25 nov. 2011

Tchi Tcha

Imaginez:

Une rue sombre, trés peu éclairée.

Une jeune femme rentre chez elle, presse le pas car elle ne se sent pas rassurée.

Il est tard, et elle voudrait être déjà rentrée chez elle, d'ailleurs si elle avait su, elle serait partie plus tôt du travail, et n'aurait pas pris le dernier bus.

Elle s'emmitoufle dans son écharpe et compte dans sa tête la distance qui la sépare de son nid douillet.

Scène 1 acte 1: entrée en scène des deux sdf sans le sou, qui n'ont pas mangé depuis 3 jours, ne se sont pas lavés depuis quelques semaines, et sont surtout en manque de méthadone, ils ont des gueules cassées et des fringues usées, n'inspirent pas confiance, et marchent sur le trottoir opposé de la jeune femme pressée.

Scène 1 acte 2: dans la même rue est stationné un véhicule de la brigade anti criminalité, à son bord, quatre colosses, crâne rasé, mine patibulaire (mais presque) et bombers noirs.

Ils sont en mission de contrôle, ils attendent le client en gros, ils se disent qu'à cet endroit, où la rue est sombre et trés peu éclairée, ils finiront par trouver de quoi se mettre sous la dent. C'est leur boulot après tout, de sécuriser.

Scène 2 acte 1: les deux sdf changent de trottoir, et vont à la rencontre de la jeune femme pressée.

Les quatre policiers sont au taquet dans leur Mondéo, ils trépignent, prêts à intervenir, mais ils attendent le flagrant délit, ils se tiennent en alerte, la main sur la poignée intérieure de la voiture banalisée.

Scène 2 acte 2: les deux gars s'approchent de la jeune femme, elle stresse un peu, s'accroche à son sac, en se disant qu"'il faut toujours que ça tombe sur elle ce genre de trucs!"

L'un d'eux l'interpellent, "Mademoiselle, excusez moi, vous vous souvenez de moi?"

Ils sont tous les deux de dos, les policiers ne voient qu'une partie de la scène, intervenir, ou attendre? 

Le risque est important pour la jeune femme, son style vestimentaire, sa coiffure soignée, démontrent qu'elle vient d'un milieu aisé, en tous cas toujours plus aisé que les deux gars sales et mal fagottés qui sont en train de l'accoster.

Que se passe t il ensuite.....?

Une interpellation musclée, de deux mecs cassés, l'un d'eux est porteur d'un petit couteau suisse, l'autre d'un peu de résine de cannabis.

La jeune femme pressée, en fait, c'était l'avocat de l'un d'entre eux, qui l'avait reconnu, et c'est pour ça qu'il avait changé de trottoir.

Elle, vu le peu de lumière ne l'avait pas reconnu de loin et c'est en s'approchant qu'elle a compris de qui il s'agissait, elle l'avait défendu, le jour de sa première plaidoirie.

Les policiers dans la voiture, ont cru tenir leurs clients du soir, lui ont sauté dessus.

Il sera placé en garde à vue, mais son copain relâché, pour détention de cannabis, la jeune femme pressée convoquée pour témoigner, recevra un appel sur son portable, du commissariat central......Ironie?

Ce petit scénario, c'est la vie quotidienne de ces gens délaissés et égarés, contre qui se dressent les apparences.

Il en faut peu finalement pour créer une ambiance, l'entrée en scène des différents personnages, la lumière, les décors, les costumes.

Une vraie scène de film, avec la peur, le suspens, l'angoisse, l'envie d'en savoir plus.

Et ces gens, anonymes, inconnus, petites vedettes de leur petite vie, ceux dont personne ne se soucie, sont des professionnels de l'impro, des stars du one man show, mais leur théâtre, c'est la vie, ils ont un abonnement à vie au Tribunal, dont ils sont les acteurs principaux......souvent malgré eux.

En hommage à ces acteurs nés, capables de pleurer sur commande, quand arrive le moment, qui ne ratent jamais le coche, qui savent parfaitement à quel moment entrer en scène, quand être violent et agressif, quand être gentil et pitoyable, quand être doux et agréable, quand être repentants.

C'est à eux, stars parfois pathétiques, parfois grotesques, mais dans l'ensemble touchantes, que je dédie cet article.

Ils connaissent bien les ficelles, ils connaissent les zones d'ombre et de lumière.

