27 sept. 2011

Elle, c'était moi

Quand elle est arrivée dans la classe, essoufflée d'avoir cherché partout la salle dans laquelle elle devait nous faire cours, j'ai cru, comme tout le monde d'ailleurs, que c'était une étudiante.

Nous attendions la prof depuis plus d'une demi heure et commencions à nous demander si elle arriverait.

Un garçon, que je n'avais jamais vu, au fond de la salle, a fait remarquer, "si ça se trouve elle ne viendra pas, la semaine dernière déjà, premier td, il n'y avait pas cours, ils ont peut être oublié de nous prévenir..."

Je ne partageais pas son opinion, j'étais sûre qu'elle arriverait.

Je me demandais juste à quoi elle ressemblerait.

Les chargés de td, d'habitude, sont des universitaires un peu en mode rat de bibliothèque, qui ne vouent leur existence qu'aux études et à la doctrine.

Mais je n'avais pas choisi la matière pour recevoir un cours digéré avec des exemples de jurisprudences qui ne me serviraient à rien.

J'avais choisi de suivre les cours et td de droit pénal parce que rien que le nom sonnait bien, ça claquait, ça faisait vendre.....

Et elle est apparue, comme une petite bombe dans une salle bondée de jeunes étudiants déjà convaincus qu'ils n'auraient pas cours ce jour là.

Elle était tellement énergique, tellement "speed" qu'on a cru un instant qu'elle s'envolerait au fond de la salle tant elle avait pris son élan pour arriver.

Une petite dizaine d'années nous séparaient d'elle et elle avait les yeux rieurs, le sourire aux lèvres, comme si elle venait nous apporter une bonne nouvelle, qu'elle allait nous faire un sketche.

Elle s'est présentée, a expliqué qu'elle était avocat, que son métier était passionnant, fatigant mais tellement enrichissant, même si peu sur le plan financier. Et ça l'a fait rire.

Elle a commencé à enchaîner les blagues, des fois elles n'étaient pas vraiment drôles, mais c'était sa façon de raconter qui l'était.

Boulotte, mais quand même droite dans ses bottes, elle nous expliquait ce qu'elle était venue faire ici, pourquoi elle avait accepté de prendre le relais, pourquoi elle aimait ça.

Elle nous a bien fait comprendre qu'elle était drôle, rigolote, cool et pas prise de tête mais qu'il ne fallait pas la chercher.

Qu'elle était là pour nous faire cours, pour nous ouvrir les yeux sur la réalité du droit pénal, qu'il fallait s'accrocher parce que nous n'étions pas là par hasard.

Elle s'est excusée pour son état, un léger rhume carabiné, mais nous a promis un moon walk en arrivant la fois prochaine.

Elle nous a dit aussi qu'elle ne ressemblait pas à Valérie DAMIDOT, et que le premier qui oserait le penser repeindrait la pièce en salopette en jean et ça a fait rire toute la classe, même les mecs du fond.

Certains lui ont dit , quand ils se sont présentés, qu'ils voulaient en savoir plus sur les risques qu'ils encouraient quand ils faisaient des conneries.

Elle a éclaté de rire, en leur disant, "en fait vous venez piocher des infos pour savoir que faire", et elle a fait rire tout le monde encore une fois.

Décidement, elle ne ressemblait à aucun prof que nous avions pu rencontrer avant, et ça nous faisait du bien.

L'heure de cours est passée trés vite, déjà parce que nous avions commencé avec une demi heure de retard, mais aussi parce qu'on se serait crus au spectacle, tant c'était différent.

C'était même plutôt décalé, et c'est vrai que le prof d'amphi avait ce type de comportement avec nous aussi, et qu'il était trés compétent.

Elle a fait un tour de classe pour nous demander nos noms, nos âges, nos projets professionnels, s'intéressant à chacun d'entre nous.

C'était bien, ce premier cours de l'année, dans cette matière que j'avais choisi un peu pour voir, me donnait envie d'aller voir plus loin.

C'est fou ce qu'on apprend quand on est décomplexé, détendu, quand on sait qu'on va bosser mais aussi échanger et se confronter à un avis différent.

Elle a fini par s'asseoir, sur une table comme si elle était dans un saloon, on a éclaté de rire, et on s'est tous demandé :"mais où étaient ils aller la pêcher cette chargée de td?"

Pour finir le cours, elle a encore enchaîné les vannes et nous a libéré non sans nous souhaiter bon courage.

Dans les couloirs, les autres étudiants ne parlaient que d'elle, un tourbillon dans cette classe qui ne s'y attendait pas.

On aura ri et appris, et c'est ça qui nous a surpris.

J'étais à des années lumières de penser que cette prof, cette fille là, un jour, ce serait moi.

7 commentaires:

lila59 a dit…

Un seul mot : EXCELLENT!!!

Puck a dit…

Cette nana là, j'aurais vraiment voulu l'avoir comme chargée de td, sans doute m'aurait-elle fait passer cette boule au ventre et allégé les semelles de plomb qui m'emmenaient vers le bâtiment E.
Pas pour seulement pour rire, être détendue, mais également pour comprendre, réfléchir et aimer ça.

Y a d'la joie! a dit…

vous pouvez assister à mes spectacles euh mes td lol c gratuit:)
lundi aprem mercredi matin et samedi matin.
Ce que j'aime le plus c'est qu'ils croient que je suis dingue, alors que je suis pire!
Merci pr vos encouragements mes choupinettes!
Milliers de bisous

Puck a dit…

tu devrais pas donner tes heures de td, je vais finir par m'y pointer!!!!

Y a d'la joie! a dit…

bein viens copine:)

Olivia a dit…

C'est exactement ce que j'ai pensé pour ma part du premier TD ;)
D'ailleurs je me souviens toujours de l'entrée fracassante, "SALUT C'EST MOI LA CHARGEE DE TD !"

je pense que je l'ai raconté à tous mes amis et toute ma famille dans les deux jours qui ont suivi huhu. Mon petit frère voulait même venir en TD du coup ;)

Y a d'la joie! a dit…

oh:))
il fallait l'amener il aurait été la mascotte:)))
Oui quelle entrée avec plus d'un quart d'heure de retard:)
Bon ce qui est rassurant c'est que ta famille t'ait autorisée à revenir mdr:)

Y a des copains!