit de méchant à la Revue UJA, où je n'étais pas, afin de rétablir l'équilibre, il s'excuse auprès du monde entier, et pour ce faire, il démonte, trois confrères en particulier, qui vu, ce qu'ils ont pris dans la tête, gratos, vont mener je le sais une enquête minutieuse.

Oui, ami, si tu dénonces, si tu te dis justicier, pourquoi fais tu le mal que l'on ne t'a pas fait?

Pourquoi utilises tu des armes, contre des gens qui ne t'ont -semble - t-il - pas visé?

Crois tu qu'en pourfendant ainsi le monde de ton épée et de ton courage immaculé, tu grandis, TOI, la profession que le monde entier nous envie tant elle nous permet de vivre heureux, comblés et riches?

Penses tu, que par ton action, par ce pamphlet, tendre agneau, petit poisson, et autre animal de compagnie, tu réussis à produire un effet, sans doute celui que tu poursuis, celui de "moucher" tes adversaires?

Ce qu'ont fait ces confrères, c'est écrire un spectacle, écrire des sketches, mis en scène, costumes, musique, instruments vivants.

Je ne suis pas toujours d'accord avec eux, et parfois moi aussi je trouve qu'ils vont trop loin.

Mais cela reste de l'humour.

Je n'y étais pas, parce que je n'avais ni le temps, ni la patience nécessaire, encore émue du sort réservé à notre ami commun, qui en a vu des vertes et des pas mûres entre les murs du Palais, et qui mérite plus d"égards, mais "personne n'aurait compris qu'ils n'en parlent pas".

Que penses tu gagner en faisant cela, zorro?

Que crois tu avoir conquis?Parce qu'en prenant pour cible, trois de nos confrères, et par le plus grand des hasards, mes amis, tu penses avoir vengé ceux à qui ils s'en sont pris?

Penses tu en sortir grandi?

Je ne songe pas un instant que tu n'aies pas réfléchi à ce manque de diplomatie.

Puisque tu sembles être un vieux loup en robe noire, après t'être représenté en agneau, saches que sans doute certains d'entre nous partagent tes opinions, ou en tous cas le fond.

Pour autant, personne, PERSONNE, ne saurait utiliser un procédé si vil et si bas, que celui d'un pseudonyme pour tuer la revue et les membres de l'UJA.

Je ne suis pas des leurs, mais je ne suis pas des tiens.

La liberté d'expression parfois a ce dessein, de permettre à ceux, qui s'en disent les protecteurs, d'arriver un jour, quand ils ouvrent leur cœur, à s'élever au rang, de leurs détracteurs.

Malgré toi, Masqué vengeur, qui parle de pathétique d'un air moqueur, qui nous prend en otage, nous , témoins impuissants, tu viens de créer l'inverse de ce que tu recherchais, en les visant.

Même ceux qui sont d'accord, avec ta prose approximative, se rallieront du côté de ces gens, de ces confrères que tu descends, parce que s'ils ont visé des gens, même ceux que j'aime beaucoup, qu'ils étaient agaçants, ce que tu as oublié, sans doute, n'écoutant que ton courage, 

C'est qu'il n'y a que les petits hommes, qui redoutent les petits écrits.

Je ne pense aucunement que tes "adversaires" d'un mail, redoutent ton poème.
Ton quart d'heure de gloire est à présent terminée, je m'en vais donner de faux conseils à une clientèle peu regardante, au Barreau de Roubaix.

ps: une petite chanson pour faire passer la dragée.

11 déc. 2011

Campi's and Friends Rockollection


On a lancé le concours avec les filles des photos avec nos amis les comédiens.....
Et encore....c'est qu'un début.....:) Et en musique bien entendu!

c'est qui????:)

 et lui, c'est qui?


Do you know Selah Sue?:))


 ouais ouais :)))

On était jeune!Mais c'est bien Manu Payet!:)

10 déc. 2011

Un Kif......

KIF [Kif]. n.m Instant, situation, interaction, événement, perception ou émotion provoquant une sensation d'agrément, d'aise, d'amour, d'amusement, de bien-être, de bienfait,  de chance, de création, de bonheur, de conscience, de complicité, de charme, de contentement, de délectation, de gourmandise, de distraction, de sens, de connexion, d'euphorie, d'expression, de fantaisie, de félicité, de grâce, de gaité, de joie, de jouissance, de récréation, de satisfaction, ou de volupté pour lequel on éprouve de la gratitude.




