Ils font leur cinéma, tchi tcha.

23 nov. 2011

Qu'est ce qui pourrait sauver l'amour?

Il avait raison de poser la question Daniel.....

Je capte des signaux de détresse, un peu en mode Flipper le Dauphin, qui reçoit des appels au secours de ses copains dauphins.

La même en mode Bonobo.

Bon alors....par où commencer?

Le point de départ de ce post tiens, une baston en direct sur la toile, un fight club en live, entre deux de mes contacts facebook.

De ceux qui écrivent heure par heure le bonheur d'être ensemble, de ceux que rien ne peut atteindre, en tous cas c'est ce qu'on croit.

Toute cette avalanche de haine subite (parce que j'ai tout relu sur leurs murs respectifs, j'ai raté le début) n'avait aucun sens.

Tout comme n'a aucun sens, cette disposition du hall du Juge aux Affaires Familiales, ces gens qui se détestent, comme ils se sont aimés, ces gens qui n'entendent rien d'autre que leur douleur, pour qui n'existe plus de pudeur, plus de discrétion, non, c'est maintenant qu'ils doivent déverser leur bile. Pas dehors, pas loin de ces gens non ici et maintenant.

Et à les voir comme ça, je ne les comprends pas.

Mais pas parce que je pense qu'ils ont tort, pas parce que je pense qu'ils devraient laver leur linge sale en privé et ne pas raconter leur rancune devant tout le monde à grand renfort de larmes et de cris de douleur.

Non, finalement sur la toile, mes deux contacts se sont déchirés, lui il a pris, il a encaissé, elle a crié (en majuscules, en points d'exclamation, l'avantage c'est que ça ne fait pas de bruit) et lancé des flèches empoisonnées.

Mais juste, je ne les comprends pas.

Ils ont fini par se calmer, ce matin, je suis allée voir, il n'y avait plus de messages.Plus de traces de ce déchirement qui se déroulait sous mes yeux. 

Non, là on sentait bien l'accalmie, le moment de sécher ses habits sur la cheminée après la tempête.

Je ne sais pas ce que je ferai, si j'avais aimé puis subi la rupture, et si je devais voir l'objet de mon désir de la veille se détendre en direct en racontant sa vie anodinement.

Il m’énerverait hein, ça c'est sûr. Mais......à quel point?

Tout dépend du caractère n'est ce pas?De la façon d'envisager la relation.

Vous l'avez lu (ou le savez parce que vous me connaissez bien) je suis plutôt cool sur ce domaine, préférant la relation durable et complice à la passion ravageuse, (l'expérience sans doute?mmh peut- être) 

Par exemple, second point de ma réflexion: la jalousie.

J'en parlais hier midi au cours d'un délicieux repas (n'est il pas) avec un de mes amis, pourquoi sommes nous jaloux?

On est jaloux, quand on n'est pas sûr de soi.

Ma théorie est la suivante: quand on est malheureux, qu'on a manqué d'amour étant petit, sans doute parce qu'on a été le benjamin d'une fratrie et que personne ne faisait attention à nous, ou parce que nos parents étaient trop occupés, et qu'en grandissant, on a fini par jalouser le bonheur des autres, le plaisir des autres, qu'on a vécu dans l'envie, alors, on finit par être jaloux.

Jaloux en amour, jaloux en amitié.

On est malheureux, on a peur de perdre la seule personne qui nous porte de l'intérêt alors on pense la posséder, ce qui engendre un sentiment d'insécurité si quelqu'un s'en approche.

Comme si quand on était petit (tout vient de là dans ma théorie, au commencement, au big bang) on n'avait jamais de jouets, et que le seul qu'on avait on le gardait jalousement, par peur de le perdre et de se retrouver seul.....

Ah non, ce n'est pas un plaisir d'être jaloux et les jaloux souffrent énormément.

Maintenant, si l'alter ego sait, il ne doit pas attiser cette souffrance sinon c'est juste dégueulasse.

D'autre part, être jaloux, possessif et parfois violent peut s'expliquer mais ne peut pas toujours être toléré.

Il est moins facile, d'être tranquille d'esprit et de faire confiance, que de s'énerver pour un rien.

On cède à une pulsion, ce qui pour un jaloux compulsif est normal, alors que rester zen et se laisser aller est moins simple.....

