Changer de vie?

Ce n'est pas une petite décision.

Quand on a voulu devenir médecin, chanteur, journaliste, enseignant, avocat......et qu'on a réussi, décider de changer de vie, n'est pas ce qu'il y a de plus simple.

Pourtant c'est parfois le choix qui s'impose. Quand on se dit que la vie qu'on voulait ne correspond plus à ce qu'on avait idéalisé ....

Je suis une idéaliste incorrigible, j'ai cru que je sauverai le monde, les gens, que je les ferai avancer, comprendre, que je changerai l'état d'esprit des juges, du système.

Et heureusement que je l'ai cru, ça a été mon moteur, mon élan, mon ambition.

J'ai toujours voulu toucher ce rêve, devenir un avocat entendu, apprécié, sollicité, à qui on demanderait conseil, j'avais des références, Badinter, Dupond Moretti, et me voilà encore face à cette profession, sans masque, sans maquillage, sans robe pour masquer mes doutes.

Non ce n'est décidément pas une mince affaire.

Mais je sais aujourd'hui, que je ne suis pas seule, abandonnée, désœuvrée, je sais que je sais faire plus, différent, et je n'ai pas à rougir m'a dit une de mes brillantes consœurs, je n'ai pas fait de la figuration m'a dit une autre de mes vieilles copines.

Ca en étonne plus d'un, ce choix, parce que comme ce milieu, est fait d'apparences, on croit ce qu'on voit, mais on ne voit que ce qu'on veut bien montrer.

Je suis loin d'être la seule à me poser des questions, mais ce n'est que lorsque j'amorce le sujet qu'on se confie en me donnant raison, bien qu'on pense tout bas, "toi?arrêter?mais enfin tu avais l'air d'aimer tellement ça"

Oui, j'aime mon métier, je ne le détesterai jamais, j'aurai toujours un immense amour infini pour la robe que je porte, mais qui ne me suffit plus.

Ce qu'il me faut aujourd'hui, c'est avancer, croire en quelque chose de possible, de concret, de réalisable.

Sauver le monde ne l'étant pas, ou tout au moins, étant un chantier très difficile à entreprendre pour mes petits bras, je dois d'abord me sauver moi.

La vérité est sous mes yeux. Mon métier, m'a appris beaucoup sur moi-même, sur mes capacités, mes limites, mes chances, mes malchances, mais m'a aussi épuisée.

J'ai construit autour de mon corps, une barrière, avec chacun des dossiers de petits clients pour lesquels j'ai stressé, je me suis rongée les sangs, et j'ai failli devenir folle.

J'ai cru en l'humain, jusqu'à ne croire qu'en lui, et à m'annuler au profit des gens que je croyais pouvoir sauver.

J'ai pleuré et souffert avec eux, supportant leurs peines et d'épuisement, je ne pouvais que pleurer sur mon sort en rentrant chez moi. Seule.

Parce que le fond du problème est bien là: Moi, la joyeuse de la bande, la rigolote de service, la bonne copine moelleuse à qui on peut tout confier, moi et ma gourmandise de vie, moi et mon trop plein d'amour à donner, je rentrais seule.Et je retrouvais mon chat.

Cette situation, n'avait que trop duré quand je suis partie en vacances de moi même.

J'ai fait un micro bilan, et ce n'était pas fameux. Je finissais par me dire qu'on me retrouverait un jour, vieille et seule et dévorée par des bergers allemands.

Mon niveau de vie, petite cigale de mon état, était en fait plutôt bas, puisque à bien y regarder, à part des fringues chez H et M, et des restaus entre copines, ma passion pour le cinéma et mon envie incompressible de chaussures chez Miss Coquine, j'étais loin de mes consœurs croqueuses de Vanessa Bruno et Lauboutin.

Mais je ne les enviais pas, je ne trouvais juste pas ça normal de ne pouvoir vivre correctement dans ce pays avec un tel niveau d'études.

Et là j'ai réalisé, je me plaignais sans bouger. Je végétais dans ma complainte perpétuelle. C'était devenu insupportable.

En plus du poids que j'avais pris, grâce au stress emmagasiné, je passais mes soirées seule, pendant que tout le monde croyait que j'étais super fun, Je devenais un clown triste.

J'ai pris les choses en main et une décision pas simple.

J'avais besoin de stabilité et seule cette recherche m'aurait permis de décoincer tout le reste.

Et ça m'apparaît tellement évident maintenant que je le vois écrit, que je me demande encore pourquoi j'ai mis tant de temps à le comprendre.

Maintenant, je sais quelles sont mes priorités. Maintenant, je sais ce dont j'ai besoin, ce qui me manque, et comment aller jusqu'au bout de ce projet, en douceur.

Pour autant, l'écriture, forme d’exutoire salvatrice, celle qui me rend la liberté, dont me prive paradoxalement ma robe, m'offre je le sais, de nouvelles perspectives.

Mais il ne faut rien précipiter. Mes 30 ans m'ont transformé, révolutionnée, j'ai besoin d'avancer et de résoudre un à un, les problèmes qui ont pu m'empêcher de tourner en rond.

Je suis là, je suis moi, et j'avance, encore plus ancrée à la vie que je n'ai pu l'être avant.

Je n'existe pas au hasard, il devait bien y avoir une raison. Et non, je ne me suis pas trompée, j'ai juste cru mon cœur au lieu d'écouter ma raison,

En défendant les autres, je tentais de défendre ce que je suis. Et de changer la vie.

Commentaires

Anonyme a dit…
tant de sincerte...wahou des bisous et j espere que ca va marcher ana
Puck a dit…
Le plus long des voyages commence par un premier pas, comme dit le sage, et tu as déjà fait ce premier pas, qui est sûrement le plus difficile.
N'oublie pas, je suis ta cheerleader sur le bord de la route ;)
lila59 a dit…
C'est encore avec grand plaisir que j'ai ces quelques lignes!
Beaucoup de sentiments m'ont traversée en te lisant, le bonheur de te voir enfin prête à tourner la page et recommencer une nouvelle vie dans laquelle je te soutiendrai plus que jamais mais aussi de la tristesse de ne pas avoir pu être présente et t'accompagner dans tous ces moments difficiles que tu as traversés ces dernières années. Moi je sais que derrière cette joie se cachait tout autre chose de beaucoup plus sombre et il était grand temps d'y mettre un terme!
C'est la vraie Laura qu'on va retrouver et je sais que pour elle rien n'est insurmontable!!!
I love U my sister!
Y a d'la joie! a dit…
I love U too my sister:)
Et merci mille fois à toutes les trois pour vos encouragements et votre soutien.
J'espère que ma bonne étoile va briller, je l'attends depuis longtemps, et je renais enfin!
Millier de bisous
SO a dit…
Belle introspection ! On s'est pendant un temps perdues de vue, même si je pensais souvent à toi. Je suis heureuse de t'avoir retrouvée et de voir que dans ta vie, ... y'a d'la joie à présent et que tu l'envisages avec de nouvelles perspectives ! Bisous
Y a d'la joie! a dit…
Merci Sarah:)) baci!!

Y a encore plus de joie!

La dernière séance

Full of Stars

Poppy Spring