13 oct. 2011

Séisme....

Sur ce blog, j'ai pour principe de ne pas parler du métier que je fais en ce moment.
Mais il y a des choses que je ne peux pas accepter.
Alors sur ce blog, je décide de vider mon coeur sur le clavier.
L'innocence, la liberté, les valeurs, la confiance.....sont autant de valeurs que je défends, même si je n'avais jamais mis un seul pied dans un Palais de Justice.
Je suis triste aujourd'hui, de voir que le métier que je voudrais embrasser, ne respecte pas celui que je vais quitter.
Je suis triste, de voir qu'on ne respecte donc rien dans ce pays, sous pretexte d'informer, sans aucune reflexion, sans conscience, sans empathie.
Le scoop, l'image, l'impact, le nombre de tirages.....je suis scandalisée.
Je ne veux pas devenir ça, jamais. Et même si je finis par relever le défi du journalisme, je défendrai ces valeurs.
Un homme aujourd'hui, qu'il soit ou non un ami, souffre dans sa chair mais ignore encore ce qui se dit de lui.
Il le saura en sortant. Il pense sûrement que ce qu'il vit est dur, ce qui l'attend dehors est pire.
Et c'est un séisme, pour mon métier, pour cet homme, qui s'avère être quelqu'un que je côtoie et que j'apprécie, pour mon meilleur ami, qui vit en ce moment des choses insupportables et qui travaille avec lui, pour son équipe, pour sa famille.
Je n'en reviens pas. Un nom, une photo, dans une ville qui le connait si bien, salir son nom de cette façon sur la base d'allégations.......c'est puant.
Je suis triste, c'est assez rare pour être souligné.
Je suis triste et maintenant j'ai peur, pour chacun des confrères que je croise, pour moi, même si je m'en vais bientôt.
Les médias et leur force 8 sur l'échelle de reichter, les médias et leur appétit dévorant pour le scoop.
Ont détruit une premiere vie en mai 2011, qu'on aime ou non le personnage.
En détruisent une autre, la piétinent aujourd'hui.
Personne ne soupçonne la force des médias.Et du reste.
Il se relévera, mais qui sera encore là?
Comme dans un séisme, où aprés que la maison soit détruite, que les souvenirs se soient envolés, il ne reste personne, et il faut rebâtir.
La jalousie et les Médias. Envers et contre tous.

Aucun commentaire:

Y a des copains!