Je ne suis pas jalouse. J'ai déjà ressenti ce sentiment quelques fois, mais je ne l'ai jamais extériorisé, personne ne l'a jamais su.

Je ne comprends pas ceux qui demandent à leur amoureux de faire table rase du passé, et d'oublier la vie qu'ils avaient avant. On ne peut pas lobotomiser les gens et les rendre "like a virgin" comme si rien n'avait jamais existé avant eux.

Ce sont justement nos expériences passées qui font de nous ce que nous sommes et nous ont rendu suffisamment désirables aux yeux de notre nouvel amoureux.

Alors pourquoi tout effacer?

J'ai conservé, précieusement, depuis 15 ans, les lettres d'amour les plus belles qui m'aient jamais été envoyées, que mon premier amour m'avait écrites.

Je les ai emmenées partout avec moi, elles sont là, elles font partie de ma vie, et de telles lettres sont tellement précieuses.....et il n'est PAS QUESTION qu'on me demande de les jeter ou de m'en débarrasser

Dans le Top 5 des questions que les copines posent suite à ce type d'affirmation, il y a en number one, "mais si c'est le bon, si c'est l'homme de ta vie qui te le demande, tu mettrais tout en péril pour de vieilles lettres?"

Si c'est le bon, il aura confiance et ne doutera pas, n'aura nul besoin de changer ce que je suis et ce que j'ai vécu, si c'est l'homme de ma vie, il ne me demandera pas de faire ça.

Et ce ne sont pas de vieilles lettres, ce sont de belles lettres, je me mettrais plus en péril, moi et ce que j'ai construit, si je devais m'en séparer.

Ces lettres, c'est moi. Les jeter, c'est jeter un bout de moi et je ne renoncerai pas à ce que j'ai difficilement acquis.

Alors, que faire pour sauver finalement ce qui compte le plus?
Le jaloux, l'amoureux, l'ex, tous ceux ci ne pensent qu'à une seule chose, l'amour.

L'amour qu'on a peur de perdre, l'amour qu'on garde précieusement, l'amour qu'on a perdu.

Je pourrai vous dire que c'est la communication, la complicité, mais c'est bateau, même si c'est vrai.

Non décidément, je ne sais pas, et ce n'est pas faute de chercher, ce qui aujourd'hui, pourrait sauver l'amour.

J'attends de retomber amoureuse, et peut être que je le découvrirai. Avec l'âge.....on devient sage...(ou pas...)

.

Ecole Buissonnière

Puisque ce matin, au cours d'un td, j'ai laissé échapper mon adresse de blog, je souhaite la bienvenue à mes étudiants, qui viendront je le sais, nourrir ce blog de leur curisosité.
Je leur rappelle simplement de ne pas le faire pendant les cours, parce que sinon je ne me lève plus à 6 h, je reste chez moi et leur fais cours à distance.
Comme Patrick Bruel dans PROFS.
Ceci étant dit, je vous invite à vous reporter au poste intitulé "Elle c'était moi", pour vous donner une idée de ce qui se fait sur ce blog....
Bonne lecture.
Et laissez des commentaires; de toutes façons si j'aime pas, je publierai pas donc aucun problème hihihi
Mes ptis chats des bois, en cliquant sur le titre, y a de la musique:) WOOOOO jsais en faire des trucs hein!:)

22 nov. 2011

Olibrius? Mot Compte Triple.

Dans la rue de l'Hôpital Militaire, à Lille, y a un hôtel. Mais on s'en fout.
Ce qui nous intéresse c'est ce qui se passe à côté de l'hôtel.
A l'Olibrius.
Le cadre est canon, mais surtout, les mets sont délicieux. Voici Ben et son talentueux coup de main dans la cuisine.
Au Bar, voici Pascal, et à côté, Denis (mais là, il est à Moscou) (enfin c'est ce que dit Pascal, c'est peut être vrai, ou pas)
Bonne humeur, bon goût, bonne musique.
Je ne me souviens pas avoir passé d'autres moments que de bons dans cet endroit ludique.
Alors allez y jeter un oeil, (et n'oubliez pas de le reprendre) mais en attendant visez moi un peu ces photos magnifiques:)
ps: pis on s'y croisera ptêt qui sait???