9 déc. 2011

Make A Wish

Bon, c'est le moment.....

De la liste.....vous voyez de quoi je parle?

On va dire, que j'ai arrêté de faire des listes au Père Noël depuis l'âge de 5 ans.

Et j'ai eu tort.

Alors, sans perdre un instant, et parce que ce soir, je suis en mode "kit de survie"; (plaid, pâtes, canap, bridget) je vais rédiger sous vos yeux ébahis, la liste de ce que je "voudrai" que le gentil barbu joufflu, pense à mettre sous mon sapin le soir S.

Bon le seul souci sans doute, c'est qu'il vient en traineau, et que pour se garer dans ma rue, c'est pas simple.

Non, à bien y réfléchir, deuxième souci, je n'ai pas de cheminée. Et mon nom n'est pas écrit sur la sonnette.

Bon en même temps, il finira par me trouver, c'est le Père Noël quand même!

Et puis, j'ai des cookies.

Allez je me lance.....

- 1er cadeau: un bébé pour mes meilleurs amis, Amandine et Michaël. 
   (un filleul pour moi donc)

- 2ème cadeau, que ma pièce marche, et que Florence Foresti trouve ça drôle

- 3ème cadeau, un ticket gagnant à l'Euromillion, histoire de pouvoir prévoir l'avenir (et accessoirement, ouvrir    la boite aux lettres)

- 4ème cadeau: des bottes cavalières couleur tabac. Bon, les plus jolies sont chez Jonak, mais y en a des     moins chères, vu la période de crise.

- 5ème cadeau: les sing star pour animer mes soirées solo, et les autres.

- 6ème cadeau: des vacances, par exemple un billet d'avion pour aller rencontrer Basilou à Montréal, ou alors retourner à New York, en Calabre.

- 7ème cadeau: avoir un amoureux. 

Avertissement: j'ai déjà demandé au Père Noël, la paix dans le monde, les vaccins, un traitement contre le SIDA, la fin de la famine dans la Corne d'Afrique, la fin du conflit israelo palestinien, un nouveau président de la République, ou la fin de la crise internationale. mais il ne me l'a pas ramené, faute du nombre de demandes.

Allez, à vous d'écrire la vôtre.
En musique:))


5 déc. 2011

Silver's Tree

Je n'échappe pas à la tradition....

J'ai décoré mon beau sapin, Roi des forêts, avec ma petite So, et ça nous a fait plaisir.

Il est beau, il sent bon, il trône dans le salon, nickel

Il est certain, qu'un sapin, c'est pas juste un sapin.

C'est lourd de sens, un sapin, c'est pas juste un arbre qui fait joli, sous lequel on trouve des cadeaux, et qu'on va mettre dans la cheminée quand ce sera fini.

Le sapin, ça me fait penser à quand j'étais petite évidemment, et je cherche dans mes souvenirs, quand, j'ai fêté un joyeux noël.

Alors, je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières mais quand même, heureusement qu'il y a les photos, pour que je puisse me voir, petite, insouciante, ravie, sur les genoux du Père Noël, avec des joujoux.

Non, parce qu'il ne faut pas se mentir, je ne m'en souviens pas, et d'ailleurs, à part ceux qui ont 5 ans, qui peut se souvenir de Noêl, entre zéro et 5 ans?

Je parle de l'enfance, parce que Noël c'est pour les enfants. C'est le seul moment où ça a un sens.
Quand tout va bien, quand on croit à la magie, quand on croit....au Père Noël.

Parce que quand on grandit, les repas de famille interminables, c'est pas que...mais bon, on s'en fout, nous, ce qu'on veut c'est papoter avec les cousins, récupérer nos cadeaux fissa et rentrer nous réfugier dans notre petit cocon.

Et quand on grandit dans une famille recomposée?

Dans une famille recomposée, on ne se sent pas comme avant, on vit un peu dans une bulle, coupé du monde, le 24 chez papa, le 25 chez maman, ou pas.

Des fois on fait les deux chez papa, et vous comprendrez bien pourquoi.

Mais pas que papa, papa et sa nouvelle femme, ou maman et son nouveau mari.

Des fois, les enfants de la famille recomposée, avec lesquels on doit, parfois on veut pas, on doit être sympa.

C'est pas facile la vie quand on entre si vite dans le monde adulte.