 Tartare Deux saumons et Pommes de Terre Grenaille
 Fondant Chocolat Noir coeur caramel beurre salé et glace calisson :)
PS: Olibrius: n.m, phénomène.:p
Plat du jour 9,90 ouvert tous les midis, et du mercredi au samedi soir
Concerts et expos.
Plaisir garanti.
Si vous venez de ma part (hummmm) avec le mot de passe LAURACAMPI, la Maison vous offre un verre de vin ou un kir apéritif.
ça les copains, ça s'appelle la classe. Alors allez y!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

L'effet Papillon

Prenons une chose simple: un évènement sans conséquence apparente, un moment anodin: un bouchon.
Qu'est ce qu'un bouchon? 
A première vue, ce n'est qu'un simple embouteillage, une succession de voitures accumulées sur l'autoroute, qui peut durer des heures, mais qui au final, ne comporte rien de grave.
En fait, un bouchon ça peut avoir de nombreuses conséquences, positives ou négatives cela dit.
A cause d'un bouchon, et même si l'on prend ses précautions, on peut être trés en retard à un rendez vous, au travail, à la crèche, chez des amis.
On peut aussi rater un moment important, comme un mariage, un anniversaire surprise, une remise de diplôme, un avion à prendre.......un ami cher qui est de passage dans la région et que l'on ne verra pas.
On n'assistera pas non plus à une naissance, on ne sera pas au chevet de ceux qui nous sont chers mais qui ne nous attendront pas pour rejoindre la lumière blanche au fond du tunnel.
Et parfois, pour un simple bouchon....on peut perdre sa liberté.
Pour un accrochage de deux conducteurs empressés, on sera bloqués sur l'autoroute, alors qu'on est parti à 6h en prévoyant large, on sera en retard à une audience, à un rendez vous judiciaire important. On peut nous mettre en prison parce qu'on est obligé d'être là et qu'on est toujours au km 22 sur l'autoroute.
On peut rater l'homme ou la femme de sa vie, parce qu'on arrive aprés son départ à une soirée, parce qu'on se décourage et qu'on rentre chez soi.
Passer à coté d'un contrat important, rater un casting, rater le rôle de notre vie.
Mais en même temps, on peut éviter des catastrophes en arrivant en retard, on se trouve sur l'autoroute justement au Km 22, pendant que s'écroule un bâtiment, au moment d'une prise d'otage dans la mairie où on bosse, au moment où à une soirée, notre ex a demandé sa femme en mariage.....
Oui décidément un simple bouchon, ça peut tenir de l'effet papillon, petite cause, grande conséquence disait la chanson.
Un bouchon, c'est aussi ce qui sauve le contenu d'une bouteille qui tombe sur le sol avant que tout ne se répande sur le sol et fasse chavirer votre grand mère, qui se cassera le col du fémur, ou celui d'un produit ménager qui tout doucement ira se loger, là où seul votre chat peut accéder.....
Un bouchon, c'est aussi ce qui peut vous empêcher d'entendre ce que l'on dit, qui vous coupe du monde et vous met en marge de la société, de façon anodine.
Je ne sais pas si je dois voir un bouchon comme une chose positive ou négative. Ce que je sais c'est que ce n'est pas anodin.
Et l'idée m'est venue, lundi matin, quand j'ai pris la route vers la Cour d'Assises trés en avance, pour éviter les bouchons, et que j'espèrais que mon client en ferait de même.
Il a évité de justesse, qu'on le place sous mandat de dépôt.
En mai, un autre qui avait raté son train n'avait pas eu la même chance, et doit sortir aujourd'hui.
Un bouchon, un train en retard, c'est la faute à pas de chance, personne ne vous croira, tout le monde pensera que vous êtes en retard comme d'habitude, et que pour une fois, au mariage de votre meilleur ami vous auriez pu faire un effort.
Et rien ne sert de vous justifier, c'est inutile. Prenez une profonde respiration, et dites vous que l'essentiel c'est que vous soyez arrivé à point.

17 nov. 2011

Enzo Wood and the Prick

On continue dans la création!
Comme vous l'avez compris, j'adore être entourée d'artistes qui partagent avec les autres, comme moi, leur passion de créativité.
Alors voilà un garçon que j'ai connu tout petit (et qui m'a connu toute petite aussi hein) qui se révèle être doué pour transformer le bois!
Et pour inaugurer son idée lumineuse et robuste comme sa matière première, j'ai commandé une oeuvre d'art just for me
Et voici le travail:
Rendez vous sur sa page Facebook :))

Imagine All The Stars in Love

Ahhhhh l'Amour.......!
Toute une histoire, tout un monde à inventer, à créer, ensemble, main dans la main.....
Mais encore faut il savoir ce que l'on veut!
Voici quelqu'un qui a des idées: une de mes amies d'enfance a créé pour vous LE site de vos événements heureux.....mariage, baptêmes, barmistva, anniversaires, voilà comment réussir les plus beaux jours de votre vie!
Et en cliquant sur le lien, vous serez heureux en musique:)
Visez un peu les photos! et rdv sur la page Facebook de Céline Imagine:)



14 nov. 2011

Vintage and Love

Du 18 au 20 novembre.....welcome to the vintage's world:)))
A Roubaix:)

Body Guard

On pourrait être tenté de penser que le corps et l'esprit sont deux choses indépendantes qui n'ont pas vraiment de lien entre elles.
Je peux vous dire que c'est faux.
Et pas seulement moi, les hypocondriaques aussi, les névrosés, les dépressifs, les anxieux chroniques.
Alors ça n'a pas l'air gai comme post et pourtant, figurez vous que c'est plutôt positif.
Notre corps nous appartient, il est bienveillant, il nous aime bien.
Il nous signale quand ça ne va pas, comme dans un cockpit d'avion, les signaux lumineux s'allument en cas de problème, à l'intérieur de nous.
Le samedi: je me lève en général à 6 heures et demi, je quitte mon doux nid à 7h30 et j'enchaîne quatre heures de td, une heure de tgv, quatre heures de répet, re une heure de tgv.
Aucun problème pour me lever: j'ai la patate!
J'arrive en cours surexcitée, je suis super contente d'y être, j'adore donner cours et de surcroît face à un auditoire aussi réceptif.
Et je sais ce qui m'attend après je vais prendre mon train avec le coeur léger, je vais jusque Paris, destination bonheur, qu'il pleuve ou qu'il vente, j'ai vraiment l'impression de flotter.
Je retrouve ma TRES belle et talentueuse coach et nous bossons la pièce pendant des heures.
Je ne me souviens même plus que j'ai un portable pendant les répét, je suis à fond, j'adore, je ressors avec le sourire avec l'impression d'avoir battu mon record de course à pied, d'avoir donné le meilleur tout au long de la journée.
Le lundi: j'ai énormément de mal à me lever: j'ai une boule à l'estomac en ouvrant les yeux, je traîne dans mon lit jusqu'à ce que je sois vraiment en retard, je file sous la douche toujours tendue, et je pense à ce qui m'attend avec anxiété.
Etrange.....ou logique!
Mon corps m'a lancé des signaux en juin, il m'a dit d'arrêter de déconner, j'ai donc pris des vacances et mis mon cerveau au repos.
Il a réfléchi, scanné mes infos, et a fini par en sortir l'information capitale: cf le post "all by myself"
J'ai arrêté de finir à pas d'heure, j'ai pris des rtt le vendredi aprés midi, je léve le pied.
Ce n'est pas fini m'a dit mon corps, tu peux mieux faire; alors je me suis inscrite à la salle de sport.
Encore un effort a t il ajouté: alors j'ai décidé de voir plus mes amis et de me détendre davantage.
Il avait l'air content.
Et voilà qu'il me lance de nouveaux signaux: maux de ventre, crampes d'estomac, me voici dans de beaux draps.
Que me dit mon corps?il me dit que je dois vraiment me calmer.
Il me dit que la grande stressée que je suis n'a pas encore entendu les avertissements pourtant déjà nombreux qu'a laissé mon esprit sur mon répondeur, et qu'il faudrait d'urgence redescendre de plusieurs étages à l'intérieur de moi même.
Ces maux de ventre, ces symptômes apparaissent dans mon corps quand mon esprit est perturbé, boulversé, abimé.
Il faut que je soigne mon esprit pour guérir mon corps.
J'ai l'impression d'avoir inventé le fil à couper le beurre. (objet vraiment utile, je vous le concède)
Maintenant comment faire?
Mon cerveau a t il enregistré l'information selon laquelle j'ai décidé de changer et donc, me réclame encore plus d'efforts sur moi même?
Sans doute....il faudrait que j'essaie.
Mais la réflexion est la suivante: la nature est quand même super bien faite.
Quand quelque chose ne va pas, notre corps nous le dit.
Par exemple, si mes pieds sont gonflés, je pensais que c'était juste la rétention d'eau, l'insuffisance veineuse. Non, m'a dit la kiné, vous êtes fatiguée, vous manquez de sommeil.
A mon médecin je dis, j'ai vraiment mal au ventre, j'ai peut être un ulcère? Non m'a t elle répondu, vous devez juste vous calmer Mademoiselle.
Ok Ok, j'ai compris le message, mais c'est facile à dire.
Comment faire?boire, ingérer, manger, fumer des plantes?
Non, je ne pense pas.
Alors en attendant de trouver le remède à tous mes mots (c'est un jeu de mots, Maître Capello) j'écoute de la musique, je m'oblige à ne penser qu'à l'instant, j'arrête d'anticiper, je serre les dents pour ne pas oublier d'être heureuse. Même un court instant.
Puisque tant que mon cerveau fonctionne, mon corps continuera à m'avertir de ce qui ne va pas, je tente de recréer chaque jour, comme si c'était samedi.