 Même si on ne se sent pas prêts, même si on ne sent pas bien, et même si avant on aimait Noël, après on est pas pareil.

Alors, y a pire, y a ceux qui viennent de fêter Noël, et qui sont emportés par un tsunami.

C'est toujours ce qu'on dit aux ados qui n'ont pas l'air heureux quand ils fêtent Noël dans une famille qu'ils n'ont pas choisi.

Mais quand on est ados, on s'en fout du monde entier, parce qu'on est plus malheureux, alors on s'enferme dans sa chambre, après la remise des cadeaux, et on écoute de la musique, on écrit des lettres qu'on enverra jamais, on rit en regardant des photos de nous, on se réconforte en bouffant tous les chocolats en solde que nous ont ramené nos grands parents.

On compte nos enveloppes, on rêve à ce qu'on va acheter, on pense qu'on pourra se payer le monde.

En bas, ils sont encore devant la télé, ils regardent sans regarder, ils sont tous mal à l'aise.

Jusqu'à ce que la famille, sans les recomposés, se détende enfin.

On envie les familles où tout se passe bien, on crève de vouloir entrer avec eux, de rire, de chanter un karaoké aussi avec eux, on veut juste les regarder, on veut juste goûter à leur joie. A leur joyeux Noël.

Quand par miracle, on ne fête pas Noël en petit comité, on souffle, on est plus nombreux, pas chez nous, mais dans le lot, y aura toujours quelqu'un qui nous parlera.

On a des larmes aux yeux, quand ces gens, heureux, s'embrassent et sont plein d'attention les uns envers les autres.

On attend, de se créer sa propre famille, vers 20 ans, on a oublié quand on a vraiment aimé fêter Noël.

On attend que ça passe, en s'imaginant, avec un amoureux, dans la famille de notre amoureux, avec notre premier enfant, comme dans la belle et le clochard.

Pour moi, Noël sera parfait, quand il y aura une cheminée dans le salon, quand j'aurai des enfants, quand j'aimerai mon mari,, quand il y aura des cadeaux sous le sapin, quand on écoutera Dean Martin juste pour être un peu gnan gnan, quand on aura des invités chez nous, du monde, du bruit, de la fête, des rires, des chants.

Pas l'éternel règlement de compte, quand les familles se réunissent autour d'une grande tablée,

Pas la soupe à la grimace, avec la grand tante acariâtre, qui nous a encore ramené la même boîte de chocolats que chaque année,

Ceci dit, si on la mettait au défi de bouffer un seul de ses chocolats pourris, peut être qu'elle arrêterait.

Mais c'est pas la question.

Bref, quand je serai grande, j'aurai le Noël parfait dont j'ai toujours rêvé et là, je pourrai me régaler, en regardant mon sapin de Noël.

Vous allez vous demander pourquoi j'en fais un, si ça me fout l'bourdon.

C'est une sorte de thérapie.

Je m'entraîne à aimer ça, je m'entraîne au Marché de Noël, au pied de la Grande Roue, prés du vendeur de marrons grillés, prés des vitrines illuminées.

J'attends avec impatience de découvrir quels cadeaux me seront offerts, même si plus le temps passe, moins il y en a "je suis grande maintenant".

C'est idiot ce faux suspens, mais j'aime bien.

Et plus les années passent, plus je le sens se rapprocher ce joyeux Noël.

Quand j'étais ado, on allait chez ma grand mère, dans la salle à manger, on était tous là, les quatre frères, dont mon père, les cousins et cousines, on se marrait comme des dingues, et on n'y allait que pour ça.

Y a eu des moments sympas, il ne faut pas le nier.

Mais aujourd'hui, ils sont âgés, et n'y croient plus depuis longtemps.

Oui, il se rapproche ce joyeux Noël et je l'attends.

En attendant, je décore mon sapin, j'écoute Dean Martin pour être gnan gnan, et vous aussi....:))

4 déc. 2011

Dream Team

La réunion de plusieurs talents dans une salle, qui provoque l'extra Ordinaire.

Et qui permet la naissance d'une pièce de théâtre, d'un projet artistique audacieux et intéressant.

Voilà ce qu'est une Dream Team, à Paris, rue de Berri, un samedi de décembre.

Et dire que ça ne fait que commencer, et penser à ce que cette aventure me promet ,ce que je n'ose imaginer.....

En tous cas une chose est sûre, j'étais dans un état second, proche de l'Ohio, un de ces mélanges d'euphorie, de stress et d'excitation.