12 nov. 2011

Next

J'ai relu comme trés souvent finalement, les agendas scolaires que j'ai bien entendu conservés, de la sixième à la terminale.....

Je suis une grande sentimentale, me direz vous, mais en fait je pense que ça fait partie de nous cette époque, et que c'est grâce à elle qu'on se construit.

Mon personnage dans la pièce a 20 ans, alors évidemment il faut que je me replonge dans cette époque, pour explorer tout au fond....

Et voilà que je retrouve les cartes postales, les lettres qu'on s'écrivait après avoir passé la journée avec les copines, les coups de fil interminables dont je me souviens parce qu'il y a les petits post it plein de dessins, de cercles entremêlés et de gribouillis, bref, je replonge.

Et je me demande.....

Quelle ado aurai je été si j'avais grandi à l'époque où l'on vit aujourd'hui?

J'ai connu les débuts d'internet, la fin du minitel, sur lequel j'ai vu mes résultats du brevet des collèges, ma première connexion internet chez mes parents où j'avais l'impression d'être la reine du pétrole, les cabines téléphoniques parce que je n'avais pas de portable, le premier portable, les premiers textos.....
C'étaient vraiment les premiers!pas mes premiers, les premiers tout court.
Alors ça fait un peu dinosaure là comme ça, mais ceux qui me lisent ont sans doute vécu la même chose que moi.
Avant on allait au cinéma dans les petits boui boui de nos villes, pas de multiplex et pas de grands complexes.
On n'avait pas de portable on s'appelait sur les fixes, on passait des heures au téléphone à débriefer sur la journée de collège, de lycée, on s'écrivait des "mots" sur nos agendas qu'on finissait sur la pointe de notre stylo mais pas de notre coeur, par un "big kiss" ou "big bisous bien baveux" et on était heureux.
En fait, on replonge forcément dans ces périodes de bonheur quand on vit des événements de crise ou qu'on sent que la réalité nous échappe.
C'est ce qui fait le succès des tournées des années 80 et me concernant les années 90.....
J'ai vu trois fois ce concert, je sais c'est incroyable et pourtant quand j'ai fait la photo avec Benny B, j'avais re 9 ans, à l'école élémentaire Charles Robert de Masny, quand les garçons les plus "cool" de la classe avaient préparé une choré sur le fameux "B E deux N Y B, mon nom à moi c'est Benny B oui tu l'as deviné".
Quand j'ai fait la bise à Yannick, j'ai repensé aux premières soirées où je me trémoussais, quand j'avais 16 ans, sur son "han han han han", les nouvelles générations ont déjà zappé Clo Clo....(mais faut dire, Yannick est juste.....grrrr)
Alors en extrapolant un peu, je me suis dit, les heures passées dans ma chambre à remplir un journal intime, en me révoltant contre le monde entier, je les passe en fait aujourd'hui, 15 ans plus tard, plus mûre, plus structurée, à écrire sur ce blog.
A l'époque, je voulais sauver le monde, je me rebellais intérieurement contre les injustices, j'écrivais des poèmes et des textes de chansons, je m'inventais des vies, des situations des personnages et je les jouais dans ma chambre.
Si j'avais grandi dans les années 2000, j'aurai tenu un blog, envoyé des textos à mes copines pour un oui ou pour un non, j'aurai pris mon v lille pour aller les voir et j'aurai envoyé mes DM à mes profs par e mail.
J'aurai pu consulter des ouvrages en ligne au lieu de les acheter, je les aurai téléchargés et mis sur une clé usb pour les ramener au lycée, j'aurai peut être pris mon cours sur mon net book, et sans doute, j'aurai échangé des fichiers via msn.
J'aurai dragué sur facebook, et j'aurai peut être tchaté avec les beaux mecs du lycée, j'aurai mis une photo de profil underground juste pour faire mon intéressante.....
J'aurai écouté de la musique sur mon ipod, pas dans un lecteur cassette, sur une cassette dépouillée où j'avais enregistré mes chansons préférées sur NRJ comme une dingue quand elle passait à la radio....
Et les cd deux titres que j'achetais au temple du disque à Douai, rêvant d'aller un jour voir Madonna en concert (check) je les aurai enregistré sur mon netbook et les aurai transféré sur mon ipod avec une dextérité incroyable, moi qui mettais six mois à envoyer un e mail avec ma connexion anthropologique
J'ai une valise en osier pleine de lettres de mes amis en Calabre.
Aujourd'hui il ne fait aucun doute qu'on ne correspondrait que par facebook, alors qu'avant j'attendais leur lettre avec impatience, on prenait le temps de s'écrire, et ça faisait plaisir.
J'ai gardé toutes les lettres d'amour que j'ai reçu de mon premier amoureux, les seules d'ailleurs, j'ai balancé les lettres des autres pardessus bord depuis longtemps, les siennes ont 15 ans, et elles m'ont toujours suivi.
Non pas que je sois fleur bleue, mais juste que ça fait plaisir d'avoir été un jour, le destinataire d'aussi belles lettres d'amour....
Aujourd'hui, il m'enverrait peut être un sms "jtm"
Je préfère ses lettres d'avant.
J'aimais bien, avant, quand on ne s'appelait que chez nous quand nos parents étaient absents, quand il venait me chercher, à la sortie du lycée, quand avec mes copines on montait des films dans la salle vidéo du lycée Arthur Rimbaud, quand on faisait de la danse, dans une salle de cours le midi, au collège Anatole France....
J'aimais bien avoir 15 ans.
Mais aujourd'hui, de tout cela, il me reste les souvenirs, les chansons, bien sûr, il me reste le plus important les amis.
Pas seulement ceux qu'on ajoute en un clic à la liste de contacts facebook, ceux qui nous ont connus petits et mal fringués, avec la frange à la wallegen and bistoufly, avec les boutons, les lunettes, les vêtements hallucinants, les faux tee shirt waikiki ou fido dido, les fausses baskets nike du marché, les heures à se marrer en se moquant du temps qui passe, à écouter Patrick Bruel ou Roch Voisine en chialant comme des madeleines.....
Aujourd'hui, on ne fait plus ça, mais dans les chambres d'ado, y a toujours des posters, des chansons qui rappellent des situations, des mots de copines, des pêles mêles de photos prises 1000 fois avant d'avoir la bonne.
Je n'aurai pas fait le voyage à New York avec un appareil jetable, je n'aurai jamais cru, y aller un jour, moi la grande fan de 21 jump street, série qui a révélé Johnny Deep.
L'évolution de la technologie, c'est parfait mais quand on a connu ce qu'il y avait avant, avant les années 2000, c'était seulement il y a 15 ans, et déjà tout ce que nous avons vécu semble désuet.
"J'aime ce qui est vieillot", c'est une réplique de film, et c'est aussi la réplique parfaite de ce monde dans lequel je me suis plongée.
Grâce à la technologie quand on y pense, Dieu aurait envoyé un message à Adam pour lui dire de ne pas croquer la pomme, Pierra à Jésus, pour lui dire de ne pas embrasser Judas, Judas aurait mis un statut facebook pour dire qu'il allait se suicider, et Marie Madeleine aurait tweeté que Jésus était ressuscité
Marie Curie aurait écrit sur son blog qu'elle avait découvert ses vaccins, Martin Luther King aurait reçu un tweet pour le prévenir de ne pas se rendre là où il s'est fait assassiner, John Kennedy aurait pris le métro ou l'hélico, et peut être que Marilyn Monroe, aurait pu envoyer un texto à ses proches avant de partir.
Elvis Presley serait parti dans une vraie cure de désintox, et aurait tenu un blog pour raconter son évolution, et on aurait vu les débuts de Britney à la Nouvelle Star......
Décidément, quand on y pense, cette nouvelle génération du tout numérique, tout internet, où l'on passe d'une trouvaille à une autre, où le dernier cri est dépassé en 5 minutes.......c'est une génération next.
Et en se replongeant dans notre before à nous, on réalise qu'on se ferait bien un pti after....avant de passer à la suite.:)