Et ELLE était fière de nous, nous l'a dit.

Ca me va.

Quand je verrais vos visages, quand j'entendrai vos rires......je retournerai encore et encore dans l'Ohio.:)

Il y a du travail, mais "si vous trouvez l'aventure dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle"

Il écrit bien ce Paulo Coehlo. :)

Pour connaître la suite de cette aventure, rendez vous samedi prochain.

Pour rire encore, rendez vous demain:)

Et en attendant, cliquez sur le titre, fermez les yeux (bein oui, parce que sinon ça marche moins bien) et souriez! allez, je vous regarde:)

2 déc. 2011

La dernière séance

Cette semaine, c'est la dernière semaine de cours, avant les examens pour mes étudiants de deuxième et troisième année.

Alors vous l'imaginez, c'est pour moi compliqué d'arrêter ce petit rituel, ces rendez vous hebdomadaires, avec mes petits protégés, des jeunes gens qui grandissent et apprennent, qui en demandent toujours plus, qui veulent comprendre et savoir, qui s'inquiètent pour leur avenir.

C'est notre espoir. C'est le mien.

Je suis fière d'eux, de ce qu'ils sont, de les avoir vu évoluer, de les avoir écoutés, de les avoir entendus, réfléchir et même se tromper.

Et bien sûr à travers leur réussite, je ressens une forme de fierté.

Comment faire autrement, moi, l'étudiante rigolote mais toujours à la bourre, qui parlait un droit plus qu'approximatif à leur âge, la téméraire, qui n'avait pas peur de prendre la parole devant des chargés de td particulièrement sévères, j'étais passée de l'autre côté du bureau.

Il y a de quoi être fier, et surtout quand on corrige des devoirs, avec de la réflexion, parfois des non sens, des incompréhensions, des inversions, des expressions incroyables.

Mais c'est qu'ils en veulent les tiots, c'est qu'ils sont à fond, et c'est ça qui compte.

Alors voilà, le rideau va tomber sur cette dernière séance, avec eux.

L'an dernier j'avais la gorge serrée en quittant mes premiers étudiants, et aujourd'hui je sais que ce ne sera pas facile de les laisser demain.

Derniers sketches, dernières pirouettes, avant quand?

Je sais que je les aime beaucoup, parce que je m'attache, je sais qu'ils savent que la route est peut être encore longue et semée d'embûches, mais il ne faut pas qu'ils oublient qu'ils sont l'espoir, même encore en crayon gris, sur lequel ils repasseront au stylo quand ils seront grands!



Friendly and SO cute

Mon Amie Caro que je félicite pour ses choix récents:) s'est finalement laissée tenter par un fondant au chocolat noir et coeur caramel beurre salé de l'Olibrius ce lundi.

Elle m'a raconté ses péripéties des étoiles dans les yeux :) et m'a mystérieusement donné rendez vous le 1er décembre, avec un sourire malicieux.

Impossible de savoir pourquoi, elle est restée silencieuse avec les yeux rieurs.

Le jour J, sans savoir ce qui allait se passer, je l'ai taquiné sur facebook, en lui disant "nous sommes le 1er décembre"

Je recevais un texto à 10H10 (il n'y a pas de hasard) qui me disait, tout aussi mystérieusement "où et quand puis je te rencontrer même 3 secondes pour te remettre quelque chose?"

Trop de suspens, ma journée achevée et enfin rentrée chez moi, je lui indiquais que j'étais rentrée.

Quand elle est venue sonner à ma porte, toute essoufflée de la course effrénée qu'elle avait du faire tout l'aprés midi, je m'interrogeais sur ce qu'elle devait me donner, précisément, le 1er décembre.

Elle m'a tendu un présent inattendu , j'avais l'impression d'être le petit jésus face à un des rois mages
Je vous laisse le découvrir en images.
Une tasse de l'avent, avec 24 sachets de thé différents numérotés jusqu'à Noël, et deux petites bougies parfumées pour passer un agréable moment, réchauffer mes mains sur la tasse, et me délecter du parfum mélangé des arômes et des senteurs.

Quel beau cadeau!j'étais particulièrement émue, c'était mon premier calendrier de l'avent:))

Nous avons alors dégusté le 1er ensemble, en mangeant aussi quelques petits chocolats.

Que c'est beau, l'amitié.

Merci ma Caro:))))

Y a des copains!