8 nov. 2011

Love is all you need

Vous vous demandez sans doute ce qui peut manquer à Miss Campi, surtout quand on me connaît bien, des amis, de la joie, des projets, du théâtre, de l'énergie, des étudiants sympas et dynamiques, un appart sous les toits, un chat amoureux.....
Bref, que manque t il à ce beau tableau?
Vous répondrez l'amour et vous aurez sans doute raison.
J'ai placé l'amitié tellement haut dans la hiérarchie des sentiments, que je ne sais même plus ce qu'aimer d'amour veut dire.
Mes amours passés sont les témoins de cette mentalité.
Mon premier amour est devenu l'un de mes meilleurs amis, ma plus grande histoire était une amitié amoureuse et encore récemment, les sentiments les plus forts que j'ai éprouvés sont à l'égard d'un homme qui est indéniablement ma plus belle histoire d'amitié.
Oui, je pense sincèrement qu'il est possible d'aimer d'amitié un homme, oui, je suis de ces illuminés qui placent ce noble sentiment au dessus de tous les autres.
Ai je tort ou raison?Personne ne saurait répondre à cette question, sans y mettre tout ce qui peut représenter notre figure de l'amour, notre conception de l'amour, notre envie, notre besoin, notre volonté, de ce que serait l'amour parfait à nos yeux.
Aux miens, puisque c'est moi qui amorce le sujet, l'amour parfait, celui dont j'ai besoin, que je désire, que je souhaite vivre, pour y fonder mon nid douillet, est celui entre deux personnes qui se connaissent, se respectent, ne s'épuisent pas, ne se jugent pas, sont liés par une complicité à toute épreuve, sont vrais et authentiques, et communiquent. 
Des amis. A la base de tout, des amis, pour que, une fois la lueur de l'amour étiolée, il reste la complicité, la tendresse, l'affection, et que l'on ne se déchire pas.
J'ai du vivre dans mon enfance une déchirure trop importante, lors des déchirements entre mes parents puis les autres, que sans doute je ne souhaite pas vivre ça, ni le faire vivre à mes futurs enfants.
Alors voilà, ma vraie conception du bonheur, une vraie relation sincère, et j'en ai déjà connu et vécu au moins deux.
Donc c'est possible. 
Et comme tout ce dont on a besoin c'est d'amour, il ne manquerait que cette pièce à mon échiquier pour que même sur la tour, entourée de fous et de pions, ma reine vive heureuse avec son roi.....

6 nov. 2011

Viens voir les comédiens......

En cliquant sur le titre, vous fredonnerez.....et moi je vous imaginerai sourire...
J'aime ce que je fais dans cette rue.
J'ai hâte de vous le faire aimer aussi:)

4 nov. 2011

Against the machine

Une bonne discussion vaut mieux que des suppositions stériles, enfin en tous cas je le pense.
Ce matin, j'ai parlé, discuté, cherché des solutions, mais surtout j'ai été entendue.
Alors bien sûr ceux qui n'ont pas lu les articles précédents, ne peuvent pas comprendre les subtilités de cet article ni même savoir avec qui j'ai parlé ce matin. Courage, lisez les posts précédents:)
J'ai trouvé un nouveau but pour concilier mes deux vies. Celle qui me représente, et celle que je fais en représentation.
Je sais où je vais, je suis solide j'ai pris les devants, et j'en suis rassurée.
Plus de non dits, plus de faux semblants.
Voilà, et maintenant il me faut reprendre l'écriture du roman, par la fin, puisque je connais déjà la fin (c'est l'avantage d'être l'auteur) 
Mes camarades ayant déjà amorcé le jeu, il faut se montrer à la hauteur.(et aller commander le livre de Mô!)
Et continuer de se battre, non pas violemment mais de façon réfléchie. Il le faut vraiment.
Pour laisser de cette expérience, une trace indélébile.
Il y aura donc un avant et un aprés? ,
Wait and see.......en chanson!

1 nov. 2011

Y a des copains!